Aujourd'hui : Lundi, 17 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : les images de policiers posant aux côtés du tueur de Hrant Dink font scandale
Publié le :

LEMONDE.FR avec AFP | 02.02.07 | 17h58 • Mis à jour le 03.02.07 | 11h54

La scène se passe dans un commissariat de Samsun, ville portuaire du nord de la Turquie, le jour même de l'arrestation d'Ogun Samast, le jeune homme de 17 ans qui a avoué le meurtre, le 19 janvier à Istanbul, du journaliste d'origine arménienne Hrant Dink. On y voit le jeune suspect, visiblement fatigué et incrédule, déployant un drapeau turc devant un calendrier sur lequel figure une citation du fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk : "La terre de la mère patrie est sacrée. Elle ne peut être abandonnée à son sort."

Ce qui met dans l'embarras les forces de sécurité turques, c'est que le jeune homme est flanqué de deux agents de sécurité visiblement décontractés et contents de poser en compagnie de l'assassin du journaliste.

Publiés vendredi par les médias turcs, les images et les photos de la scène n'ont pas tardé à déclencher une polémique qui a rapidement atteint les autorités. Le procureur de Samsun a d'abord indiqué qu'une enquête visant la police et la gendarmerie avait été ouverte sur cet incident. Quatre gendarmes et quatre policiers de Samsun impliqués dans le scandale ont ensuite été démis de leur fonctions, a rapporté l'agence de presse Anatolie, citant des sources du ministère de l'intérieur.

Les journaux s'en sont pris aux forces de sécurité de Samsun pour avoir présenté le jeune assassin présumé comme un "héros". "Il ne manquait plus que de donner un baiser sur le front de l'assassin", martelait le quotidien Radikal, tandis que pour le journal Vatan, "ces images sont encore plus graves que le meurtre lui-même".

LA POLICE DÉJÀ MONTRÉE DU DOIGT

Les forces de sécurité sont depuis quelques jours accusées d'avoir été informées il y a un an du projet d'assassinat du journaliste. Elles auraient alors choisi de ne pas pousser plus avant leurs investigations.

La presse libérale et le principal parti d'opposition au Parlement ont réclamé la tête du ministre de l'intérieur, Abdülkadir Aksu, et du chef de la police stambouliote, Celalettin Cerrah, les accusant de n'avoir pas protégé M. Dink. Celui-ci avait à plusieurs reprises écrit dans son journal bilingue Agos avoir reçu des menaces de mort. Le premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, a clairement rejeté, vendredi, l'éventualité d'un limogeage.

Huit personnes – dont Ogun Samast – appartenant au même groupuscule ultranationaliste de la grande ville de Trabzon (Nord-Est) ont été inculpées et écrouées à Istanbul dans le cadre de l'enquête.



Retour à la rubrique



Source/Lien : Le Monde



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org