Aujourd'hui : Lundi, 18 juin 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Ne faisons pas de Dogu Perinçek une tête de turc
Publié le : 10-03-2007

Antoine Grosjean / rubrique suisse
Publié le 10 mars 2007

«Une première mondiale qui fera jurisprudence.» C'est ainsi que certains qualifient la condamnation pour négationnisme de Dogu Perinçek, président du Parti des travailleurs turcs, par le Tribunal de police de Lausanne. Vraiment? On peut douter de la portée de ce procès et de son verdict. A part crisper encore un peu plus les relations helvético-turques et faire de ce nationaliste un héros dans son pays, on ne voit pas en quoi cela résoudra la question du génocide arménien. La Turquie continuera de le nier, comme l'a fait le condamné lui-même à peine sorti du tribunal. Côté dissuasion, l'effet est nul. Pour que la Turquie adopte une autre attitude, il faudrait une véritable pression de la communauté internationale. Or personne n'est prêt, pour faire plaisir à la diaspora arménienne, à se mettre vraiment à dos un partenaire économique de premier plan, doublé d'un allié militaire à la situation géostratégique idéale.

L'entêtement de la Turquie à ne pas reconnaître le génocide arménien est certes difficile à admettre. Mais les réprimandes de la communauté internationale sont contre-productives. Elles ne font que galvaniser le nationalisme turc. Le Prix Nobel turc de littérature 2006 Orhan Pamuk, pourtant très critique à l'égard d'Ankara, l'affirmait lui-même lorsque les députés français ont adopté la loi qui sanctionne la négation du génocide arménien. Les Turcs d'origine arménienne, très bien intégrés, ainsi que les démocrates et les militants des droits de l'homme, ne disent pas autre chose.

N'en déplaise à Christoph Blocher, il ne s'agit en aucun cas ici de remettre en cause la norme pénale antiraciste. Elle est plus que jamais nécessaire pour empêcher la propagation dans notre pays d'idéologies néfastes et contraires à l'Etat de droit, qu'on a trop tôt crues étouffées. Mais cette norme est à usage interne. Il serait extrêmement naïf et présomptueux de prétendre régler une fois pour toutes le cas du négationnisme par ce genre de jugement.

Ce procès devait pourtant avoir lieu. Nos lois et notre code pénal s'appliquent à quiconque sur notre territoire, qu'il réside en Suisse ou soit seulement de passage. Seulement, le législateur n'avait sans doute pas prévu que cette norme amènerait un juge à friser le ridicule en argumentant que le génocide arménien est «un fait historique avéré selon l'opinion publique suisse». Que le monde se le tienne pour dit !




Retour à la rubrique


Source/Lien : Tribune de Genève



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org