Aujourd'hui : Mardi, 16 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Valérie Toranian, l’« étrangère » héroïne
Publié le : 02-07-2015

L'Orient Le Jour

02/07/2015

La romancière Valérie Toranian, ex-directrice du magazine Elle, a reçu le Grand Prix de l'héroïne, qui récompense des ouvrages qui ont pour héroïnes des femmes exceptionnelles. Ce prix a été décerné par Madame Figaro pour son roman L'Étrangère (Flammarion) où elle reconstitue le calvaire de sa grand-mère rescapée du génocide arménien.

Dans la catégorie biographie/document, le prix a été attribué à Alysia Abbot pour Fairyland (éditions Globe), et le prix du roman étranger a été décerné à Angelika Klüssendorf pour La fille sans nom (Presses de la Cité). Le jury, présidé par Patrick Poivre d'Arvor, a décidé de remettre en outre un prix spécial à Marceline Loridan Ivens pour son livre bouleversant Et tu n'es pas revenu (Grasset), longue lettre adressée par cette rescapée des camps à son père assassiné à Auschwitz.

Valérie Toranian, qui dirige aujourd'hui La Revue des deux mondes, a utilisé les souvenirs de sa grand-mère, Aravni, dite Nanni, pour écrire son premier roman.

L'Étrangère est un récit à la fois atroce et poignant, racontant le calvaire des Arméniens et notamment des femmes dont certaines, épuisées, furent obligées d'abandonner leurs jeunes enfants près d'un point d'eau lors de marches forcées dans des contrées désertiques.

Ces femmes, se souvient la grand-mère de l'auteur, espéraient qu'une âme charitable prît soin de leur enfant. En fait, la nuit venue, ce fut le hurlement des bêtes sauvages et les cris des enfants qu'elles entendirent. Heureusement, le récit de cette tragédie est également l'occasion d'évoquer les tendres et gais souvenirs d'enfance de l'auteur avec sa grand-mère « étrangère ».

La fille sans nom évoque dans un style dépouillé à l'extrême et presque froid les errances d'une fillette d'une dizaine d'années, brimée et livrée à elle-même, dans l'ex-RDA. Le livre a reçu de nombreux prix littéraires en Allemagne.

Dans Fairyland, Alysia Abbott raconte son enfance à San Francisco avec son père, l'écrivain et militant homosexuel, Steve Abbott, dans le milieu des années 70, alors que le sida commence à faire des ravages.




Retour à la rubrique


Source/Lien : L'Orient Le Jour



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org