Aujourd'hui : Mardi, 17 juillet 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Erevan exprime sa préoccupation concernant la situation à Kessab
Publié le : 25-03-2014

NAM

L’Arménie a exprimé sa ‘profonde préoccupation’ concernant la situation dans la ville syrienne de Kessab près de la frontière avec la Turquie que les habitants majoritairement arméniens ont dû évacuer après une attaque de militants djihadistes venus de Turquie.

Dans une déclaration faite à La Haye, aux Pays-Bas, en marge du sommet de deux jours sur le sécurité nucléaire auquel il participait, le président Serge Sarkissian a désigné les événements survenus dans Kessab et sa région comme un “grave défi” aux mécanismes actuels de protection des minorités ethniques.

Auparavant, la section internationale de l’Armenian National Committee avait aussi fermement condamné ces attaques, en accusant la Turquie de jouer un rôle actif en “aidant et cautionnant des groupes extrémistes dans leurs attaques ciblées contre les Chrétiens et autres populations minoritaires de Syrie”. “Nous nous rappelons tout particulièrement l’histoire de Kessab qui, malheureusement, a été marquée par les événements tragiques de la déportation des Arméniens au siècle dernier”, a indiqué le président Sarkissian, dans une allusion à l’invasion de la région par des groupes armés turcs en 1909 et à la seconde vague de déportations et de massacres de la population de Kessab durant le génocide arménien de 1915.

“Ce troisième déplacement des Arméniens de Kessab, tel qu’il se produit aujourd’hui, est un grave défi aux mécanismes en place au 21e siècle visant à défendre les minorités ethniques. Je pense que tous doivent réaliser que ces parallèles devraient inciter toutes les parties à la prudence”, a poursuivi le président arménien.

Dans le même temps, M. Sarkissian a remercié les autorités syriennes “pour les mesures prises dans ces moments difficiles pour aider les Arméniens de Kessab”. “J’ai déjà donné l’ordre aux missions diplomatiques arméniennes à l’Onu à New York et à Genève de s’en remettre aux instances concernées en matière de droits de l’homme et de protection des minorités pour qu’ils défendent les droits des Arméniens de Kessab et puissent revenir dans leurs foyers ancestraux” a ajouté M.Sarkisian.

Le président arménien a aussi rendu compte de la discussion sur la situation avec le Catholicos de la Grande Maison de Cilicie, Aram I, dont le siège est à Antélias au Liban.

Selon M.Sarkissian, l’ambassade arménienne en Syrie travaille sur un programne visant à aider les Arméniens de Kessab. Dans le même temps, des centaines d’Arméniens qui avaient été évacués de Kessab et ont trouvé refuge chez des proches, des amis ou auprès de l’église arménienne dans la localité voisine de Latakia, espèrent pouvoir regagner prochainement leurs foyers. Ils ont reçu des aides des organisations arméniennes locales ainsi que du Comité international de la Croix rouge.

“Actuellement, on ne déplore pas de pertes parmi les Arméniens. Ils ont pu se rendre à Latakia grâce à l’aide des troupes du gouvernement”, raconte une Arménienne de Kessab, Choghik. “Les autorités d’Arménie suivent de près la situation, et cherchent des moyens d’aider les Arméniens”, a indiqué pour sa part le porte-parole du ministère arménien des affaires étrangères, Tigran Balayan, s’exprimant devant la presse locale.

Le président du Parlement arménien, Hovik Abrahamian, a lui aussi exprimé sa préoccupation concernant la situation à Kessab. Dans une réponse à une question du député du parti d’opposition Héritage, Tevan Poghosian, concernant les mesures possibles envisagées par l’Arménie pour faire face à cette situation, M. Abrahamian a indiqué : “Nous ne sommes pas habilités à interférer dans les affaires intérieures d’un Etat [la Syrie]. Selon moi, c’est un problème plus profond. Je pense que pour que les députés soient bien informés de la situation, nous devrions organiser des rencontres avec le ministère concerné.”

mardi 25 mars 2014,
Gari ©armenews.com




Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org