Aujourd'hui : Jeudi, 14 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Embarras diplomatique à un mois des Jeux européens en Azerbaïdjan
Publié le :

Le Monde.fr | 17.05.2015 à 09h01

Légende photo: Le centre aquatique construit pour les Jeux européens de Bakou, le 20 mars. Guillaume Herbaut pour M Le magazine du Monde

Le président Ilham Aliyev entend en faire une vitrine pour son pays : du 12 au 28 juin, l’Azerbaïdjan accueillera les premiers Jeux européens, organisés par les Comités olympiques européens (EOC) sur le modèle des jeux panaméricains et asiatiques. Dans l’esprit du dirigeant azéri, l’événement pourrait même être un tremplin pour une candidature aux Jeux olympiques de 2024. Mais la compétition suscite l’embarras dans les capitales européennes, en raison de la situation des droits de l’homme dans le pays.

Des militants des droits de l’homme emprisonnés

A quatre semaines du rendez-vous sportif, les ONG de défense des droits de l’homme demandent d’en boycotter la cérémonie d’ouverture. Pour eux, pas question de cautionner le début des festivités tant que des militants des droits de l’homme, dont la dissidente azérie Leyla Yunus, sont retenus dans les prisons du régime. « Mes parents sont prisonniers des Jeux », a affirmé sa fille, Dinara, lors d’une conférence organisée par Human Rights Watch (HRW), lundi 11 mai à Paris. La jeune fille, exilée aux Pays-Bas, a l’air sérieux et fatigué. Sa mère avait été arrêtée le 30 juillet 2014, alors qu’elle s’apprêtait à demander le boycott des jeux et son père, le 5 août suivant, alors qu’il rendait visite à sa femme en prison. Le couple de militants est retenu depuis quatre mois et demi, toujours en attente de leurs procès. La voix de Dinara se remplit d’émotion quand elle parle de leur état de santé : « Pour moi, les Jeux européens sont un peu les jeux de la dernière chance, explique-t-elle, chaque jour en prison réduit l’espérance de vie de mes parents, ne rien faire équivaudrait à une sentence de mort. »

Répression renforcée en 2014

Selon Jean-Marie Fardeau, le directeur du bureau français de HRW, « la présence à la cérémonie d’ouverture d’un représentant de l’Etat français, comme le secrétaire d’Etat aux sports, Thierry Braillard, serait vraiment un mauvais signal s’il n’y a pas d’amélioration significative de la situation dans le pays ». Au ministère français des affaires étrangères, on assure ne pas encore savoir si quelqu’un participera à la cérémonie d’ouverture dans ces conditions, ni qui.

Pour HRW, cette première soirée à Bakou aura forcément une dimension politique, l’occasion pour le président Ilham Aliyev d’afficher ses bonnes relations avec les gouvernements européens. « Nous savons combien les symboles sont importants, nous l’avons vu pour le 9 mai en Russie. Nous voudrions que les Européens envoient les mêmes signaux pour l’Azerbaïdjan », ajoute Sacha Koulaeva, responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale à la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH).

Ces appels sont relayés au Parlement européen. Mardi 12 mai, les vice-présidents Ulrike Lunacek et Alexander Graf Lambsdorff organisaient un événement appelé « Baku Games : Run for Human Rights ». A un mois des Jeux, avec plusieurs autres parlementaires européens, ils ont appelé le gouvernement azéri à garantir à ses citoyens les libertés affirmées par la charte olympique et la Convention européenne des droits de l’homme. La présidente de la sous-commission « droits de l’homme », l’élue socialiste espagnole Elena Valenciano, affirmait, elle, le 6 mai, lors d’une audition à Bruxelles que « les droits de l’homme ne sont pas une question politique, c’est une obligation universelle […] la sélection d’une ville pour accueillir un événement sportif majeur par des organisations comme le comité olympique ou la FIFA est une décision politique majeure avec des implications de grande envergure ».

L’embarras est d’autant plus fort que l’organisation des jeux s’est accompagnée d’un regain de répression en Azerbaïdjan, tout au long de l’année 2014. Selon HRW, au moins 35 militants des droits de l’homme ont été arrêtés durant cette période. Deux ans plus tôt, les activistes azéris avaient utilisé l’Eurovision, organisé par l’Azerbaïdjan, pour attirer l’attention sur les droits de l’homme dans le pays. « Cette fois-ci, le président ne voulait pas que ces voix gâchent ses jeux, suppose Rachel Denber, directrice-adjointe de la division Europe et Asie centrale de HRW, ceux qui avaient fait parler d’eux en 2012 ont été mis derrière les barreaux en 2014. » De surcroît, l’attention internationale était alors focalisée sur l’Ukraine : « Il est aussi possible que le gouvernement azéri ait eu peur d’avoir un soulèvement similaire », ajoute la spécialiste.

Les comités olympiques hésitent à se positionner

Face à la mobilisation des ONG, certains comités olympiques nationaux sont eux-mêmes gênés. Les dirigeants des organismes olympiques allemand, suédois et néerlandais demandent que la liberté de la presse et la liberté d’expression soient assurées pendant l’événement. S’ils affirment avoir eu des garanties du gouvernement azéri, certains comme Michael Vesper, le directeur du Deutscher Olympischer Sportbund, espère qu’elles s’appliqueront « à tous les journalistes : internationaux et nationaux ».

Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français, est beaucoup plus prudent : « Chacun est dans son rôle, moi je suis du côté sportif. » Après s’être rendu à six reprises en Azerbaïdjan, il estime qu’« on ne sent pas une chape de plomb comme dans certains pays, c’est un pays musulman qui vit laïquement ». Pour lui, l’Azerbaïdjan est même un pays stratégique : « Il y a des paramètres à prendre en compte, c’est un pays qui a des frontières avec la Russie et l’Iran, qui a des réserves énergétiques, qui attire la convoitise. »

« Ce n’est pas dans le rôle des COE de porter des engagements politiques », a déclaré le 6 mai devant le Parlement européen le vice-président de l’organisation, Janez Kocijancic, pour justifier sa prudence sur le sujet. Jeudi 14 mai, tandis que les Jeux européens de Bakou étaient au menu d’une ultime réunion des Comités olympiques européens, organisée en Turquie, l’organisation n’a d’ailleurs communiqué que sur la bonne tenue des délais de travaux de préparation. Tout sera terminé pour la cérémonie d’ouverture, le 12 juin, a-t-il été assuré, sans la moindre mention des prisonniers politiques.

Hélène Lompech



Retour à la rubrique


Source/Lien : Le Monde



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org