Aujourd'hui : Mercredi, 26 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Pinar Selek, le verdict de lÂ’injustice turque
Publié le :

Libération

25 janvier 2013 à 20:56

Procès . Après l’annulation de trois acquittements, la sociologue a été condamnée à la prison à vie, jeudi.

Par MARC SEMO


La condamnation à la prison à vie de la sociologue Pinar Selek, 41 ans, pour un supposé attentat commis il y a quatorze ans, illustre les dérives de la justice turque. Après avoir délibéré pendant plus d’une heure, les juges ont rendu jeudi leur verdict, considéré comme d’autant plus scandaleux qu’il annule trois acquittements pour les mêmes faits, dont les deux derniers, en 2008 et 2011, ont été prononcés… par cette même 12e cour pénale d’Istanbul. Ces juges avaient profité de l’absence pour maladie du magistrat chargé du dossier pour juger recevable, le 22 novembre, l’arrêt rendu en cassation invalidant l’acquittement de l’intellectuelle.

Calvaire. «Nous sommes face à un vrai scandale juridique ; même en Turquie on n’a jamais vu un tel déni de droit», déclarait à l’issue du procès Alp Selek, le père de l’universitaire qui, elle, réside à Strasbourg et compte désormais demander l’asile politique à la France afin d’éviter toute extradition. Décidée «à résister jusqu’au bout», cette féministe connue pour ses recherches sur les minorités marginalisées (transsexuels) ou ethniques, comme les Kurdes, va se pourvoir en cassation.

C’est une affaire interminable et symbolique. Le calvaire judiciaire de Pinar Selek a commencé en juillet 1998, peu après une explosion au bazar des épices, haut lieu touristique d’Istanbul, qui fait sept morts. Abdulmecit Oztürk, un jeune militant du PKK, la guérilla indépendantiste kurde, est arrêté et, sous la torture, affirme avoir préparé la bombe avec Pinar Selek. Un nom apparemment soufflé par ses tortionnaires.

Fille d’un célèbre avocat des droits de l’homme et petite-fille d’un des fondateurs du Parti communiste turc, Pinar Selek était dans le collimateur des autorités pour ses engagements et une thèse sur le militantisme kurde. Elle est aussitôt arrêtée, tabassée, inculpée. Le jeune militant kurde revient peu après sur ses aveux. Les expertises montrent que l’explosion était due à une fuite de gaz. Il n’y a donc aucune preuve contre elle. D’où ces acquittements en série. Mais, à chaque fois, les hautes autorités judiciaires ont fait appel et obtenu que les verdicts d’acquittement soient cassés.

«J’incarne tout ce que hait l’Etat et comme, en outre, je suis turque et non pas kurde, je suis vue comme une traîtresse», explique volontiers la sociologue, dont le cas est emblématique de la régression des libertés en Turquie, plus de sept ans après le début des négociations d’adhésion à l’Union européenne.

Liberticide. Quelque 80 journalistes sont aujourd’hui derrière les barreaux, sous le coup d’une loi antiterroriste jugée liberticide par les Européens. Au titre de ces mêmes textes, 45 avocats sont emprisonnés, la plupart appartenant à des cabinets défendant des militants kurdes ou d’extrême gauche. Neuf de ces derniers ont été arrêtés la semaine dernière et inculpés «d’appartenance à une organisation terroriste» dans le cadre d’une vaste opération de police.





Retour à la rubrique


Source/Lien : Libération



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org