Aujourd'hui : Lundi, 1 septembre 2014
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
PHDN
Adhérez au Collectif VAN
Le génocide arménien expliqué aux turcophones
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Comité international de soutien aux intellectuels de Turquie
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
L’Etat-turc, maître chanteur ?
Publié le : 05-04-2006

Les négationnistes d’Ankara
ciblent aujourd’hui
le concours de l’Eurovision
pour diffuser leurs thèses
sur le génocide arménien :

pour ces prédateurs de la vérité, tous les territoires
sont propices à la chasse



Après les premières manifestations officielles du négationnisme turc à Berlin et à Lyon (18 mars 2006), les nouvelles manœuvres du genre ont pour cadre le Concours populaire de l’Eurovision qui va se tenir à Athènes du 18 au 20 mai prochain.
L’Eurovision draîne dans son sillage – hormis les sites nationaux et officiels - des sites de fans dûment répertoriés et partenaires officiels de l’opération. Parmi ceux-ci, http://eurovision-turkey.com.

Ce site, à l’instar des autres sites partenaires, est consacré au Concours et à ses interprètes, en l’occurrence la candidate turque Sibel Tüzün.

Sauf que. Sauf qu’en page d’accueil on y découvre la désormais classique mais toujours aussi désolante « Turkish touch » : des petits cœurs signalent chaque « chapitre » et l’un d’entre eux a pour titre… Armenian terror. Rien de moins.
Dessous, on y découvre une liste de sept sites négationnistes turcs. L’un d’entre eux (Turk Diaspora) cultive même le privilège d’être également ouvertement homophobe en affichant en page d’accueil, une photo d’une manifestation gay et lesbienne arménienne des USA sous le titre : « C’est ça la diaspora arménienne »…
Pour tous ces sites (Azatyurt, Tall Armenian Tale, Armenian Question, Milli Ulku, Armenian Reality, Karabakh, Turk Diaspora) un message récurrent : « les Arméniens ont massacré les Turcs et ça fait 91 ans que ce génocide est passé sous silence… »

Les sites partenaires (www.esctoday.com - Eurovision Song Contest Today -, www.oikotimes.com, www.escsweden, et le site israélien IBA d'Eurovision) avertis par leurs fans, ont demandé à l’équipe d’http://eurovision-turkey.com de modifier sa « ligne éditoriale ». Celle-ci, mais ce n’est pas pour nous étonner, a violemment réagi et a opposé une fin de non-recevoir à ses partenaires.

Le site grec www.oikotimes.com consacre une partie de ses colonnes à ce scandale et diffuse aujourd’hui le Communiqué de Presse du site turc officiel de fans d’Eurovision OGAE Turkey** (www.turkey.ogae.net). Son Président Olcay Tanberken y condamne le site turc incriminé et affirme la volonté d’OGAE Turkey de ne jamais mélanger politique et chanson, et souhaite la bienvenue à l’Arménie, candidate pour la première fois à l’Eurovision.

Nous ne doutons pas de sa bonne foi, mais le problème est que la chanson, justement, nous commençons à la connaître. Le Consul turc de Lyon, nous l’a déjà fredonnée après la manifestation négationniste des associations franco-turques le 18 mars dernier : « ces méchants Loups gris ne font pas partie de notre bergerie ». On sait ce qu’il en est dans la réalité.

Car il ne faut pas gratter bien loin pour découvrir qu’une seule dialectique officielle régit hélas l’ensemble.

Pour s’en convaincre, il suffit, à partir du site officiel de l’Eurovision d’aller sur le site de la TRT (la Télévision Radio Turque) qui représente officiellement l’Eurovision en Turquie, et de cliquer sur le logo « Turkey » situé en-bas de la page d’accueil.

Ce logo vous ouvre les portes d’une Culture nauséabonde qui rendrait même un Faurisson jaloux de n’avoir pas eu assez d’imagination…

Bienvenue sur le site du Ministère de la "Culture" et du Tourisme de la République de Turquie*. Et sur sa vision de l’Histoire qui n’a rien à envier à celle du site eurovision-turkey.com puisqu’il s’agit de la même.

