Aujourd'hui : Mardi, 17 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Un regard neuf
Publié le :

L'Orient le Jour

Ronald BARAKAT

05/05/2015

Il faut parfois renaître visuellement, sortir d'un utérus symbolique et porter un regard « neuf » sur le monde pour se rendre compte du tas d'absurdités, de faussetés, de débilités, d'hypocrisies, de méchancetés, d'insensibilité, d'immoralité, de racisme, de confessionnalisme que ce monde recèle et que nos yeux, habitués à l'obscurité, voient comme des manifestations normales, acceptables, logiques.

Ce « regard neuf », qui s'ouvre fraîchement à la lecture et à l'audiovisuel, voit des dirigeants d'un pays appelé Turquie s'offusquer de la reconnaissance d'un génocide par d'autres dirigeants et par un pape ; génocide classé comme le premier du vingtième siècle, commis en 1915 par les Jeunes-Turcs contre des jeunes, moins jeunes et vieux Arméniens qui furent passés au fil de l'épée, fusillés, torturés, affamés, déportés, et dont le nombre est estimé à un million et demi de victimes. Mais les descendants des Jeunes-Turcs, bien que d'une autre génération, ont de la peine à se dissocier de ce passé et reconnaître cette énormité de l'histoire. Comme s'il s'agissait d'un assassinat individuel, isolé, commis dans un champ désertique, dont les circonstances ainsi que l'assassin sont une énigme qui requiert le recours à Sherlock Holmes pour son élucidation.

Ce « regard neuf » se tourne du côté occidental pour constater beaucoup d'hésitation à reconnaître ce génocide de la part de certains dirigeants de ces pays des droits de l'homme, pour des raisons d'accommodement géopolitique, sans doute, mais aussi, peut-être, par peur de voir surgir le fantôme de leur mauvaise conscience et leur responsabilité d'avoir joué les Ponce Pilate et regardé passer le train des massacres, à cette date fatidique et aux dates « préparatoires » antérieures.

En effet, l'Allemagne, alliée du génocidaire de l'époque, était demeurée sourde aux appels de l'archevêque de Cologne, le cardinal von Hartmann, qui avait pressé le chancelier du Reich d'intervenir auprès de son allié turc pour faire cesser les persécutions d'Arméniens, mais en vain. Idem pour les démarches désespérées du pape Benoît XV auprès du sultan Mehmet V. Un peu plus tôt, des massacres « avant-coureurs » avaient visé la même population arménienne de l'Empire ottoman par les mêmes nationalistes-islamistes turcs à la fin du XIXe siècle, massacres appelés « hamidiens » (1894-1896), du nom du sultan Abdulhamid II ; lesquels avaient fait à l'époque deux cent mille morts, cent mille réfugiés, des dizaines de milliers de convertis manu militari, outre les centaines de villages rasés et d'églises démolies ou transformées en mosquées ; massacres auxquels les puissances occidentales de l'époque, notamment la France, ont assisté impuissamment, en spectatrices, ce qui avait soulevé l'ire d'un Jean Jaurès et d'un Anatole France.

Ceci sans compter le massacre d'Adana, durant le mois d'avril 1909, qui avait fait entre 20 000 et 30 000 victimes arméniennes. Nous laisserons à la conscience humaine, si elle fera un jour surface, le soin de juger jusqu'à quel point la non-ingérence et la non-assistance à une population en danger ont pu encourager les massacres à grande échelle qui ont suivi, en 1915, ainsi que d'autres, en d'autres dates et lieux, jusqu'à ce jour ; jusqu'à quel point leur lâcheté a pu inspirer cette interrogation de Hitler en 1939 : « Qui se souvient encore de l'extermination des Arméniens ? » et ce en prévision du génocide juif, dont la négation est au moins interdite dans cette France qui n'inclut pas le génocide arménien dans sa loi Gayssot, malgré l'adoption d'une proposition de loi en ce sens par le Parlement français, sous Sarkozy, aussitôt censurée par le Conseil constitutionnel, à la grande satisfaction d'Ankara qui avait commencé par punir la France à coups de sanctions diplomatiques et économiques.

Ce « regard moins neuf », déjà souillé, s'étonne même de voir la barre des revendications des gouvernements et des Églises à un niveau si bas : la recherche d'une « reconnaissance » du génocide arménien et non de sa justiciabilité pour crimes atroces contre l'humanité. Comme si la reconnaissance d'un crime était devenue la peine expiatoire, et encore ! Même cet aveu n'est pas concédé par les héritiers du génocidaire, qui s'obstinent à nier la monumentale évidence du génocide, ainsi que ses préludes dont personne ne parle d'ailleurs.

Si l'histoire, marquée jusqu'au sang par des preuves indéniables, grevée de victimes au nombre astronomique, consignée par le témoignage bouleversant de survivants encore vivants, est insolemment niée, qu'en est-il de la géographie qui fait que la communauté arménienne est réduite au dixième de ce que fut la Grande Arménie historique ? Les habitants de ce territoire ont-ils choisi d'émigrer, de leur propre chef, sans épurations, ni déportations aucunes ?

Ce regard, de moins en moins neuf, se tourne aussi du côté de La Haye, s'arrête à la Cour pénale internationale, passe en revue les bâtiments des autres tribunaux internationaux, mais ne remarque aucun tribunal pour les crimes commis contre le peuple arménien. C'est la faute au temps, dira-t-on. Les responsables de ces crimes ont pu échapper et sont dans l'autre monde. Espérons qu'ils y sont au moins jugés là-bas. Mais nous n'en sommes pas au seul cas de sélectivité judiciaire. Que de crimes contre l'humanité et crimes de guerre ont été ignorés et resteront à jamais impunis ; que de criminels s'en sont tirés et s'en tireront ; que de populations massacrées, persécutées, déportées resteront non vengées. Un massacreur dira bien un jour, à la suite de Hitler : « Qui se souvient encore de l'extermination des Syriens ? » et ceci à la veille de commettre un autre massacre de même magnitude, contre un autre peuple qui revendiquait la dignité, la souveraineté et la liberté.

Mais le regard, qui fut neuf, se fatigue déjà. Ce bref parcours historique et hystérique lui a terni les yeux. Il n'a plus le courage de pousser son exploration plus loin, de découvrir de nouveaux crimes, de nouvelles injustices, de nouvelles atrocités, de nouvelles impunités. Déjà il voit partout, en chemin, des volutes de fumée sanglante, des éclairs déchirants, des formes calcinées, des faces hideuses tenant des têtes coupées en invoquant un Dieu miséricordieux, des maisons et maisonnées éventrées, des rescapés terrorisés, des cratères, des décombres, des ruines, et ceci dans un assourdissement aigu et une surdité générale. Et ce qu'il aperçoit à l'horizon n'est guère rassurant.

Le regard, vieilli avant terme, voudrait bien revenir en arrière, regagner l'espace utérin, replonger dans la paix fœtale, loin de ce monde létal, mais il sait que c'est impossible. Alors il décide de brûler les étapes, lui qui est déjà à mi-chemin, d'accélérer sa marche vers sa destination finale pour en finir, en fermant les yeux pour ne plus rien voir. Il en a déjà assez vu : tant d'horreurs, tant de cruauté, tant de guerres, tant de misères, tant d'impunité, tant d'inhumanité ; Il en est saturé et souhaite la cécité, en attendant de clore ses paupières pour de bon et quitter ce monde sans regret. Peu lui importe ce qui l'attend dans l'au-delà. Si c'est l'enfer, cet état lui sera familier.




Retour à la rubrique


Source/Lien : L'Orient le Jour



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org