Aujourd'hui : Dimanche, 22 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Entre Ankara et Moscou, l’histoire ne se répéterait pas
Publié le : 09-10-2015

L'Orient le Jour

Éclairage

Malgré les tensions qui enveniment les relations russo-turques, il ne semble pas que le conflit syrien ait raison du partenariat privilégié existant entre les deux pays, du moins pour l'instant.

Samia MEDAWAR | OLJ
09/10/2015

Rien ne va plus entre Ankara et Moscou, dont les avions ont plusieurs fois violé l'espace aérien turc depuis le début des frappes russes en Syrie le 30 septembre. Hier encore, le président Recep Tayyip Erdogan a pratiquement menacé son homologue russe Vladimir Poutine de faire appel à d'autres partenaires pour construire Mersin Akkuyu, sa première centrale nucléaire, un projet d'envergure de 19 milliards d'euros mené par la Russie et qui devrait entrer en service en 2020. La Turquie est en outre particulièrement dépendante de la Russie qui lui fournit plus de 50 % de son gaz naturel, mais le président turc n'a pas hésité hier à affirmer qu'il se tournera vers d'autres fournisseurs, rappelant les liens commerciaux étroits qui lient leurs deux pays.

Malgré l'accalmie des dernières décennies, les rapports unissant les deux puissances n'auront pas été de tout repos. Rappelons l'une des guerres qui ont opposé au XIXe siècle les deux Empires ottoman et russe, ce dernier étant sorti victorieux du conflit après avoir « libéré » les peuples slaves sous domination turque.

Leurs liens s'étaient resserrés après la fin de l'Empire soviétique, donnant lieu à des accords commerciaux d'envergure. De plus, tous deux partagent un passé historique de grande puissance déchue, et entretiennent la même ambiguïté quant à une appartenance réelle ou non à l'Europe.

Camouflet

Toutefois, le dossier syrien affecte plus ou moins aujourd'hui les différents enjeux liant les deux pays, qui avaient pourtant réussi à maintenir de bonnes relations malgré des positions diamétralement opposées au sujet de ce conflit. S'ils ont beaucoup à perdre – la Turquie a besoin du gaz russe, et beaucoup d'entreprises turques sont implantées en Russie –, les tensions actuelles ne vont pas briser les relations russo-turques. « Ils ont trop besoin l'un de l'autre, et leurs économies sont à peu près complémentaires. De ce fait, et si d'autres violations n'ont pas lieu, ce partenariat va tenir », estime Bayram Balci, chercheur en sciences politiques et civilisation arabo-islamique au CERI-Sciences Po à Paris, et spécialiste de la Turquie, interrogé par L'Orient-Le Jour.

« En revanche, si les Russes persistent à violer l'espace aérien turc, les choses peuvent aller beaucoup plus loin. Ce qui vient de se passer est comme un camouflet à Erdogan qui était à Moscou il y a quelques jours seulement pour inaugurer une mosquée. Cela montre que la Turquie n'est pas écoutée par ses partenaires, alors qu'elle demande depuis longtemps la mise en place d'une zone-tampon dans le nord de la Syrie. La Russie a agi pendant ce temps à sa manière et sans tenir compte de ce que demandent la Turquie ou les Occidentaux », explique le chercheur. En effet, non seulement la Russie agit-elle en électron libre, mais, d'après Ankara et la coalition internationale contre l'État islamique (EI), elle ne vise pas – ou pas assez – ce dernier lors de ses raids, privilégiant comme cibles des rebelles armés soutenus par la communauté internationale et... la Turquie.

Retour en force

Cette manière d'agir n'est pas sans rappeler, d'ailleurs, le caractère bien trempé de ces deux hommes que sont Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, assez similaires sur le fond, ce que ne manque pas de souligner M. Balci. Car plusieurs choses rapprochent les deux dirigeants, comme « leur populisme, leur politique autoritaire, leur hostilité à l'Occident... mais même cela ne tient plus ». M. Erdogan étant aujourd'hui obligé de se rapprocher de l'Occident, face au grand méchant ours russe, venu défendre son allié syrien. L'histoire se répète-t-elle entre ces deux pays ? Pour l'instant, il ne semble pas que ce soit le cas, et que Moscou soit en train de « sacrifier » Ankara, embourbée comme elle l'est dans sa crise politique. « Erdogan multiplie les déclarations selon lesquelles il va passer à l'action, mais, en vérité, il ne peut rien faire. Et en cas d'aggravation des tensions, les Turcs seront obligés de s'effacer face aux Russes », prévoit le spécialiste.

En attendant, souligne M. Balci, il est évident que la Russie est en train de supplanter la Turquie en tant que force régionale eurasienne. Il s'agit d'un véritable retour en force de Poutine, et encore, c'est la première fois que la Russie s'impose autant au Moyen-Orient de cette manière-là, au nez et à la barbe des Occidentaux pris de court, et qui ne peuvent rien faire pour arrêter cette force de perturbation qu'est la Russie.




Retour à la rubrique


Source/Lien : L'Orient le Jour



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org