Aujourd'hui : Dimanche, 9 août 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Une première famille chrétienne d'Irak accueillie
Publié le :

La Dépêche

Légende photo: Les familles irakiennes, dont celle de Tareq Seqat, accueillies par les bénévoles de la paroisse castraise. / S.B.

Publié le 05/03/2015 à 07:34

Grâce à la mobilisation de paroisse de Castres, dont les bénévoles du Secours catholique, deux familles de chrétiens irakiens vont trouver refuge en France. La première est arrivée mardi.

Deux familles de chrétiens irakiens fuyant un génocide qui leur était promis par les illuminés de Daesh ont rejoint le Tarn vendredi dernier ; l'une d'elle a été accueillie à Castres mardi après-midi. La sous-préfecture, grâce à la mobilisation de la communauté catholique de la ville, sera leur havre de paix. Ils sont 6 : un couple et ses quatre enfants (voir édition du 18 février).

Autour de la table du déjeuner d'accueil concocté par le Secours catholique, un couple d'Irakiens alimente joyeusement le débat en français. Eux, ont dû échapper à la mort de justesse avant de pouvoir rejoindre le Tarn (Albi) dès 2009. À leurs côtés, ceux qui viennent tout juste d'arriver : la sœur et beau-frère de l'épouse du couple (Balo et Talal Qaqo) et son cousin (Seqat Tareq) venu avec sa famille. Les premiers, appelés à s'installer sur Albi, ont le mot rare, mais s'essaient de temps à autre dans leur langue d'origine. Les têtes sont plutôt inclinées, les regards souvent pensifs, les épaules en biais… Quelques chaises plus loin, celles du cousin et sa femme, le mutisme s'avère quasi total. Mais, un sourire béa s'est figé sur le visage éclairé de la maman. La main d'Athraa caresse doucement les mèches blondes de Sarah, 3 ans. Youssif (Joseph, 8 ans), Isteevan (10 ans), Bahnam (5 ans), ses trois garçons, plein d'énergie, et, surtout, rassasiés, ont demandé la permission de sortir jouer. Ils ont logiquement rapidement abandonner ce curieux ballon ovale, qu'on a cru bon de leur prêter, pour celui, rond, dans lequel ils tapaient régulièrement avant… là-bas !

Fuite au Kurdistan

«Avant» : c'était avant le 6 août 2014, date à laquelle, à l'instar de tous les chrétiens de la ville de Karakoch, ils ont dû s'engouffrer dans des bus ou se jucher sur des tracteurs, en n'emportant que les vêtements dont ils étaient vêtus, un peu d'argent et leurs papiers. Le lendemain, la plus grande ville chrétienne d'Irak (près de Mossoul dans le nord du pays) était prise d'assaut par les djihadistes ! Pas de quartier…

Talal et Tareq ont fui vers le Kurdistan et se sont retrouvés à Erbil, sur des matelas de fortune installés dans les jardins d'une église. «Nous avons trouvé refuge dans une école seulement trois mois plus tard», indique Talal, ancien restaurateur. «Ma cuisine à moi, était bien plus modeste», explique Seqat, via Dalila, d'origine algérienne, qui s'est mise à la disposition du Secours catholique comme traductrice bénévole «improvisée». Il précise : «J'étais cuisinier dans le commissariat de la ville.»

Puis, les bénévoles du Secours catholique invitent leurs hôtes à les rejoindre devant la porte de l'appartement préparé par eux pour l'accueil de la famille Tareq : «Je vous en remets les clés avec plaisir», lance Brigitte Cannadas. En découvrant les différentes pièces et commodités, tous ouvrent de grands yeux Lorsqu'on leur fait observer qu'il faudra bientôt qu'ils partagent les lieux avec une famille apparentée, Talal hausse les épaules : «A Erbil, 43 personnes s'entassaient dans la même surface».

Les enfants, eux, se sont déjà appropriés chambres et jouets…

«Voilà notre priorité : assurer sérénité, sécurité et avenir à nos enfants…», sourit le père.

Repères

Le chiffre : 100 000

chrétiens> en fuite. Trois villes irakiennes ont été prises par les djihadistes le 7 août dernier. Plus de 100 000 personnes ont été jetées sur les routes, dont des milliers de chrétiens voués à un génocide effroyable s'ils restaient sur place.

«Nous sommes toujours très étonnés de l'accueil des gens ici… même si nous avons pu lire des commentaires sur Internet assez désagréables».

Waka Hadaya, réfugiée dans le Tarn avec son époux Majeed depuis 2009

Bientôt une seconde famille

Une seconde famille sera bientôt accueillie dans l'appartement prêté par le Secours catholique et qui se trouve contigu à l'église de Laden. Il s'agit de Ziad et Liza Seqat et leur 2 enfants, deux garçons : Youhana (8 ans) et Yani (5 ans). Pour l'heure, cette famille se trouve toujours «bloquée» à Erbil au Kurdistan et vit dans des condtions extrêmement précaires, mais si leurs jours ne sont plus en danger.

S.B.




Retour à la rubrique


Source/Lien : La Dépêche



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org