L’Europe a délivré un blanc-seing à la Turquie le 3 octobre 2005. Depuis, l’Etat turc, en se cachant derrière des « prête-noms » ou en agissant en plein jour, entend faire valoir SA conception des valeurs européennes. Le fait que la cible soit aujourd’hui l’Eurovision pourrait prêter à sourire. On aurait tort : pour ces prédateurs de la vérité, tous les territoires sont propices à la chasse.


L'UER (Union Européenne de Radiotélévision) qui gère le réseau Eurovision (et pas seulement le Concours Eurovision de la Chanson) a reconnu implicitement le génocide en publiant l'article du Directeur du Département Télévision, Bjørn Erichsen, figurant sur son site.

Des mesures exemplaires s'imposent à tous les niveaux pour stopper ce négationnisme rampant qui s'immisce dans tous les rouages de notre société.

Car la question est : jusqu’à quand va-t-on laisser cette culture de la haine, du racisme et du mensonge dicter sa loi ? Jusqu’à quand va-t-on dire « on ne savait pas » ?

Séta Papazian
Présidente du Collectif VAN
04 avril 2006 - 19:15


P.S : Il n'est pas inutile de souligner que le chanteur arménien André vient de faire état de menaces de mort émanant de "fans" azéris.


*Ministère de la Culture et du Tourisme de la République de Turquie : Histoire ASSERTIONS ARMENIENNES ET VÉRITES - CD - LA QUESTION ARMENIENNE - LES ALLEGATIONS- LES REALITES

Le site grec Oikotimes.com incite tous ceux qui veulent exprimer leur sentiment à leur écrire des mails de protestation sur cette page


---------------------------------------------------------

Pour info : OGAE, qui signifie Organisation Générale des Amateurs d'Eurovision, est une association internationale de fans du Concours Eurovision créée par des Finlandais en 1984 :
http://www.international.ogae.net

**Press Release: webmasters continue condemning Turkish website

OGAE Turkey
Dear press members and Eurovision fans; Following the unfortunate links on Eurovision-Turkey web site, OGAE Turkey would like to take the opportunity to clarify its stance in regards to inclusion of politics within Eurovision Song Contest. OGAE Turkey, since it was established in 1996, has never been involved in any sort of political campaign against any nation or performer. We have a strong objection to any politically inclined move within Eurovision. Being a fan club of Eurovision, and music lovers, OGAE Turkey emphasizes the importance of keeping politics well away from a song contest. Eurovision Song Contest should be a peaceful music festival, aimed at uniting European nations, rather than spreading hatred. As we have always open heartedly welcomed all new participants to Eurovision, we express our gratitude for the Armenian participation and strongly believe that they will bring richness and diversity to Eurovision.

Olcay Tanberken
OGAE Turkey, President

Eurosong.nl
Today, OGAE Turkey released a press memo to take the opportunity to clarify its stance in regards to inclusion of politics within Eurovision Song Contest. OGAE Turkey, since it was established in 1996, has never been involved in any sort of political campaign against any nation or performer. They have a strong objection to any politically inclined move within Eurovision. OGAE Turkey emphasizes the importance of keeping politics well away from a song contest. Eurovision Song Contest should be a peaceful music festival, aimed at uniting European nations, rather than spreading hatred. As they have always open heartedly welcomed all new participants to Eurovision, they express their gratitude for the Armenian participation and strongly believe that they will bring richness and diversity to Eurovision. Earlier this week Oikotimes.com released another press memo asking to write the webmaster of another Turkish Eurovision fan website stop it's Armenian column. We at eurosong.nl and eurosong2006.com feel the same about this and ask anyone to write to the webmaster to remove the political column. We do not mention the name of the Turkish website since this would be to much free publicity for the wrong content on their website. Hope they visit this page and get the feeling!


Press Release: unacceptable behavior by eurovision-turkey website

Since few days complaints reach the websites of oikotimes.com, esctoday.com and escsweden.com about the content of the eurovision related fan website eurovision-turkey.com. The content of this website includes an anti-Armenian campaign on its columns. This idea and content is not endorsed by our websites this is why we asked its webmaster to withdraw the column. Despite of giving them a choice the team reacted heavily upon us.

