Aujourd'hui : Mardi, 18 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
« Monsieur » Öcalan ravive le nationalisme turc
Publié le :

Le 06/04/2007 à 0 h 00 - par Solenne Marion

Alors que 53 maires risquent de lourdes peines d’emprisonnement pour avoir soutenu une chaîne de télévision kurde, le Premier ministre turc Erdogan est soupçonné d’avoir fait l’éloge d’Öcalan, leader du PKK en prison. A l’approche des élections présidentielles en Turquie, les nationalistes maintiennent la pression.

Depuis la cellule de sa prison, le chef du parti des travailleurs kurdes (PKK) Abdullah Öcalan, pourrait bien se dresser comme un obstacle de taille sur la route présidentielle du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan.

A quelques semaines de l’élection à la magistrature suprême en Turquie, le Parquet d’Ankara a ouvert une enquête à l’encontre du chef du gouvernement, pour infraction à l’article 215 du code pénal, qui sanctionne « l’éloge du crime et du criminel ». Les faits remontent à 2000. Dans une interview à une radio australienne, Erdogan est accusé d’avoir parlé à deux reprises de « Monsieur Öcalan ». Donner du « monsieur » à celui qui, même détenu depuis huit ans et condamné à vie, reste l’ennemi public numéro un en Turquie, est considéré comme un outrage. Erdogan a catégoriquement rejeté ces accusations. Si le Parquet décide, au vu des preuves qu’il recueillera, de transformer l’enquête en procédure judiciaire, il devra demander l’autorisation du Parlement, en raison de l’immunité dont bénéficie le Premier ministre.

Loin de relever de l’anecdote, cette affaire s’inscrit dans un climat de tensions ravivé depuis plusieurs mois par les nationalistes turcs. Didier Billion, chercheur spécialiste du Moyen-Orient à l’Institut de relations internationales et stratégiques de Paris (IRIS), y voit le signe de « crispations aberrantes dans une période pré-électorale qui profite à la surenchère nationaliste ». Des crispations qui se sont largement manifestées au cours de ces derniers mois, à propos des Kurdes ou de la question arménienne, à travers l’assassinat de l’écrivain Hrant Dink en janvier ou encore les pressions exercées sur le prix Nobel de littérature Orhan Pamuk. « Dans la bataille politique, les avocats nationalistes se servent abusivement du code pénal turc, dont certains concepts restent très flous », souligne Didier Billion. Il pointe notamment du doigt l’article 301, relatif à « l’identité turque », invoqué dans les cas d’Orhan Pamuk et de Hrant Drink.

Dans le collimateur des nationalistes, 53 maires kurdes viennent s’ajouter à la liste. Ils auraient demandé au Premier ministre Danois de résister aux demandes d’Ankara de fermer une chaîne de télévision kurde, Roj TV, émettant depuis Copenhague. Le procureur de Diyarbakir (ville du sud-est de la Turquie, peuplée majoritairement de Kurdes), vient de réclamer des peines d’emprisonnements allant jusqu’à 15 ans, accusant les élus de soutenir ouvertement le PKK.

Si la proximité des élections, au mois de mai, contribue à exacerber les tensions, la détérioration du climat politique en Turquie est, d’après Didier Billion, l’expression du « désenchantement » de la Turquie, relatif à son hypothétique entrée dans l’Union européenne. « Depuis l’ouverture des négociations fin 2005, l’enthousiasme pro-européen des turcs est retombé. Le pays a pris conscience que cela n’allait pas être une partie de plaisir. L’amertume des Turcs, dont profitent les nationalistes, constitue le point commun de tous ces événements. » Dans cette conjoncture, « Monsieur » Öcalan apparaît comme la figure du démon, autour de laquelle se cristallisent les pressions nationalistes.



Retour à la rubrique



Source/Lien : Marianne-en-ligne.fr



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org