Aujourd'hui : Vendredi, 19 juillet 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Un couple agressé par un voisin soucieux de "finir le travail des nazis"
Publié le :

rtbf

Légende photo: Ruth Sverdloff et Cindy Meul ont essuyé l'agression et les insultes antisémites d'un voisin, à Aartselaar
RTBF


SOCIETE | Mis à jour le lundi 1 juillet 2013 à 17h16

Il y a un peu plus d'un mois, une femme a été agressée chez elle par ses voisins à Aartselaar, une commune de la région anversoise. Vraisemblablement victime d'un acte antisémite, elle n'aurait pas obtenu le soutien la police, qui a déclaré avec la bourgmestre d'Aartselaar avoir toute confiance en l'enquête sur la manière dont la police a traité la plainte du couple.

Ruth Sverdloff et Cindy Meul ne sont pas prêtes d'oublier les quelques jours qu'elles ont vécu à Aartselaar. Ce couple marié depuis un peu plus de deux ans s'était installé début mai dans un immeuble à priori tranquille. Mais très vite, les relations avec les voisins se sont détériorées, et ce après que ces derniers ont découvert l'origine juive d'une des deux femmes.

Les voisins ont alors, d'après le récit des deux épouses, commencé à les insulter tous les jours et venaient taper la nuit contre leur porte. Et puis un jour, 3 semaines à peine après l’emménagement du couple, leur voisin du dessous se présente à la porte de l'appartement et agresse l'une des deux dames. Le tout en proférant des insultes antisémites.

"Ils disaient 'sale juifs', que des juifs ne peuvent pas habiter ici. Qu'y a-t-il de plus clair que cela pour de l'antisémitisme ?" Ruth Sverdloff ajoute que lorsque sa femme a ouvert la porte de l'appartement, les agresseurs ont déclaré "vouloir terminer le travail des nazis".

Appelée à deux reprises, la police d'Aartselaar met beaucoup de temps à arriver. Cindy Meul, est évacuée en ambulance. Elle souffre de nombreuses blessures et d'un nez cassé.

Selon l'épouse de la victime, les policiers arrivés sur place discutent aimablement avec les deux agresseurs présumés et ne s'intéressent guère à l'agression et aux traces de celles-ci dans l'appartement. Et lorsque Ruth Sverdloff se rend au commissariat d'Aartselaar pour porter plainte, elle affirme avoir été rejetée parce qu'elle ne parlait pas le néerlandais.

"Il y avait un policier au comptoir, dit-elle, et deux autres assis derrière. Et le premier m'a dit: 'Hier is Vlaanderen, alleen nederlands. Geen frans of engels'." Elle affirme que le policier leur a montré l'horizon du doigt en s'écriant "buiten !" (dehors). Ruth Sverdloff ajoute qu'en regardant les deux autres policiers, elle s'est "demandée où on est ici."

Aujourd'hui encore, la police d'Aartselaar minimise l'agression, déclarant que la victime était ivre et qu'elle se rendait coupable de tapage nocturne. Il était pourtant 10h30 du matin. Et aucun test sanguin n'a été réalisé prouvant une quelconque alcoolémie.

Choqué par cette histoire, le bourgmestre d'Anvers Bart de Wever a reçu les deux dames et leur a promis de suivre l'enquête. L'avocat du couple, Michael Modrikamen, par ailleurs président du parti populaire, déposera demain une plainte au parquet d'Anvers et auprès du Comité P, la police des polices.

La ministre de l'intérieur, Joëlle Milquet, a également demandé à l'inspection générale des services d'ouvrir une enquête, pour laquelle la police et la bourgmestre d'Aartselaar se montrent confiants : "La femme belge a subi un traumatisme, selon son avocat, et n'a donc pas pu personnellement se déplacer, alors que l'Israélienne voulait s'exprimer en hébreu", a affirmé l'inspecteur Patrick Crabbé.

"Si une enquête est menée sur le comportement de nos policiers, elle montrera que nous avons suivi la procédure. Nous accueillons favorablement l'ouverture de l'enquête et espérons qu'elle sera bouclée aussi rapidement que possible, car cela représente une tache sur notre blason."

La bourgmestre d'Aartselaar, Sophie De Wit (N-VA), a également fait part de sa confiance en l'enquête.

Dominique Dussein avec Belga




Retour à la rubrique


Source/Lien : rtbf



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org