Aujourd'hui : Lundi, 19 août 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Visite papale : quel avenir pour les chrétiens d’Orient ?
Publié le :

Nouvel Obs

Créé le 14-09-2012 à 22h52 - Mis à jour le 15-09-2012 à 08h22

Marie Lemonnier

En voyage au Liban, le pape s'adressera aux chrétiens de la région, en pleine recomposition politico-religieuse. Decryptage d'Omar Saghi, politologue et écrivain.

Le pape Benoît XVI a entamé, vendredi 14 septembre, une visite de trois au Liban avec au programme, messages de paix et appel aux chrétiens à résister à la tentation de l'exil. Le politologue et écrivain Omar Saghi dresse l'état des lieux et les enjeux de ce voyage. Interview.

Est-ce une visite à risque ?

- L’embrasement de plusieurs pays arabes, après la diffusion d'un film américain raillant le prophète, rend ce voyage encore plus risqué pour la personne du pape et montre combien la situation est tendue et complexe depuis 2011 : des autorités publiques qui n'arrivent pas à prendre leur marque, après des décennies de tyrannie, une vigoureuse présence politique de différentes tendances islamistes, des rapports à l'Occident remis en cause. Le voyage du pape Benoît XVI au Liban, prévu depuis longtemps, devra donc aborder des questions vitales et de long terme dans un contexte d'emballement violent de l'actualité.

La situation a-t-elle changé depuis son précédent voyage en Orient, en 2009 ?

- Le voyage du pape Benoît XVI au Liban se place dans un contexte radicalement transformé par rapport à son précédent voyage : le Printemps arabe et la chute de plusieurs régimes pro-occidentaux réinterrogent la place des chrétiens arabes. En effet, beaucoup des régimes tombés ou affaiblis (ceux de Moubarak, de Saddam, d'Assad) ont fait des minorités chrétiennes, à leur corps défendant, une caution de tolérance et de laïcité.

Le pape s'adressera-t-il seulement au Liban ou à tout le Proche-Orient ?

- Bien que Benoît XVI ne fasse pas une tournée régionale, il est clair que ses discours et prises de positions au Liban seront vue comme s'adressant à l'ensemble de la région: aux différentes églises orientales (latines comme orthodoxes et monophysites) et aux chrétiens des différents pays arabes.

Quelle est la situation des chrétiens dans ces pays arabes ?

- La chrétienté orientale est un archipel, traditionnellement divisé en plusieurs tendances, non seulement théologiques, mais aussi sociales ou politiques. Le Printemps arabe a vu plusieurs militants chrétiens parmi les opposants les plus convaincus aux dictatures (Georges Sabra ou Michel Kilo en Syrie par exemple). Mais parmi les classes moyennes chrétiennes, une crainte sourde émerge et certains tendent à regretter la dictature comme un mur dressé face à la menace islamiste. Le cas irakien, qui a vu la dictature de Saddam Hussein remplacée par une guerre confessionnelle larvée, fait craindre le pire. Mais en réalité, la menace d'une guerre civile religieuse, indéniable en Syrie et au Liban, concerne surtout l'opposition entre sunnites et chiites ou apparentés (Alaouites, Ismaéliens, Druzes). Toute la difficulté pour les chrétiens est de trouver leur place dans cette bipolarisation. Ainsi, au Liban, s'opposent un camp chrétien pro-hezbollah - Michel Aoun- et un autre pro-sunnite -Samir Geagea.

Le Printemps arabe change-t-il la donne ?

- La démocratisation en cours dans plusieurs pays doit inventer de nouvelles modalités de vivre-ensemble, qui remplacent la "laïcité autoritaire" des régimes militaires. La loi du nombre, sur laquelle comptent plusieurs partis islamistes, doit apprendre à se concilier avec les droits fondamentaux. C'est le pari de plusieurs opposants libéraux.

Quels seront les thèmes abordés par le pape ?

- Paradoxalement, la chute des régimes autoritaires, s'il menace les minorités, renforce également le rôle des différents clergés. Le voyage du pape Benoît XVI est un voyage de vrai chef d'Etat : il s'adressera à des interlocuteurs religieux dont le rôle est central dans cette période de crise, où beaucoup de citoyens se replient, au Proche-Orient, sur leurs communautés. Les questions abordées concerneront certainement la survie des chrétiens, leur nouvelle place dans un Proche-Orient transformé, le rôle de l'Eglise catholique comme médiateur...


Propos recueillis par Marie Lemonnier, vendredi 14 septembre





Retour à la rubrique


Source/Lien : Nouvel Obs



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org