Aujourd'hui : Mardi, 14 juillet 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Femmes kurdes tuées : "il n'y avait pas de menace contre elles"
Publié le :

BFMTV

Trois femmes kurdes, réfugiées politiques, ont été tuées dans le centre d'informations kurde à Paris. Aucune revendication n'est parvenue aux enquêteurs pour le moment.

Alexandra Gonzalez

Le 10/01/2013 à 9:04
Mis à jour le 10/01/2013 à 11:31

Le triple meurtre du 147, rue La Fayette, dans le Xe arrondissement de Paris, qui s'est déroulé mercredi dans le Centre d'informations kurde, reste encore très mystérieux. Les victimes sont trois femmes, activistes kurdes réfugiées en France, tuées d'une balle dans la tête.

D'après les premiers éléments, les femmes étaient seules dans le bureau en journée. En fin d'après-midi, un membre de la communauté a tenté de les joindre par téléphone, puis de rentrer dans les bureaux, sans succès. Inquiet, il a fini par prévenir la police, qui a fait la macabre découverte dans la nuit de mercredi à jeudi. Les enquêteurs privilégient la piste d'une exécution.

"Les voisins n'ont rien entendu"

Léon Edart, responsable de la fédération des associations kurdes à Paris, connaissait bien les victimes. "On n'a pas beaucoup d'éléments pour le moment, si ce n'est qu'aucun voisin n'a rien entendu. Je les connaissais bien. Elles étaient réfugiées politiques. Parmi les trois victimes, une travaillait dans ce bureau d'informations à temps plein, et les deux autres étaient de passage."

Elle était également la représentante en France du Congrès national du Kurdistan, a précisé dans un communiqué diffusé sur place la Fédération des associations kurdes de France.

Selon la fédération, les deux autres victimes sont Sakine Cansiz, présentée comme "une des fondatrices du PKK" et Leyla Soylemez, une "jeune activiste".

Selon lui, il pourrait y avoir un rapport avec le conflit entre Kurdes et Turcs. "A ma connaissance, il n'y avait pas de menace contre elles. Mais la question kurde est un véritable problème politique en Turquie, donc ça a peut-être un rapport avec cela."




Retour à la rubrique


Source/Lien : BFMTV



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org