Today eurovision-turkey tried to abuse oikotimes.com reactions system by swearing and advertising the website. This is why we were forced to currently stop this service. Oikotimes.com also informed its partners about the content of this specific website and also TRT and Sibel Tuzun's team are informed. Waiting for some official responses, we ask our partners and friends to email us their support condemning the unacceptable behavior of the specific website.

The specific web area also reproduces content of our website illegally. Therefore oikotimes.com will take legal actions against the webmaster of the website and furthermore to its team. We condemn their reaction and we will never endorse political conflicts within our websites. We kindly ask your support at our usual email. The emails received will be published.

Kindly Yours
The Oikotimes.com Team

Reaction by a reader
The abuse that we have entailed from centuries of hatred by the Turks is revealing itself again in this competition. Even the country profile continues their ideological stance on the Armenian Genocide. I am dissapointed that Eurovision falls into the propaganda by stating such things as "Armenians claim" and "hundreds of thousands massacred." Leading parliaments, Holocaust scholars, thousands of history book affirm that the Armenian Genocide was the first genocidal attempt of race extermination which killed 1.5 million Armenians in death camps. It's sad that Eurovision bows down to Turkish bullying and distorts or downplays the history by carefully terming the events. Would you question the Holocaust of the Jews? I realize that the info. is from BBC, but Uk is among the countries that have military cooperations with Turkey and continually downplay the Genocide. Why could you not take your info. from the dozens of countries including the EU that officially recognize the Genocide? Now the endless envy and abuse by Azeris and Turks is continually experienced in this competition. They outrightly HATE Armenians. This is sytematic racism and you know it. This competition is becoming so frustrating. I feel so hurt everytime I check in for news. There is nothing worst than to feel the haunting effects of genocide and racism. Enough!

Eurojoint (Israel, Netherlands, Greece)
In the last couple of days members of the "EuroJoint" alliance received complains on political statements and links appearing on fan website eurovision-turkey.com. The content of the statement and link under the title "Armenian terror" linked to web sides dealing with issues that are far from the true spirit of the Eurovision Song Contest, and far from what members of "EuroJoint" see as fit with ESC coverage standards. Members of the "EuroJoint" alliance condemn any use of politics in such a un ethical way. We call upon " eurovision-turkey.com" to remove all political contents from its web site, and bring back the Armenian flag and country name, as an equal participant in the Eurovision Song Contest. We are here to be united, at least for one week in a year, as we believe and do in our "EuroJoint" alliance. During Eurovision week in Athens the "big 3 alliance" – Oikotimes (Greece) – EurovIL ( Israel) – Esctoday (Netherlands), will bring you the biggest and widest and objective ESC coverage ever.

Escsweden.com cut the ties with turkish esc website
One of the leading Eurovision Song Contests sites in Turkey has mixed politics with Eurovision in an unacceptable way. Thats why Escsweden.com now stops the partnership we joined with eurovision-turkey.com in 2004. On their frontpage they have a political column of Armenian Terror in wich they denies the genocide of armenians back in 1915 and continuing afend an another participating country in Eurovision Song Contest. We together with our other partners oikotimes.com and esctoday.com kindly asked eurovision-turkey.com to withdraw it´s political column on their website but sad to say with no result at all. So if they want to go on with this they can but without support from escsweden.com in the future. Now we´re searching for another turkish eurovision website that not involves politics in our belowed Eurovision, a site we can exchange music related news with and nothing else. It has also come to our knowledge that eurovision-turkey.com in their forum let visitors launched an unprecedented "war" against our partner oikotimes.com. This is a childish and absurd way of behaviour and doesen´t belong in a democracy and certainly not in Eurovision Song Contest. Escsweden.con condemns this and fully supports oikotimes.com.

Eurovision Croatia
This is really unacceptable behavior. They mix politic with music and in that way destroy good relationship between not only Turks and Armenians, and also between Turks and other people. So much hate between them... Because of that Eurovision-Croatia cut all the ties with turkish esc website in hope that they will think about that and remove that column. Also, we support our partner oikotimes.com in "war" what is started by eurovision-turkey.com.
---------------------------------------------------------

Pour mémoire :

http://www.ebu.ch/fr/union/news/2005/tcm_6-40971.php

PTV Arménie
Bjørn Erichsen, directeur du département télé, UER


Portrait personnel d’un nouveau membre

Nous sommes arrivés en Arménie en voiture, par le nord, par une fin d’après-midi ensoleillée. Pour cette double mission (apprendre et enseigner), j’étais accompagné de la responsable des collections de programmes du département, Anna Vasova. Notre chauffeur géorgien fou voulait à tout prix nous prouver que sa Mercedes pouvait rouler à 150 km/h sur les routes montagneuses étroites du Caucase. Il nous a emmenés de Tbilissi, en Géorgie, à Erevan, en Arménie, 300 km plus au sud.

