Aujourd'hui : Lundi, 17 décembre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Shoah : à Toulouse, une mémoire à vif
Publié le :

La Dépêche

Publié le 05/07/2015 à 03:53, Mis à jour le 05/07/2015 à 07:41

Sur ce cliché en noir et blanc, exhumé avec beaucoup d'autres des armoires ou des tiroirs de sa famille, Marcel Lahana est à l'écart. C'est le petit garçon d'une dizaine d'années qui apparaît en short et en veste noire, à droite, contre le pilier de l'escalier. Comme tous les enfants rassemblés au château de Toulouse, la guerre terminée, il attend et espère le retour de ses parents. En vain. Ils ne reviendront jamais des camps de la mort. Cette photo, Marcel Lahana, aujourd'hui âgé de 77 ans, l'a apportée avec beaucoup d'émotion aux documentalistes du Mémorial de La Shoah, qui sont venus à l'espace judaïque de Toulouse, cette semaine, pour collecter des documents retraçant l'histoire des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. Un tour de France de la mémoire qui permet encore de retrouver des témoignages exceptionnels.

«Chaque ville à son histoire, explique Lior Lalieu la responsable de l'opération. Nous conservons, nous compilons tous les souvenirs que nous confient les particuliers pour nourrir ensuite la recherche, les expositions ou des ateliers pédagogiques». Avec son épouse Simone, Marcel Lahana n'a rien oublié. De ces jours sombres où sa vie de petit toulousain heureux et insouciant a basculé. «Mon père a été arrêté le 12 décembre 1942, se souvient-il. C'était un résistant. Ma mère a disparu en 1943, rue Saint-Bernard». Son frère et lui ont échappé aux rafles. «Grâce à un commandant de gendarmerie et au professeur Boularon qui a opéré mon frère»...

La boutique familiale a résisté aux vents mauvais de l'histoire. «Mon père, David avait ouvert ce commerce de fourrure en 1903 au 54, de la rue Alsace. C'était l'enseigne Au Renard Blanc, en face de l'actuel magasin du Stade Toulousain». Marcel Lahana n'est pas peu fier d'avoir ensuite perpétué la tradition familiale au-delà du siècle. «Avec ma femme, nous avons tiré le rideau le 30 juin 2013, il y a tout juste deux ans, nous faisions du prêt-à-porter pour les grandes tailles. C'est une clientèle d'une grande gentillesse», note-t-il avec, déjà, une pointe de nostalgie. Dans le périmètre du centre-ville, il n'est pas le seul à vivre avec des cicatrices qui ne sont pas venues à bout de son énergie. «Dès 1941, après les lois antijuives de Pétain, alors que Toulouse était encore en zone libre, l'administration française a spolié les commerçants juifs de la rue Alsace, dénonce Jean-François Hurstel. C'est ce qui est arrivé à mon grand-père qui a été arrêté deux ans plus tard avec ma grand-mère dans leur appartement du 61, boulevard Carnot, en face de la Colombette. J'y passe tous les jours»...

Jean-François a retrouvé les dernières lettres de son aïeul envoyées du camp de Drancy, avant de disparaître après sa déportation à Auschwitz. «Il y a aussi des photos d'une famille française normale qui a traversé des malheurs injustes», dit-il, persuadé que ces documents seront mieux dans les mains de chercheurs pour faire avancer la paix et la fraternité.

«Mon père, qui avait 15 ans à l'époque, a été sauvé par des catholiques et élevé grâce au scoutisme laïc, c'est la fraternité dans la République qui nous sauvera», veut croire Jean-François, toujours méfiant quant à la dérive bureaucratique de notre société. «C'est important de témoigner, il faut apprendre cette histoire aux jeunes et surtout penser aux Justes, des petits, des gens normaux, qui en ont sauvé d'autres».

Gilles-R. Souillés




Retour à la rubrique


Source/Lien : La Dépêche



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org