Aujourd'hui : Vendredi, 24 janvier 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La Belgique et la reconnaissance ambiguë du génocide arménien
Publié le :

RTBF

BELGIQUE | vendredi 24 avril 2015 à 6h00

Si une vingtaine de pays ont fini en 100 ans par reconnaître le génocide arménien - dont la France, l'Italie, la Russie et plus récemment l'Autriche et l'Allemagne -, la manière dont la Belgique s'est exprimée sur le sujet reste, elle, plus ambiguë. La reconnaissance a eu lieu, mais sous forme d'une "simple" résolution parlementaire il y a près de 20 ans, le gouvernement belge n'étant pas juridiquement tenu par ce texte.

Tout avait pourtant bien commencé. Le 26 mars 1998, après 5 mois d'intenses réflexions, le Sénat belge adoptait une résolution - Mahoux et consorts, notamment Verhofstadt, Milquet, Destexhe, Anciaux - signée en fait par l'ensemble des partis démocratiques. Une résolution qui se basait notamment sur une reconnaissance d'un réel génocide par le Parlement européen en 1987 et considérait que "les preuves historiques de la réalité des massacres concertés et systématiques des Arméniens ne peuvent être mises en doute".

Une résolution qui, au final, invitait le "gouvernement turc à reconnaître la réalité du génocide perpétré en 1915 par le dernier gouvernement de l'empire ottoman". Une résolution parlementaire, adoptée par 49 oui et 9 abstentions, aussitôt transmise au gouvernement... et c'est tout. Sans que celle-ci lie juridiquement et politiquement le gouvernement belge.

2005-2006 : le débat s'enlise

En 2005, d'autres débats ont eu lieu toujours au Sénat visant à ajouter ce génocide arménien à la liste de génocides reconnus par les juridictions internationales et dont la négation pouvait être pénalement punie, la loi ne permettant que les poursuites de "négateurs" du génocide juif. Mais là, les partis se sont déchirés, Ecolo et le MR en pointe pour défendre les Arméniens tandis que PS et cdH se voyaient accusés de vouloir ménager leurs électeurs d'origine turque.

Les amendements déposés sont rejetés. Une année de débats, d'auditions, ne donnera rien. Une commission interministérielle dite "du droit humanitaire" devait réexaminer le texte. Sans résultats. La position belge fut alors de tenter de promouvoir avant tout le rapprochement et une certaine normalisation des relations entre Turquie et Arménie, une éventuelle adhésion à l'Union européenne servant d'élément de pression sur Ankara. C'est toujours la doctrine belge aujourd'hui du côté des Affaires étrangères sans que l'on remette forcément en avant la question de la reconnaissance même du génocide.

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, se rendra précisément en Arménie le 27 avril dans le cadre de la présidence belge du Comité des ministres du Conseil de l'Europe. La Belgique sera en outre représentée par l'ambassadeur belge à Moscou aux commémorations du génocide à Erevan, ce vendredi 24, commémorations auxquelles sont notamment attendus les présidents russe et français, Vladimir Poutine et François Hollande.

Ce jour-là, les Arméniens de Belgique, après une cérémonie de recueillement au Mémorial du génocide à Ixelles et une messe de requiem à l’église arménienne, défileront dans les rues de la capitale pour réclamer à nouveau des députés belges qu’ils votent l’extension au génocide arménien de la loi de 1995 punissant le négationnisme...

Fabien Van Eeckhaut




Retour à la rubrique


Source/Lien : RTBF



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org