Histoire trouble

Il n’y a pas de vols entre ces deux capitales, étrange illustration du peu que ces deux pays voisins ont en commun : ils ne parlent pas la même langue, leurs cultures sont très différentes, la Géorgie s’étant toujours tournée vers le Nord et l’Arménie vers le Sud, pour le meilleur et pour le pire.

L’Arménie longe la Turquie et l’Iran au sud, la Géorgie et l’Azerbaïdjan au nord et à l’est. Pendant des siècles, ce petit pays a été coincé entre l’influence russe au nord et la domination turque et perse au sud.


En 1915, cette situation a culminé avec le génocide des Arméniens par les Turcs, au cours duquel plus de 1,5 million de personnes ont été tuées. La plupart des familles arméniennes en sont encore affectées directement aujourd’hui et ce ne semble que justice que l’Union européenne oblige maintenant la Turquie à reconnaître les faits dans le cadre des prochaines négociations de l’accession de ce pays à l’Union.

Ce génocide a naturellement entraîné une émigration massive et on compte aujourd’hui autant d’Arméniens installés à l’étranger qu’en Arménie. Pendant une brève période heureuse de 1918 à 1920, dont les Arméniens sont très fiers, un État arménien a été créé à l’intérieur des frontières actuelles, mais il fut annexé en 1920 par l’empire soviétique, qui en fit une république satellite. Ce n’est qu’en 1991 que les Arméniens ont retrouvé leur liberté et commencé à s’ériger en pays démocratique.

Jeune radiodiffuseur

En voiture, nous avons parcouru une Erevan superbe et moderne, forte de plus d’un million d’habitants, pour arriver à notre hôtel sur la place de la République, où nous fûmes chaleureusement accueillis par le directeur des programmes télé, Marat, qui parle couramment français, et Diana, 23 ans à peine, déjà responsable des relations internationales, mais bien plus que cela. Ils nous invitèrent à un fantastique repas arménien traditionnel, pour lequel le directeur général, Armen, 32 ans, s’est joint à nous.

Le crime

Les entendant soudain préciser « avant le crime », je demandai de quel crime ils parlaient. Ils me racontèrent alors l’histoire de Tigran Naghdalian, le président de la Société publique arménienne de télévision et de radio, abattu par balles à 36 ans en plein centre de Erevan le 28 décembre 2002. Il avait présidé la radiotélévision arménienne depuis sa création, en 2001, date à laquelle elle avait succédé au radiodiffuseur d’État. Outre la présidence du conseil, Tigran Naghdalian continuait à travailler comme journaliste et, tous les dimanches soir, il présentait en direct un magazine d’enquête d’actualité, «Agenda», qui consistait essentiellement à révéler des cas privés et officiels de fraude et de corruption. Fin décembre 2002, il avait ainsi dénoncé une affaire d’ampleur nationale et prouvé les méthodes brutales et les arrangements illégaux appliqués dans ce cadre. Il l’a payé de sa vie. Le tueur et le chef du clan mis en cause sont aujourd’hui sous les verrous.

Pendant un moment, je fus honteux d’avoir oublié cette histoire. Je m’apprêtais à dire qu’il était devenu une légende pour une nouvelle génération de jeunes journalistes arméniens, mais Diana m’interrompit: « Avant que vous disiez quoi que ce soit, Bjørn, je tiens à ce que vous sachiez que c’était mon mari. » Elle avait 20 ans et ils venaient de se marier quand il a été tué.

Nous étions dans un pays où la liberté d’expression et la lutte pour la démocratie peuvent encore coûter la vie à des directeurs honnêtes et des journalistes courageux. Parfois, en Europe occidentale, nous ferions bien de nous rappeler que la liberté des médias n’est pas aussi évidente que nous pourrions le penser.

