Aujourd'hui : Dimanche, 17 décembre 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2017
Publié le : 09-01-2017

Le Collectif VAN alimente un Observatoire du Négationnisme, accessible en ligne. Il vous propose ici un récapitulatif des principaux faits et articles négationnistes relevés depuis 2006. Ce listing répertorie également quelques faits positifs.



Légende : Le député arménien du Parlement turc, Garo Paylan, du Parti démocratique du peuple (HDP) tenant une photo de Krikor Odyan lors de son allocution devant le Parlement (Photo: Twitter)



Reproduction autorisée en citant la source : Collectif VAN - Observatoire du Négationnisme



Observatoire 2017


- 04 janvier 2017 : Arménie - Le site internet du Comité olympique arménien a été bloqué mercredi par des hackers qui y ont placé une image représentant le drapeau turc et une déclaration en turc niant le génocide arménien dans l’Empire ottoman.
Arménie-Turquie : le site du comité olympique arménien défiguré par des hackers


- 13 janvier 2017 : Turquie - Le député arménien du Parlement turc, Garo Paylan, du Parti démocratique du peuple (HDP), a été temporairement suspendu des sessions parlementaires après avoir fait référence au génocide arménien lors des débats sur les propositions de modifications de la Constitution de la Turquie, le 13 janvier. Les courageuses prises de position de Garo Paylan lui valent non seulement des sanctions officielles, mais également des menaces de mort émanant des milieux ultra-nationalistes turcs qui avaient déjà été à l'origine de l'assassinat du journaliste arménien de Turquie, Hrant Dink, le 19 janvier 2007.
Extrait du discours de Garo Paylan : «[....] Krikor Odyan est l’un de ceux qui a écrit la Constitution. Une constitution pluraliste ; chaque personne pouvait s’y retrouver. Abdul Amid est devenu sultan en déclarant qu’il établirait ce Parlement, mais un an plus tard, il s’est servi de la guerre russo-ottomane comme excuse pour l’abolir. Trente ans de despotisme ont suivi. Toute tyrannie prend fin un jour. Ceux pour lesquels vous avez de l'estime pensent qu’ils ont gagné, mais ceux que vous dédaignez se taisent ou se révoltent. Ainsi, en 1908, la seconde période constitutionnelle a joué un rôle, et une constitution pluraliste a été consolidée. Plus tard, la junte menée par Talaat et Enver a éviscéré cette constitution et comme Mehmet Parsak l’a dit, la junte est arrivée au pouvoir en affirmant qu’elle allait « établir la Constitution des Turcs ». Ils ont démantelé le Parlement et la pluralité. Ce fut le début d’une période de dix ans de chaos ; entre 1913 et 1923, nous avons perdu quatre peuples : les Arméniens, les Grecs, les Assyriens et les Juifs. Ils ont été déportés et ont subi des massacres et des génocides. J’appelle ça un génocide ; appelez-le comme vous voulez. Nous avons formé 40 % de la population à une époque. Nous ne sommes plus aujourd’hui qu’un millième. [Bien sûr] quelque chose de terrible nous est arrivé. Je le qualifie de génocide, appelez-le comme vous voulez. Donnons-lui un nom ensemble et passons à autre chose. Les Arméniens savent ce qui leur est arrivé. Je sais ce qui est arrivé à mes ancêtres, à mon grand-père. Je suis l’un de « ces restes de l’épée » [“kılıç artığı”] comme vous le dites, déclarés insignifiants, réduits à un millième. Tirons les leçons du passé et ne développons pas de grandes calamités à partir de cela. Donnez-lui un nom et affrontons ce fait ensemble. »
"J’appelle ça un génocide ; appelez-le comme vous voulez" (Garo Paylan/Turquie)


- janvier 2017 : France/Affaire Radio PIMG et Turquie News - En résumé : Le Collectif VAN a mené l'enquête sur deux médias communautaires franco-turcs qui font de la propagande négationniste sur le génocide arménien et suivent fidèlement la doxa du gouvernement islamo-nationaliste de Recep Tayyip Erdogan. Radio PIMG et Turquie News ont ciblé avec virulence, dans leurs émissions ou articles, les quatre citoyens de Turquie qui ont participé à une conférence au Sénat le 20 janvier dernier. Cette conférence était dédiée au génocide arménien et à l'engagement de certains éléments de la société civile de Turquie, tels les intellectuels turcs Cengiz Aktar, Ayşe Günaysu et Ahmet Insel, pour la reconnaissance de ce Crime imprescriptible.

