Aujourd'hui : Samedi, 21 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Erdogan en Chine: le sort des Ouïghours, le sujet qui fâche
Publié le : 30-07-2015

RFI

Publié le 30-07-2015

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a entamé mercredi une visite de deux jours en Chine. Il est accompagné d'une centaine de chefs d'entreprise dans ce voyage dominé par la signature d'accords et de contrats. Lors de sa rencontre avec son homologue chinois, Xi Jinping, Erdogan devrait donc éviter le dossier qui fâche : les Ouïghours. Le sort de l'ethnie turcophone du Xinjiang, dans l'ouest de la Chine, a attisé les tensions ces dernières semaines entre Pékin et Ankara.

Avec notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau

Des professeurs de l’université d’Urumqi distribuant en plein jour des pastèques aux étudiants ouïghours pendant le ramadan… C’est cette image qui a choqué les Turcs. Preuve que les autorités chinoises font tout pour casser le jeûne de cette ethnie musulmane et turcophone vivant au Xinjiang, dans l’ouest de la Chine.

Or depuis longtemps, la Turquie protège les minorités turcophones d'Asie centrale. Des manifestations ont donc éclaté fin juin à Istanbul : des drapeaux chinois ont été brûlés, un restaurant saccagé. Le ministre turc des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur chinois à Ankara. Dans le même temps, la Turquie a accueilli 170 réfugiés ouïghours ayant fui la Chine, via la Thaïlande.

Assimilation forcée

Les Ouïghours dénoncent une politique d’assimilation forcée en Chine, le bafouement de leur culture et de leur religion. Les intellectuels et militants musulmans sont systématiquement soupçonnés de terrorisme. Encore plus depuis que des séparatistes ouïghours multiplient les attentats.

Ces tensions placent donc la Turquie dans une position délicate. Si en 2009, le président Erdogan, alors Premier ministre, avait dénoncé un quasi génocide, il sera sans doute plus mesuré lors de sa visite en Chine qui vise à renforcer les liens économiques entre les deux pays.




Retour à la rubrique


Source/Lien : RFI



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org