Aujourd'hui : Mercredi, 26 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Pinar Selek : "Je ne suis pas seule"
Publié le :

ARTE Journal - 24/01/13

Légende photo : Une centaine de militants des droits de l'Homme, d'organisations féministes et d'élus, dont une importante délégation venue d'Europe, ont manifesté leur soutien à Pinar Selek devant le tribunal à Istanbul.

© Nils Thiéry-Lorenzoni


Le froid n'a pas empêché la mobilisation. Devant le parvis de l'Université de droit, ils étaient près de 200 à venir soutenir Pinar Selek. Une journée particulière pour la sociologue turque, qui vit en exil à Strasbourg, puisque la justice turque la juge une nouvelle fois pour des faits pour lesquels elle a déjà été innocentée. Un imbroglio judiciaire dans laquelle Pinar Selek est plongée depuis maintenant 15 ans.

Le froid les fait grelotter devant la fac de droit, mais tous sont déterminés à dénoncer "l'acharnement politico-judiciaire en Turquie dont est victime Pinar Selek". La jeune femme est l'une des leurs, et c'est à ce titre que les étudiants et le personnel enseignant la défendent. Le comité de soutien de l'université de Strasbourg rappelle d'ailleurs qu'en soutenant Pinar Selek, ce sont "les principes fondamentaux de la liberté académique et de l'indépendance de la recherche" qui sont défendus.

L'engagement de l'université de Strasbourg est récent, mais la mobilisation autour de la sociologue est vieille de plusieurs mois déjà. Comme le souligne Edouard Mehl, doyen de l'université de philosophie et représentant de l'université au sein du comité : "Je suis heureux et fier de cette mission. Il arrive qu'au cours de notre vie professionnelle, on s'interroge sur le sens de ce qu'on fait. Et aujourd'hui, en soutenant Pinar dans son combat, je sais que nous défendons une cause juste". Une dizaine d'associations et d'organisations syndicales du monde universitaire strasbourgeois ont rejoint le comité. Parallèlement, une quarantaine de parlementaire ont signé un appel de soutien à Pinar Selek, et souhaitent d'ailleurs que Pinar Selek obtienne le statut de réfugié politique, car à l'heure actuelle elle peut être extradée en vertu des accords franco-turcs.

15 ans de cauchemar

Ce nouveau procès n'est qu'un nouveau chapitre dans l'histoire ubuesque à laquelle Pinar Selek est soumise depuis 15 ans maintenant. Condamnée à perpétuité le 24 janvier par la justice turque, le cauchemar de Pinar Selek a débuté en 1998. Arrêtée par la police à la suite d'une explosion sur le marché aux épices d'Istanbul qui a fait 7 morts et une centaine de blessés. Elle est soupçonnée par les autorités turques d'y avoir participé car elle a des liens avec le PKK. La jeune femme mène des recherches sur la communautée kurde. Elle sera emprisonnée et torturée, mais cela ne fait pas craquer Pinar Selek : elle refuse de livrer à la police l'identité des militants kurdes qu'elle a rencontré au cours de ses travaux de recherches.

Un symbole pour la lutte de toutes les libertés

C'est cette détermination et sa lutte pour la défense des libertés que soulignent la plupart des intervenants qui se succèdent lors de la rencontre qui suit le rassemblement sur le Parvis. Assise au centre de l'estrade, dans un des amphithéâtres de l'université, Pinar Selek se dit encore une fois "émue" par la mobilisation qui se fait autour d'elle. "Depuis 15 ans, ce cauchemar se déroule dans ma vie... mais ce que je trouve magnifique, c'est que dans toutes ces étapes, je suis accompagnée. En Turquie, déjà, j'étais très soutenue par mes collègues, et je le suis ici aussi par vous, je ne suis pas seule". Dans un français un peu hésitant, Pinar Selek raconte son parcours et son combat. Une déclaration qui provoque une "standing ovation" dans l'amphithéâtre.

"Elle ne se laisse pas abattre" affirme Stéphanie Fischer, la présidente de l'association Doxtra (Association des doctorants-es et docteurs-es en Sciences Humaines de l'Université de Strasbourg) "mais elle vit dans la peur. Pour preuve, cette histoire qu'elle m'a raconté un jour. Une nuit, elle a été réveillé par du bruit dans la résidence universitaire. Son premier réflexe a été de cacher la clé USB où se trouvait ses recherches. Ce n'est qu'après qu'elle a réalisé qu'elle était en France, et non pas en Turquie".

Un exil involontaire que Pinar Selek espère bien voir se terminer un jour, Strasbourg est devenu sa nouvelle terre d'accueil après un séjour de deux ans à Berlin. La sociologue continue à se passionner pour son travail et pour ses recherches sur les groupes minoritaires. Pour son directeur de thèse, Samim Akgönül, "ces sujets sont des sujets explosifs et dangeureux pour la Turquie, qui par ailleurs fait les yeux doux à l'Europe quand ça l'arrange (...) mais à travers Pinar, c'est notre liberté de recherche et de conscience que nous défendons".

Des valeurs universelles dans lesquelles tous ceux qui soutiennent Pinar Selek se reconnaissent, et que la sociologue va continuer à défendre même si elle risque aujourd'hui l'extradition.

Véronique Barondeau

Repères

Pinar Selek vit et travaille actuellement à Strasbourg, où elle poursuit sa thèse à l'université sur les mouvements d'émancipation en Turquie.

1998 : Arrestation de Pinar Selek.
2000 : Elle sort de prison.
2006 : Procès. Pinar Selek est acquittée. Elle quitte la Turquie pour Berlin.
2008 : Nouvel acquittement. La cour de cassation turque fait à nouveau appel. Pinar Selek quitte la Turquie pour Berlin où elle obtient une bourse du PEN Club allemand. Elle vivra 2 ans dans la capitale allemande, avant de déménager à Strasbourg.
2011 : Nouvel acquittement. Cette fois encore, la cour de cassation refait appel.
24 janvier 2013 : Pinar Selek est condamnée à perpétuité par le tribunal de Caglayan à Istanbul.




Retour à la rubrique


Source/Lien : ARTE



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org