******Vendredi 20 janvier 2017 : 1) Le Collectif VAN a assisté à la Conférence organisée de 17h à 20h au Sénat, pour traiter de « L’engagement de la société civile turque dans la reconnaissance du génocide arménien » avec la participation de quatre citoyens turcs qui reconnaissent le génocide arménien : Cengiz Aktar, politologue, journaliste et écrivain, Ayşe Günaysu, militante turque des droits de l’Homme, Ahmet Insel, économiste, politologue, professeur à l’Université de Galatasaray et maître de conférence à Paris, et Garo Paylan, député arménien de Turquie, membre du Parti démocratique des peuples (HDP), régulièrement menacé de mort en Turquie.
Agenda - Conférence au Sénat : La société civile turque et le génocide arménien

Le débat a ensuite donné lieu à des prises de parole très orientées, émanant de deux ou trois personnes du public. Le Collectif VAN a mené l'enquête : il apparaît que les questions tendancieuses étaient posées par un certain "Tonton Bahri" de la Radio PIMG, radio communautaire franco-turque, venu avec sa femme, Pakize Temel, administratrice du site Turquie News, site bien connu de notre association qui lutte contre le négationnisme visant le génocide arménien.

******Lundi 23 et et mardi 24 janvier 2017 : 1) Affaire Radio PIMG et Turquie News - Ce couple a relayé ses positions sur la webradio PIMG et le site Turquie News, deux média qui ne font pas dans la finesse, comme on le constate ici :
Radio franco-turque PIMG
Une conférence au Sénat sur « L’engagement de la société civile turque dans la reconnaissance du "génocide" arménien »

******Jeudi 26 janvier 2017 : 4) Affaire Radio PIMG et Turquie News - La vidéo de la conférence du Sénat (conférence scandaleuse aux yeux de Tonton Bahri et de Pakize Temel car des Turcs reconnaissant le génocide arménien y ont participé) est postée sur YouTube. Ces charmants commentateurs y dénoncent en préambule le fait "qu’on nous présente une société turque qui aurait accepté cette qualification juridique et même qui œuvre en faveur de la reconnaissance du soi-disant génocide des arméniens par l’Etat turc. Or il n'en est rien." Édifiant...
Engagement de la société civile Turque dans la reconnaissance du "génocide" Arménien - Radio PIMG

******Lundi 30 janvier 2017 : 5) Affaire Radio PIMG et Turquie News - A l'invitation de ce "Tonton Bahri" qui avait interpellé les intellectuels turcs au Sénat, l'étudiant en Histoire, Maxime Gauin, est invité sur Radio PIMG pour exprimer son habituel point de vue, si prisé par les réseaux nationalistes turcs qui sont toujours avides de l'entendre s'exprimer contre le génocide arménien. Rappelons que ce jeune Français travaille sur sa thèse en Turquie :
Maxime Gauin sur Radio PIMG avec Tonton Bahri

******6) En conclusion, cette "Affaire Radio PIMG et Turquie News" suivie par le Collectif VAN démontre une fois de plus la nécessité qu'il y avait à pénaliser la négation du génocide arménien en France. Malheureusement, toutes les voies juridiques sont désormais bloquées après les verdicts des différentes institutions françaises et européennes. Ce n'est pas le cas pour la partie adverse : Maxime Gauin prévient régulièrement qu'il poursuivra en diffamation quiconque le qualifierait de négationniste. Ce qui s'est déjà produit. Prochain procès en octobre 2017, contre Ara Toranian, éditeur et rédacteur en chef des Nouvelles d'Arménie Magazine.


