Aujourd'hui : Dimanche, 9 aoűt 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
L’attitude “munichoise” du Prince Charles, qui se rendra à Gallipoli, selon l’Archevêque arménien d’Irak
Publié le :

Nor Haratch

Article du : 23 mars , 2015

Bagdad. Le Primat du Diocèse de l’église arménienne d’Irak Avak Assadourian dénonce la participation du Prince Charles aux célébrations de Gallipoli en Turquie le 24 avril prochain, dans une lettre ouverte adressée à ce dernier. “Un affront” lancé à tous les descendants du Génocide.

Après l’annonce de la visite du Prince Charles en Turquie le 24 Avril prochain pour la commémoration du 100e anniversaire de la bataille de Gallipoli, l’Archevêque Avak Assadourian, Primat du Diocèse de l’Eglise arménienne d’Irak, a adressé une lettre au Prince Charles.

« Le 24 Avril, à l’occasion du centenaire du génocide des Arméniens, la République d’Arménie va organiser une commémoration. Le jour même, la République de Turquie a décidé de commémorer la bataille de Gallipoli dans laquelle l’Empire ottoman a lutté contre la Grande-Bretagne et ses alliés.

Sans aucun doute, le but de cet événement n’est pas de commémorer la bataille de Gallipoli. Il est dédié à l’extermination de la mémoire d’un peuple, il valorise la satisfaction et la gratification de ce crime ultime.

Je vous adresse cette lettre parce que, j’ai appris que le Premier Ministre britannique a refusé de participer à la commémoration du centenaire du génocide. Cependant selon l’ambassadeur de Sa Majesté en Arménie, une très importante participation est attendue à l’«événement Gallipoli» organisé en Turquie.

“Les pratiques qui ont eu lieu pendant le génocide des Arméniens – égorger, brûler vifs des masses de population, user des moyens les plus odieux d’assassinat- sont employés aujourd’hui par l’Etat islamique”.

Votre Altesse Royale, permettez-moi, s’il vous plaît de souligner les points suivants :
Les pratiques qui ont eu lieu pendant le génocide des Arméniens – égorger, brûler vifs des masses de population, user des moyens les plus odieux d’assassinat- sont employés aujourd’hui par l’Etat islamique. Ainsi, imaginez que, dans un siècle, le Premier ministre britannique, ou tout fonctionnaire britannique de haut rang, assiste à la cérémonie organisée par le successeur (fier successeur) de l’Etat Islamique d’aujourd’hui, de al-Baghdady. Imaginez qu’il ou elle refuse la cérémonie dédiée à la commémoration de ces personnes innocentes qui ont été réduites en esclavage, décapitées, brûlées vives, et défaites de leurs biens, de la manière la plus barbare qu’on puisse concevoir.

Multipliez cela par un facteur qui représente les différences en nombre et en portée avec la tragédie dont on souffert les Arméniens, la destruction complète de ce peuple ancien, et se présentera alors sous vos yeux le carnage qui résulterait des actions de l’Etat Islamique si aucune entrave ne les freinait.

Comment les fonctionnaires qui ont gouverné la Grande-Bretagne, il a un siècle, apprécieraient cette participation, de la même manière, comment seront perçus, dans cent ans, ceux qui vont représenter la Grande-Bretagne à cette commémoration.
En outre, le terme “crime contre l’humanité” pour décrire les crimes commis sous l’Empire Ottoman contre les Arméniens a été introduit par les alliés, y compris la Grande-Bretagne.

Le Premier ministre, Lloyd George avait promis que, « les Turcs auront finalement à rendre compte des crimes qu’ils ont commis contre l’humanité », Il a également dit:
Nous ne sommes pas intervenus …, la grande majorité des Arméniens auraient été placés .., sous protection . « l’Arménie a été sacrifiée ». L’action du Gouvernement britannique a conduit inévitablement aux terribles massacres de 1895-1897, 1909, et au pire de tous les holocaustes, ceux de 1915… «Nous étions moralement tenus de saisir la première occasion venue pour réparer, le tort que nous avons commis, et de mettre en œuvre tout ce qui était en notre pouvoir pour qu’il soit impossible de répéter ces horreurs dont l’histoire nous tiendra toujours coupables. Par conséquent, lorsque, durant dans la Grande Guerre, les Turcs nous ont contraints à cette querelle, et délibérément contraint l’Empire britannique à une lutte à mort, nous avons réalisé, enfin qu’une dernière occasion nous avait été donné de réparer la cruelle erreur dont nous étions responsables ….

“Sir Winston Churchill a appelé le génocide arménien un «holocauste». Il a dit « raisonnablement, il ne fait aucun doute que ce crime a été planifié et exécuté pour des raisons politiques”.

