Aujourd'hui : Samedi, 21 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Dépêche de l'AA [ 25 Août 2015 19:22 ] - Anadolu Agency
Publié le : 26-08-2015

Le Collectif VAN vous propose un article de l'AA (Anadolu Agency) daté du 25 Août 2015. Les articles de ce site ne sont pas commentés de notre part. Ils peuvent contenir des propos négationnistes envers le génocide arménien ou d'autres informations à prendre sous toute réserve.


Anadolu Agency

"Former un gouvernement provisoire n'est pas une mission politique mais étatique"

25 Août 2015 19:22 (Dernière mise a jour 25 Août 2015 19:25)

AA - Ankara - Nur Gülsoy

La mise en place d'un gouvernement provisoire n'est pas une mission politique mais plutôt étatique, a déclaré le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu.

Après avoir été chargé par le chef d'Etat, Recep Tayyip Erdogan, de former le gouvernement provisoire, Davutoglu a animé un point de presse, mardi au palais Cankaya.

"La mission dont le président vient de me charger, est une mission d'Etat, a-t-il affirmé. Elle revêt un caractère politique, c'est vrai, mais au delà, elle permettra que les élections se déroulent en paix et dans la confiance. C'est une obligation et une responsabilité constitutionnelles. C'est une mission constitutionnelle pour moi, et ce sera le cas pour les députés qui seront désignés ultérieurement [pour assumer des minitères]. Il n'y a plus de Parti pour la Justice et le Développement (AK Parti), Parti républicain du peuple (CHP), Parti d'action nationaliste (MHP) ou Parti démocratique des peuples (HDP). Le pays sera dirigé par un gouvernement issu de toutes composantes du Parlement, nous le ferons tous ensemble."

Davutoglu a rappelé que la Constitution lui donne cinq jours pour former un cabinet, et préconise que "les partis soient représentés proportionnellement au nombre de sièges qu'ils occupent au Parlement."

"Donc je vais devoir contacter les présidents généraux [des partis politiques] qui ne voulaient pas prendre part [au gouvernement]. Sinon, il m'est impossible de désigner des membres [de cabinet] indépendants. Certains pourraient me dire 'nommez des ministres sans les consulter'. Je ne peux pas, et le président de la République ne peut pas l'approuver." a expliqué le Premier ministre.

Il a en outre a présenté les critères selon lesquels il va procéder, à savoir l'aptitude, le mérite, la sociabilité, et la responsabilité, et a assuré qu'il ne désignera pas les futurs ministres selon leur opinion ou leur fonction dans leur parti.

"L'idée que nous n'aurions pas proposé de coalition gouvernementale, est erronnée", a dit Davutoglu, rappelant les entretiens qu'il a eus avec les différents partis politiques et précisant encore: "Lors de ces réunions, la politique extérieure et celle de l'éducation menées par le Parti pour la Justice et le Développement (AK Parti) depuis treize ans, devaient presque complètement changer. Une divergence est alors apparue et nous avons craint pour la durabilité d'une telle coalition."

"On ne peut pas diriger un pays en fermant les portes. Rien ne peut justifer le fait de fuir la responsabilité de gouverner, alors qu'il est question de lutter contre le terrorisme ou de faire face aux fluctuations économiques mondiales," a dit Davutoglu.

Le premier ministre a par ailleurs, lancé un nouvel appel aux dirigeants politiques à être responsables et à "former ensemble un gouvernement conforme à la Constitution, au lieu de s'accuser mutuellement". Il les a priés de ne pas donner de la Turquie une image de "pays en crise politique" surtout qu'elle déploie des grands efforts dans la lutte contre le terrorisme.

- Processus depuis les élections législatives du 7 juin

Le peuple turc avait élu, le 7 juin dernier, les 550 députés de la 25ème législature, et aucun parti n'a obtenu la majorité absolue pour former un gouvernement tout seul.

L'AK Parti de Davutoglu avait obtenu le plus grand nombre de sièges au Parlement.

Le 9 juillet dernier, le président Erdogan avait chargé le Premier ministre Davutoglu de mener des négociations pour former un gouvernement, et ce jusqu'au 23 août, dans le délai légal de 45 jours.

Davutoglu s'est entretenu dans un premier temps, avec le président du CHP, Kemal Kilicdaroglu, puis avec le président du MHP, Devlet Bahceli, et, enfin, avec le co-président du HDP, Selahattin Demirtas.

Le Premier ministre a ensuite eu des entretiens avec Kilicdaroglu et Bahceli, en vue d’examiner une formule gouvernementale, y compris une coalition.

Les entretiens n'ont pas abouti, et Davutoglu a déclaré que les conditions n’étaient pas propices, en Turquie, pour une coalition gouvernementale.

Davutoglu a rendu, le 18 août, le mandat que le président lui avait confié, cinq jours avant la fin du délai légal.

Erdogan a consulté, lundi, le président du Parlement, Ismet Yilmaz, sur une formule, et a décidé d'élections législatives anticipées, prévues pour le 1er novembre 2015.

Entre temps, Erdogan a nommé Davutoglu comme Premier ministre, et l'a chargé de former un gouvernement électoral.






Retour à la rubrique


Source/Lien : Anadolu Agency



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org