Aujourd'hui : Samedi, 27 août 2016
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Site officiel du Centenaire du génocide arménien de 1915
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Les Loups sont entrés dans Paris
Publié le : 30-03-2012

Légende photo : sur les photos figurant dans un rapport présenté comme étant une note confidentielle de la DCRl et disponible en ligne sur internet (Les ultranationalistes turcs en France ), Ersan (Fadimé) Erdugrul-Tastan, adjointe au maire d'Hérouville (Normandie), fait avec les doigts le signe des Loups gris lors de la manifestation des associations turques le samedi 21 janvier 2012 à Paris. [Nota CVAN : Le Point a – quant à lui - choisi une photo de la manifestation turque à Paris avec cette légende : Infiltrés. Des Turcs protestent à Paris le 21 janvier, contre l'adoption de la loi sur le déni de génocide. Des membres du Parti d'action nationale d'extrême droite (MHP), les Loups gris, font partie des manifestants].




Le Point - 29/03/2012 - N° 2063 - Page 84.



Réseaux. Les Loups gris et autres ultranationalistes turcs militent aussi en France.

Par Claire Meynial

Officiellement, c'est la Fédération des Turcs de France qui organise la manifestation. Mais la DCRl note l’implication d’une nébuleuse d'organisations nationalistes turques.

Dans la case « Date et objet de la manifestation », le demandeur a inscrit « 21/1/2012. Contestation de la pénalisation de la liberté d'expression », noble motif revendiqué par la Fransa Tùrk Federasyon de Pantin. Officiellement, c'est la Fédération des Turcs de France qui a organisé la marche de protestation contre le projet de loi pénalisant la négation du génocide arménien. Sauf que, comme l'indique une note de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), la multitude de tracts diffusés montre l'implication d'une nébuleuse d'organisations. Surtout, la Fédération des Turcs de France, branche française d'une structure paneuropéenne, n'a, selon la DCRl, « absolument pas le caractère fédératif que son nom laisse supposer. Il s'agit en vérité de la couverture des seuls Loups gris, organisation nationaliste parfois violente». Les Loups gris? Ces jeunes militants du MHP, ultranationalistes, antikurdes et anti-communistes ont semé la terreur en Turquie dans les années 70, dans des attaques contre des groupuscules d'extrême gauche, jusqu'au coup d'Etat de 1980. Et même si, depuis l'élection de Devlet Bahçcli à sa tête, en 1997, le MHP tente de se montrer plus fréquentable, les parcours de certains participants aux manifestations françaises, épinglés par la DCRl, donne une idée des sympathisants. Ainsi d'un certain Yusuf Ziya Arpacik, «paramilitaire qui a été impliqué dans de nombreuses opérations troubles, menées directement ou indirectement par la Turquie, dont la biographie mérite en soi d'être rapportée». Arpacik, né en 1958, cumule les faits d'armes: engagé dans les Foyers idéalistes (nationalistes), échappé de prison deux fois, il a organisé des attentats contre les « ennemis des Turcs » à l'étranger, été garde du corps d'Alparsan Turkes, fondateur du MHP, est allé se battre contre les Arméniens du Karabakh et contre les Américains en Irak, du côté des Turkmènes. Il aurait aussi été impliqué dans l'attentat contre le Conseil d'Etat en 2006.

Or, sur les photos figurant dans la note de la DCRl, il est attablé, «peu après la manifestation de janvier 2012 », avec Tayfur et Fadimé Erdugrul-Tastan, adjointe au maire d'Hérouville et qui serait responsable des Loups gris locaux. « Il est absolument notable, assure même la DCRl, que le maire [RodolpheThomas], fidèle de Bayrou, est apparemment très informé des activités parallèles de Mme Tastan et qu'il les cautionne, sans doute par clientélisme électoral ». Contactée, la mairie d’Hérouville-Saint-Clair, qui « travaille en collaboration étroite avec (…) l'association Amitiés franco-turques de Basse-Normandie», nie avoir connaissance des liens d'Ertugrul Tastan avec les Loups gris.

Vitrine. D'autres clichés des cortèges attestent la présence du représentant des Loups gris d'Anvers, de celui de Strasbourg, du président de l'organisation des jeunes « idéalistes » belges, Muhammed Aksoy. Pour la DCRl, la Fédération des Turcs de France a utilisé son réseau pour rassembler les rancœurs contre le projet de loi, sans se mettre en avant. Le centre culturel Anatolie, par exemple, est la « vitrine présentable de la manifestation », dont le président, Demir Onger, cardiologue, parle à la presse française. L'association Ataturquie, plus modérée, Turquie News et Radio MIT, ou encore l’Association pour la pensée d’Ataturk et le Comité Talaat Pacha, qui «semble avoir été créé au plus haut niveau de l'Etat turc afin de nier le génocide des Arméniens», ont aussi pris part aux manifestations. Ce qui rassemble ces organisations ?

«L'élément nationaliste», affirme la DCRI, pour laquelle la négation du génocide des Arméniens «semble constituer le socle identitaire». La loi a été annulée par le Conseil constitutionnel et le nouveau texte sera présenté après les législatives. De quoi mobiliser à nouveau les communautés turques européennes.




Retour à la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 Le Point - 29/03/2012 - N° 2063 - Pg 84




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org