Aujourd'hui : Jeudi, 24 octobre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Lettre ouverte d’Azerbaïdjan à François Hollande : « Exigez la libération de ma mère »
Publié le :

Rue89

Légende photo : Le compte Twitter de Dinara Yunus, avec le portrait de ses parents (capture)

27/10/2014 à 08h00

Dinara Yunus

Monsieur le Président de la République,

Lors de votre visite en Azerbaïdjan en mai dernier, vous avez rencontré ma mère, Leyla Yunus, éminente défenseure des droits humains et Chevalier de la Légion d’honneur. Je tiens à vous remercier d’avoir reconnu les efforts et la contribution de ma mère à l’évolution des droits humains en Azerbaïdjan en lui attribuant les insignes de Chevalier de la Légion d’honneur.

Malheureusement, l’hommage que vous lui avez ainsi rendu n’a eu aucun effet sur les autorités azerbaïdjanaises, et cet été, ma mère a été arrêtée, accusée sur la base de motifs absurdes, et envoyée à la prison n ° 1 de Bakou.

Ma mère, comme vous avez vu pu le constater, est une femme frêle. Elle est désormais victime de traitements inhumains dans le centre de détention préventive. Ma mère est constamment humiliée, insultée et attaquée par sa codétenue, une criminelle endurcie.

Accusations infondées

Le plus inquiétant est que l’un des responsables de la prison a brutalement agressé ma mère. Il l’a violemment frappée à la tête à coups de poing, a tiré ses cheveux, lui infligeant une vive douleur avec risque de cécité. Ma mère a subi dans le passé deux opérations majeures aux yeux, et elle porte des implants de cristal dans ses deux yeux.

Monsieur le Président,

Pouvez-vous imaginer de telles exactions dans une prison de votre pays ?

Comment les citoyens français réagiraient-ils si les responsables d’une prison française attaquaient ainsi une dame âgée souffrant de diabète ?

Comment les citoyens français réagiront ils en apprenant qu’une personne décorée des insignes de Chevalier de la Légion d’honneur est exposée à des attaques et humiliations aussi dures si la France n’intervient pas activement pour la faire libérer ?

Monsieur le Président, ma mère, une femme fragile, est détenue sur la base d’accusations infondées ; elle est privée de toute protection contre sa codétenue, violente récidiviste, contre le personnel de la prison où elle est incarcérée et d’une manière plus générale contre le régime autoritaire d’Aliyev. La France peut-elle fermer les yeux sur une telle injustice ?

Mais ce n’est pas seulement ma mère qui est derrière les barreaux sur la base d’accusations infondées ; mon père, Arif Yunus, se trouve également dans cette triste situation. Ils encourent tous deux une peine de 15 ans, voire une condamnation à perpétuité.

Victimes de leur travail en faveur des droits humains

Mes parents sont victimes de leur travail en faveur des droits humains en Azerbaïdjan, auquel ils ont consacré une trentaine d’années, soit une grande partie de leur vie.

Des parents qui n’ont jamais pensé à leur propre sécurité et protection, mais uniquement à celle des autres.

Des parents qui ont protégé des prisonniers politiques et des prisonniers de conscience, et qui sont désormais prisonniers de conscience eux-mêmes.

Des parents qui ont déjà été sanctionnés en 2012, lorsque notre résidence privée – siège de l’Institut pour la Paix et la Démocratie - a été illégalement démolie lors du Concours Eurovision de la Chanson, juste parce que maman et papa ont voulu défendre des citoyens qui avaient été privés de leurs droits de propriété.

Des parents qui pendant de nombreuses années ont été empêchés d’avoir à leurs côtés leur fille, contrainte de vivre à l’étranger en raison du danger encouru par les défenseurs des droits humains et leurs familles en Azerbaïdjan.

Monsieur le Président, vous organisez ce mois-ci une rencontre entre les présidents d’Azerbaïdjan et d’Arménie. Vous avez déployé d’importants efforts avec le Groupe de Minsk pour trouver une solution pacifique au conflit du Karabakh.

« Seule votre demande directe au président Aliyev »...

Il semble ironique que le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, tout en discutant de solutions pacifiques pour le conflit du Haut-Karabakh, emprisonne mes parents qui travaillent dur eux-mêmes vers cet objectif en en promouvant un dialogue constructif entre citoyens.

Mes parents ont contribué à la création du premier et unique site web où les représentants des deux sociétés civiles arménienne et azerbaïdjanaise ont l’opportunité de mener des dialogues publics. Ces dialogues peuvent apporter la paix et la stabilité dans la région.

Seule votre demande directe au président Ilham Aliyev peut faire une différence. Je vous demande respectueusement, Monsieur le Président, d’exiger la libération immédiate et inconditionnelle de mes parents, conformément à la résolution récemment adoptée par le Parlement européen.

Mes parents ont urgemment besoin de votre soutien aujourd’hui, car demain il pourrait être trop tard pour eux.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma haute considération.

Dinara Yunus
Fille de Leyla et Arif Yunus




Retour à la rubrique


Source/Lien : Rue89



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org