Aujourd'hui : Jeudi, 26 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Pour Strasbourg, la Suisse a violé le droit à la liberté d'expression
Publié le : 17-12-2013

Tribune de Genève

Légende photo : Selon la Cour européenne, Dogu Perinçek, ici en 2007, n'a pas commis d'abus de droit en qualifiant de «mensonge international» l'idée d'un génocide arménien.
Image: Keystone


Mis à jour à 14h33

La Cour européenne des droits de l'homme juge que la Suisse a violé le droit à la liberté d'expression du nationaliste turc Dogu Perinçek en le condamnant pour discrimination raciale.

Le nationaliste turc Dogu Perinçek obtient gain de cause à Strasbourg. La Cour européenne des droits de l'homme juge que la Suisse a violé le droit à la liberté d'expression du nationaliste turc en le condamnant pour discrimination raciale.

Président du parti des travailleurs de Turquie, Dogu Perinçek avait nié publiquement l'existence du génocide arménien. Il avait été condamné en mars 2007 par le Tribunal de police de Lausanne à 90 jours-amende avec sursis pour discrimination raciale. Un verdict confirmé par le Tribunal fédéral.

Selon la Cour européenne, Dogu Perinçek n'a pas commis d'abus de droit en qualifiant de «mensonge international» l'idée d'un génocide arménien. Elle rappelle que «le libre exercice du droit de débattre ouvertement de questions sensibles et susceptibles de déplaire est l'un des aspects fondamentaux de la liberté d'expression».

Ce droit «distingue une société démocratique, tolérante et pluraliste d'un régime totalitaire ou dictatorial». La Cour ne se prononce pas sur la qualification juridique du génocide arménien. Elle estime que la notation de «génocide» est «une notion de droit étroitement définie, dont la preuve est par ailleurs difficile à apporter.»

La Cour doute qu'il puisse y avoir un consensus général sur des événements tels que ceux qui sont ici en cause, étant donné que la recherche historique est par définition controversée et discutable et ne se prête guère à des conclusions définitives ou à l'affirmation de vérités objectives et absolues. (ats/Newsnet)

Créé: 17.12.2013, 14h33




Retour à la rubrique


Source/Lien : Tribune de Genève



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org