Aujourd'hui : Samedi, 15 décembre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Chrétiens dÂ’Orient, lettre dÂ’Alep :« Rentrer avec le sourire pour remonter le moral de la famille »
Publié le :

La-Croix

15/6/15 - 15 H 16

Chaque semaine, « La Croix » donne la parole à un Chrétien d’Orient. Le docteur Nabil Antaki qui vit à Alep, en Syrie, raconte l’histoire de cette femme dont le quotidien a basculé à cause de la guerre…

Elle était toute de noir vêtue et se tenait debout, impassible, au croisement de la rue essayant de vendre aux passants et automobilistes des biscuits à la noix de coco. Elle était là tous les jours, sept jours sur sept, sous la pluie ou sous le soleil brûlant, vendant à 25 livres syriennes (8 centimes d’euro) ses biscuits.

Tous les matins, depuis deux ans, en sortant de lÂ’hôpital, je mÂ’arrêtais quelques secondes pour lui refiler une pièce et un mot gentil. Une fois, je me suis garé et je lui ai posé la question qui me taraudait : Pourquoi ? Pour qui  ?

Elle me raconta sa vie : « Mon mari était chef pâtissier. Nous avions trois enfants : deux garçons et une fille. Nous habitions Boustan Al Bacha, un des quartiers périphériques dÂ’Alep, et nous étions heureux.

Nous avons tout abandonné

Quand, en juillet 2012, les groupes armés ont envahi la partie Est de la ville, nous avons pris la fuite et tout abandonné. Nous nous sommes réfugiés dans une école publique de l’autre côté de la ville, en zone gouvernementale.

Quelques mois plus tard, mon mari a été atteint par le tir d’un sniper qui l’a paralysé. Plus tard, mon fils aîné a été tué sur le coup par un obus de mortier tiré par les rebelles armés, me laissant à charge sa veuve et ses trois enfants.

Le même obus a atteint mon fils cadet qui a été grièvement blessé. Il en a résulté une insuffisance rénale. Quelques mois plus tard, il a subi une greffe de rein. Grâce à Dieu, il va mieux, mais devra prendre continuellement des médicaments antirejet qui sont très onéreux. À la même période, nous avons dû quitter l’école qui nous hébergeait et j’ai loué une minuscule chambre dans une cave.

Sept personnes à sa charge

Voici mon histoire : un mari paralysé, une belle-fille veuve et ses trois enfants, mon autre fils qui doit prendre des médicaments très onéreux. Heureusement, ma dernière, encore célibataire, prend soin de tout le monde pendant que je travaille.

J’achète le biscuit à la noix de coco à 15 livres que je revends à 25 livres et c’est ainsi que, avec le panier alimentaire mensuel qui nous est fourni par une ONG, j’arrive à survivre et à prendre soin des 7 personnes qui sont à ma charge.

Je rentre le soir à la « maison » épuisée d’être restée debout plus de huit heures dans la rue à vendre des biscuits. Mais je dois rentrer avec le sourire pour remonter le moral de la famille. Je n’avais jamais travaillé de ma vie, me contentant d’être une épouse et une maman. Mais ainsi va la vie. Je remercie Dieu pour tout et je m’en remets à Lui ».

Beaucoup de dignité

Elle me raconta son histoire avec beaucoup de dignité sans se lamenter et sans protester. Les souffrances, le chagrin et le sort de cette femme et de sa famille m’ont ébranlé mais en même temps j’ai été profondément touché par sa foi, sa générosité, sa résignation et son amour.

Pour moi, pour nous tous, elle est un modèle, un exemple, un Évangile vivant. Son histoire, comme des milliers d’autres, montre que la guerre en Syrie, malgré toutes ses horreurs, a fait jaillir des trésors de générosité et de solidarité chez les Syriens.

Dans les ténèbres dans lesquelles nous vivons, elle est une lueur d’espoir, une bougie d’espérance qui nous rappelle que rien n’est définitivement perdu tant que l’Homme garde son humanité.

Docteur Nabil Antaki (Alep, Syrie)




Retour à la rubrique


Source/Lien : La-Croix



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org