Aujourd'hui : Mercredi, 26 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Pinar Selek: Fatigue, colère et détermination au lendemain du procès
Publié le :

lepetitjournal.com

Légende photo: Pınar Selek ce vendredi à Strasbourg (photo MA)

Au lendemain du procès qui lÂ’a condamnée à la prison à perpétuité, Pınar Selek sÂ’est exprimée, entourée de nombreux soutiens. Réunis à lÂ’ARES de Strasbourg, ils ont raconté leur fatigue, leur colère et leur incompréhension, mais surtout leur volonté de continuer le combat judiciaire à ses côtés.

Pınar Selek lÂ’avoue : elle est fatiguée en ce vendredi matin. La même fatigue se lit sur le visage de la quinzaine de personnes qui lÂ’entourent à la tribune (photo MA) : représentants politiques, associatifs et syndicaux, mais aussi chercheurs et étudiants. La condamnation à perpétuité prononcée la veille a été un coup de massue pour la sociologue et son entourage. Mais “la lutte pour la démocratie est un marathon. Il faut être endurant et continuer malgré la fatigue”. Ces mots, le père de Pınar Selek, 83 ans, les a prononcés quand il a eu sa fille au téléphone après le verdict.

“La mobilisation doit dépasser le cadre strasbourgeois”

Le soutien local qui entoure la sociologue nÂ’est plus à démontrer. Mais “la mobilisation doit dépasser le cadre strasbourgeois”, explique au petitjournal.com dÂ’Istanbul Philippe Bies, député PS de la deuxième circonscription du Bas-Rhin : “JÂ’ai initié un appel aux parlementaires français, qui a déjà recueilli une quarantaine de signatures. Le président du groupe socialiste à lÂ’Assemblée Nationale [Bruno Roux] sÂ’est lui-même exprimé sur la situation de Pınar Selek.”

Et la mobilisation ne doit pas se limiter aux institutions françaises, ajoute-t-il. “Il faut que les instances comme le Conseil de lÂ’Europe et lÂ’Union européenne fassent pression sur la Turquie pour quÂ’elle intègre un processus qui lui permette de respecter les droits de lÂ’Homme et de devenir un véritable Etat de droit. CÂ’est ce que lÂ’on est en droit dÂ’attendre dÂ’un pays qui veut intégrer lÂ’Union européenne”. Eric Schultz, conseiller municipal à Strasbourg et membre de la délégation présente au procès de la veille, acquiesce: “Se battre pour toi [Pınar Selek], cÂ’est se battre pour la Turquie, la démocratie, les droits de lÂ’Homme et lÂ’Etat de droit”.

Un procès “ubuesque”

A côté de lÂ’appui politique, Pınar Selek peut compter sur le soutien dÂ’associations, de syndicats, de collègues chercheurs et d’étudiants. Irène Tabellion, présidente de lÂ’association LUNE et également membre de la délégation au procès, a témoigné avec beaucoup d’émotion. “Hier, nous étions atterrés. AujourdÂ’hui, nous sommes en colère”, commence-t-elle. “Les juges nÂ’utilisaient pas leurs micros, ils parlaient avec leur papiers devant la bouche pour que lÂ’on ne comprenne pas ce quÂ’ils disaient. C’était ubuesque !” racontera-t-elle plus tard au petitjournal.com dÂ’Istanbul, à propos de ce procès quÂ’elle qualifie de “parodie”.

Gunter Wallraff, écrivain allemand et soutien de longue date de Pınar Selek, était lui aussi présent au procès du 24 janvier et se rappelle de lÂ’acquittement de 2011. Une toute autre ambiance. Tous avaient fait la fête et Pınar Selek était déjà prête à rentrer en Turquie. Selon lui, lÂ’important est désormais dÂ’ “aider Pınar Selek à continuer son travail, car cÂ’est là que va se jouer la pression”.

“Je veux continuer à vivre comme Pınar, et pas seulement comme Pınar Selek”

Pınar Selek, tout comme ses soutiens, ne se laisse pas abattre malgré cette condamnation quÂ’il lui est difficile dÂ’accepter. “CÂ’est la première fois depuis 15 ans que je vis une condamnation. (Â…) Je nÂ’arrête pas de me répéter le mot ‘‘perpétuit鑑 dans ma tête” confie-t-elle. Mais elle passe vite à autre chose. “Hier, je disais que jÂ’allais continuer jusqu’à la mort. Mais en fait même si je meurs, cette parole continuera à se diffuser. (Â…) Quand jÂ’ai vu la nouvelle génération avec ses banderoles ‘‘Nous sommes tous Pınar Selek‘‘ devant le tribunal, je me suis dit que quelque part, on avait déjà gagné”.

Pınar Selek le répète : elle fera tout pour rentrer en Turquie. CÂ’est pourquoi pour elle, la demande de lÂ’asile politique en France nÂ’est pas une priorité. “Ce ne sont que des détails techniques, lÂ’important reste la lutte juridique”. Et une chose est sûre : sa détermination à se battre pour la justice nÂ’a pas été entamée. “Je nÂ’ai pas choisi dÂ’avoir cette mission, mais maintenant quÂ’elle est sur mes épaules, je ne vais pas mÂ’arrêter là”, promet-elle.

Les avocats de Pınar Selek ont déposé un pourvoi en cassation. LÂ’affaire nÂ’est donc pas terminée. Mais cette lutte juridique nÂ’est pas la seule priorité de Pınar Selek : “Je vais continuer à faire ce quÂ’il faut pour cette affaire. Mais je veux aussi continuer à vivre comme Pınar et pas seulement comme Pınar Selek ; et donc continuer mes recherches, ma réflexion et tout ce que je faisais avant.”

Margaux Agnès (http://www.lepetitjournal.com/istanbul) vendredi 25 janvier 2013





Retour à la rubrique


Source/Lien : lepetitjournal.com



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org