Sir Winston Churchill a également appelé le génocide arménien un «holocauste». Il a dit « raisonnablement, il ne fait aucun doute que ce crime a été planifié et exécuté pour des raisons politiques. L’occasion s’est présentée pour vider le sol turc d’une race chrétienne » …Il continue ironiquement : « Il se pourrait bien que l’attaque britannique sur la péninsule de Gallipoli ait provoqué la fureur impitoyable du gouvernement turc.

Pour les Pan-Turcs, même si Constantinople tombait et la Turquie perdait la guerre, le travail aura été effectué et son résultat sera acquis pour l’avenir et la grandeur de la race turque.

J’ai également appris qu’un député, lors d’un débat parlementaire en 1918 à la Chambre des communes, a déclaré : «Ce pays a une dette envers l’Arménie, parce que, nous, il y a plus de quarante ans, nous avons empêché l’Arménie d’être libérés « de la tyrannie turque… »

“Aujourd’hui, nous sommes stupéfaits de savoir que ce sont les victimes qui sont punies”.

Je suis également certain que vous pouvez comprendre pourquoi nous ne sommes pas heureux de la décision de la Grande-Bretagne de prendre part à l’affront turque. La Grande-Bretagne a promis de punir les auteurs du génocide. Aujourd’hui, nous sommes stupéfaits de savoir que ce sont les victimes qui sont punies. Nous sommes profondément choqués : comment, au vingt et unième siècle, l’assassin d’une nation peut-il, être si fastueusement récompensé ? Je dois poser la même question que Lemkin a posé :
Comment entendre que « tuer un homme est un crime, mais tuer plus d’un million d’hommes n’est pas un crime … ? » Moi, comme Lemkin il y a un siècle, je suis choqué par le fait que le monde non seulement n’agit pas, mais refuse également de reconnaître que l’événement a eu lieu.

On pourrait dire qu’il y a des raisons pratiques à cette complaisance, mais, je vous assure il n’y en a pas. La Turquie estime qu’il est l’héritier d’une justice d’avant-garde et un phare. Aujourd’hui, la Turquie considère que l’Empire ottoman doit être recréé dans une forme ou une autre. La Turquie s’emploie activement à recréer l’abattoir. Cela, va de pair, avec le mépris venimeux de toutes les valeurs de la civilisation humaine qui sont nées en Europe et sont devenues universelles. Elles sont au cœur des valeurs, des principes et des idéaux de la grande Bretagne. Cela fait de la Turquie une sévère menace. Une menace qui rêve de se lancer dans les mêmes actions dès que les moyens et l’occasion se présenteront. Par conséquent, je perçois cette complaisance peu différente du pacte de Munich.

“Participer aux événements d’Istanbul permet à la Turquie d’avoir les mains libres, et valorise un sentiment d’impunité autorisant les pires atrocités : blâmer les victimes, et de leur marcher dessus, victorieux et vindicatif”.

Plus d’informations sur le plan moral : la Turquie est fière de ce qui est arrivé. La honte selon les Turcs est destinée aux Arméniens, aux victimes. Jusqu’à ce jour, le Premier ministre de la Turquie, aujourd’hui élu président, s’excuse avant d’utiliser le mot arménien pour décrire quelqu’un. Il s’excuse comme si « arménien » était l’insulte la plus profane. Aujourd’hui, les gens se réunissent en Turquie et chantent : « nous ferons du mont Ararat votre tombe. “Vous êtes tous des Arméniens, vous êtes tous des bâtards» et «Aujourd’hui Taksim, demain Erevan: nous descendrons sur vous à l’improviste dans la nuit». Cela s’est passé en 2012. Cela a eu lieu en présence du Ministre turc de l’Intérieur de l’époque, entre autres dirigeants de l’AKP au pouvoir. L’ironie ainsi que la tragédie sont inévitables.
En invitant à cette date, la Turquie insouciante met en avant son impunité. Participer aux événements d’Istanbul permet à la Turquie d’avoir les mains libres, et valorise un sentiment d’impunité autorisant les pires atrocités : blâmer les victimes, et de leur marcher dessus, victorieux et vindicatif. Au lieu d’une lettre, je peux écrire des volumes, et même alors, je ne serai pas en mesure de rendre justice à cette cause. Alors, je vais en rester là. J’ai rencontré Votre Altesse Royale le 19 Novembre 2014, je sais quelle personne humaine vous êtes, et je porte l’espoir que la Grande-Bretagne sera à la hauteur de ses valeurs.

Enfin, je me sens obligé de conclure avec l’infâme et sinistre expression d’Hitler : « après tout, qui se souvient aujourd’hui de l’anéantissement des Arméniens ? » J’espère beaucoup que le prince de Galles se souviendra de l’histoire. J’espère également que vous vous rappellerez la Grande-Bretagne. En effet, il est dommage que la Grande-Bretagne, entre tous, soit rappelée à se souvenir».




Retour Ă  la rubrique


Source/Lien : Nor Haratch



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org