Travail

Le lendemain matin, 15 chefs de département et d’unité de pro-grammes, enthousiastes, étaient assis autour de la table de travail pour une première séance consacrée à l’UER elle-même, avec sa complexité, le résumé des échanges d’actualités, l’acquisition des droits sportifs, le réseau Eurovision, nos offres radiophoniques, les services juridique et technique et les offres télé.

La deuxième séance nous a permis de découvrir l’Arménie et l’organisme, sa manière d’assurer le service public. Il diffuse trois chaînes télé, une première chaîne généraliste, une deuxième destinée aux jeunes et une troisième par satellite, destinée aux Arméniens vivant à l’étranger. Sans oublier trois stations de radio !

Pour la télévision, ils arrivent à alimenter les trois chaînes avec un personnel permanent de 400 personnes ! Bien sûr, ils disposent également d’une solide équipe d’indépendants et de sociétés de production locales. Dans les années quatre-vingt-dix, ils ont géré toute la refonte fondamentale : réformer un radiodiffuseur d’état de l’ancienne école, en sureffectif et mal géré, pour en faire un radiodiffuseur de service public moderne et performant.

Même s’il ne dispose pas encore d’un système de mesure d’audience sophistiqué, il détient 40% du marché publicitaire télé et on estime à environ 38% sa part du marché télé, ce qui en fait le principal radiodiffuseur arménien. Il dispose d’un budget de redevance de 4 120 000 euros, auquel s’ajoutent environ 824 000 euros de recettes publicitaires.

Lorsque je fais remarquer que ce ne peut être vrai, ou du moins que ce n’est pas acceptable, ils nous expliquent poliment que l’Arménie est pauvre et que je dois le comprendre !

Ils ne se plaignent pas et ne veulent pas qu’on les plaigne et expliquent qu’ils réussissent bien, sont respectés par leur public et qu’ils parviennent à tenir leur budget. Ils étaient cependant bien contents lorsque plus tard, dans une interview que j’ai accordée à leur bulletin d’information du soir, j’ai insisté pour que le gouvernement augmente leur financement et leur fournisse également un budget d’investissement, un concept dont ils n’ont jamais fait l’expérience. Ils espèrent pouvoir passer au numérique d’ici à 2015.

Par la suite, je me pris à penser à DR, au Danemark, que j’ai quitté il y a quatre ans. Avec une production et une part de marché très semblables à celles de PTV, mais 3 600 employés et un budget de 380 millions d’euros! Et un personnel qui se plaint en permanence des réductions budgétaires et des conditions de travail inacceptables !

L’après-midi, nous avons tenu une troisième séance consacrée aux coproductions du département, aux concours de la chanson et à toutes les autres coproductions et collections auxquelles ils devraient participer. C’était un plaisir, comme une boîte de chocolats : ils voulaient participer autant que leurs moyens le leur permettaient. A nouveau, nous avons pu nous rendre compte à quel point le concours Eurovision de la chanson est important pour eux. Au-delà de cinq heures de divertissement télé hautement professionnel, ce programme revêt une grande importance symbolique. Y participer, ici, signifie être un membre à part entière et respecté de la famille de la télé européenne en direct. Et c’est important pour l’Arménie.

Après une journée de travail longue et constructive, le président du conseil nous a invités, ainsi que Diana, qui avait passé une éprouvante journée à tout traduire, ainsi que le directeur général, Armen, à un autre fantastique repas.

J’étudiai discrètement les relations entre le président et le directeur général, qui peuvent parfois être très révélatrices de l’indépendance et de l’impartialité du radiodiffuseur. Ils étaient tous deux très au fait de leurs pouvoirs et de leurs limites, et même avec mes meilleures lunettes de Sherlock Holmes, je n’ai décelé aucun désaccord, fût-il minime, derrière les rires et la bienveillance.

Nous quittâmes l’Arménie par un vol de nuit à destination de Vienne, tous deux très impressionnés par les réalisations d’un petit pays et d’un petit radiodiffuseur en matière de constitution d’un organisme de radiodiffusion publique puissant, indépendant et populaire.

La famille de l’UER compte désormais un nouveau membre merveilleusement professionnel.



Retour aux News



Source/Lien : Oikotimes.com



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org