Aujourd'hui : Samedi, 24 août 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Presse arménienne: revue du 23 janvier 2007
Publié le :

Revue de la Presse arménienne du 23 janvier 2007

Assassinat de Hrant Dink

La presse arménienne continue de rendre hommage à Hrant Dink dont l’assassinat a suscité une onde de choc et d’indignation dans la société arménienne comme dans la diaspora. Quatre jours successifs les condamnations n’arrêtent pas de la part des parties politiques, des organisations sociales, des milieux artistiques et scientifiques. Certaines déclarations sont allées jusqu'à qualifier le meurtre du journaliste renommé de suite du Génocide de 1915. « Hrant Dink a payé pour son pluralisme et ses origines arméniennes », telle est l’idée principale des déclarations. Une messe de requiem a été servie dans toutes les Eglises apostoliques arméniennes à travers le monde. L’ensemble des quotidiens fait état de la manifestation hier à Erevan, la deuxième depuis l’assassinat de Hrant Dink, de plus d'une centaine de jeunes Arméniens représentant le parti Dachnaksoutioun qui brandissaient des pancartes clamant « le genocide continue ». Ils ont défilé à nouveau vers la représentation de l’UE à Erevan. Aujourd’hui même, à la même heure des funérailles de Hrant Dink, un rassemblement important est prévu au centre ville.

La presse rend compte de l’arrestation d’Ogün Samast, l’assassin présumé de Hrant Dink. Le suspect, âgé de 17 ans, originaire de Trabzon, a été interpellé à Samsoun, alors qu’il rentrait d’Istanbul. Son arrestation a été rendue possible grâce aux images diffusées sur les chaînes turques. Le suspect a été reconnu par son propre père qui aurait prévenu les autorités. Ce qui est le plus choquant pour la presse arménienne, c’est que ce jeune criminel n’a pas manifesté de remords. Le suspect aurait été marqué par les publications du journaliste sur la cause arménienne et aurait pris la décision de l’assassiner suite à l’adoption par l’AN française de la loi pénalisant la négation du génocide arménien (Hayastani Hanrapetoutioun). Il ferait partie d’un groupuscule nationaliste implanté à Trabzon dont le mentor est un ultranationaliste, Yasin Hayal, également arrêté.

Les télévisions et l’ensemble de la presse écrite font état du message de condoléances du Président Chirac adressé à la veuve de Hrant Dink : « Je n'ai pas de mots assez durs pour condamner cet acte abominable qui prive la Turquie d'une de ses voix les plus courageuses et les plus libres. Hrant Dink était de tous les combats pour la liberté et la défense des droits de l'Homme. Dans les colonnes du journal Agos qu'il avait créé il y a une dizaine d'années et sur toutes les tribunes, il s'était aussi fait l'avocat du devoir de mémoire et de la réconciliation turco-arménienne. Il croyait dans ce dialogue, en sa nécessité et en son urgence ». Sont également cités les messages de Philippe Douste-Blazy et de Nicolas Sarkozy.

Vahan Hovhannissian, vice-président dachnak de l’AN, estime dans Hayots Achkhar, que « tant que le genocide arménien n’est pas condamné par l’ensemble de la communauté internationale, de tels actes génocidaires, comme l’assassinat de Hrant Dink se produiront. Cet assassinat est un coup conscient contre tous qui défendent la paix, la réconciliation et la reconnaissance du génocide. Son assassinat vient prouver une nouvelle fois que l’adoption par l’AN française de la loi pénalisant la négation du génocide arménien est justifiée ».

Les commentaires de la presse arménienne sont submergés d’émotion : « L’Etat turc est construit sur l’idéologie fasciste », écrit Hayots Achkhar. Azg écrit, citant Orhan Pamuk, que l’Etat turc est responsable du meurtre de Hrant Dink. « L’Etat turc est responsable de l’atmosphère d’extrémisme et de nationalisme dont Hrant Dink a été victime », écrit l’éditorial d’Aravot. « Une personnalité a été tuée qui se battait pour le dialogue arméno-turc. Même après sa mort Hrant Dink accomplit sa mission : les sociétés arménienne et turque sont aujourd’hui plus solidaires que jamais », écrit 168 Jam. « Le génocide se poursuit, écrit à la « une » Golos Arménii, la Turquie et l’Azerbaïdjan sont les seuls Etats à conserver l’idéologie fasciste où l’on tue pour l’appartenance nationale. En tirant sur Hrant Dink le jeune criminel a fait ce que prône depuis deux siècles l’Etat turc ». Novoyé Vrémia reproduit l’article rédigé par Hrant Dink la veille de son assassinat : « Je me sens comme une colombe. Je regarde à droite, à gauche, devant et derrière moi, avec la timidité
d’une colombe. Mais je sais que dans ce pays on ne touche pas aux colombes. Les colombes continuent à vivre au Coeur de la cité, meme au milieu des foules humaines. Un peu timides certes, mais d’autant plus libres ». « En Turquie on tue, malheureusement, même les colombes », intitule Novoyé Vrémia. « L’assassinat de Hrant Dink a eu l’effet d’un séisme politique en Turquie, écrit Hayastani Hanrapetoutioun, citant Hayk Demoyan, directeur du musée du génocide. Cet incident est susceptible de changer la position de la société turque sur le tabou du génocide arménien ».

Enfin, l’Arménie sera représentée aux obsèques de Hrant Dink par Arman Kirakossian, vice-Ministre des AE, et Karen Mirzoyan, représentant de l’Arménie à l’Organisation de la coopération économique de la Mer Noire.
« L’une des voix les plus courageuses et libres de la Turquie »- Hayastani Hanrapetoutioun
« Le meurtre de Hrant Dink est dirigé contre la liberté, la justice et la démocratie »- Azg
« La Turquie ne changera pas tant que le Génocide n’est pas condamné »- Hayots Achkhar
« Dernier hommage », « Arménien timide mais libre »- Haykakan Jamanak
« C’est l’Etat turc qui a tué Hrant Dink »- Golos Arménii

Affaires intérieures

Les quotidiens déplorent aussi le meurtre d’un soldat arménien, Armen Malkassian, tué par un tireur azerbaïdjanais, lundi matin, à Berd, à la frontière arméno-azerbaïdjanaise dans la région de Tavoush, ainsi que celui d’un adolescent âgé de 16 ans, Arthur Martirossian à Moscou. L’adolescent d’origine arménienne a été retrouvé le corps lardé de coups de couteau. L’enquête est en cours, mais il est probable que le jeune homme ait été tué en raison de ses origines par des xénophobes russes.

Affaires régionales
Azg, Hayastani Hanrapetoutioun, Hayots Achkhar, Haykakan Jamanak et 168 Jam font état du départ de Vartan Oskanian à Moscou afin de rencontrer son homologue azerbaïdjanais, Elmar Mammédiarov. Vladimir Karapetian, porte-parole du MAE, a declare que la partie arménienne se rendait à la première rencontre arméno-azerbaïdjanaise de cette année en nourrissant l’espoir d’une avancée dans le règlement du conflit du HK. Le porte-parole du Président a précisé que le chef de l’Etat arménien s’entretiendra avec les coprésidents du GDM, le 25 janvier, à l’occasion de leur visite régionale.
La presse officielle annonce que le Président Kotcharian a reçu une distinction de l’Eglise orthodoxe russe pour sa contribution au « renforcement de l’unité des peuples orthodoxes ».



Retour à la rubrique



Source/Lien : Ambassade de France en Arménie



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org