- 20 janvier 2017 : Turquie - Le site de la chaîne publique turque TRT diffuse avec gourmandise une déclaration émanant du président de l'Association des Fondations arméniennes de Turquie, Bedros Sirinoglu, selon lequel "99% des Arméniens de Turquie sont irrités par l'utilisation du terme «génocide» par Garo Paylan", député arménien du Parti démocratique des peuples (HDP, opposition). Bedros Sirinoglu a tenu ces propos dans une interview à l'Agence Anadolu, à l'issue de sa rencontre avec le président de la République turque, Recep Tayyip Erdogan. La servilité dont doit faire preuve le président des Fondations arméniennes indique le niveau de pressions et de menaces pesant sur les Arméniens de Turquie qui tremblent pour leur vie dans une Turquie où la haine anti-arménienne est actuellement portée à son paroxysme. L'autre paramètre (peu glorieux) qui explique l'attitude soumise de ce Monsieur Sirinoglu - qui a parfaitement intégré son rôle de dhimmi - est celui des enjeux financiers : la gestion de toutes les Fondations arméniennes est sans nul doute une source de profit non négligeable qu'il serait déplaisant de mettre en danger au nom de la solidarité avec un seul Arménien menacé de mort.
Turquie : Garo Paylan lâché par le président des Fondations arméniennes


- 26 janvier 2017 : France - Après avoir déjà invalidé en février 2012 la Loi Boyer destinée à poursuivre les négationnistes du génocide arménien, le Conseil Constitutionnel a déclaré inconstitutionnels - par un communiqué de presse du 26 janvier 2017 - certains articles de la Loi Égalité et Citoyenneté dont ceux présentés comme permettant de poursuivre les négationnistes du génocide arménien.
Le Conseil Constitutionnel invalide la loi pénalisant la négation du génocide arménien


- 9 avril 2017 : Chypre - A l’occasion du 102ème anniversaire du génocide des Arméniens, le Parlement chypriote a appelé à communauté internationale à reconnaître le génocide. Information communiquée par le site « Ermenihaber » se rapportant sur le site d’information « Kibrispostasi ». En début de séance Demetris Syllouris le président du Parlement de Chypre a dans une intervention rappelé que la Turquie avait mené une politique de nettoyage ethnique à l’encontre des Arméniens et plus d’un siècle après le génocide des Arméniens, la Turquie continue de le nier. D. Syllouris a affirmé que Chypre était l’un des premiers pays au monde à reconnaître et condamner le génocide des Arméniens et en 1990 le Parlement chypriote a reconnu à l’unanimité le 24 avril comme la Journée de souvenir du génocide. Le Parlement chypriote a également déclaré sa volonté de pénaliser la négation du génocide. Le député d’origine arménienne Vartkés Mahdessian a également prononcé un discours affirmant que les coupables du génocide des Arméniens n’ont toujours pas été punis. « Depuis plus de 100 ans, nous ne demandons pas vengeance mais la justice » a-t-il ajouté.
Le Parlement de Chypre appelle la communauté internationale à reconnaitre le génocide des Arméniens


- 25 avril 2017 : République thèque/Fait positif - La chambre basse du Parlement tchèque a approuvé à l’unanimité (104 voix pour, aucune voix contre et 3 abstentions) une résolution reconnaissant et condamnant le Génocide arménien et le génocide des autres minorités religieuses et nationales dans l’Empire ottoman pendant la première guerre mondiale. La résolution a été introduite par un député du Parti social-démocrate, Robin Bonisch, président du groupe d’amitié arméno-tchèque. Comme le texte adopté était un projet de résolution (et non un projet de loi), il n’y a pas de nécessité qu’il soit voté par la chambre haute du parlement tchèque. Le président de la République tchèque, Milos Zeman, a adressé un message de condoléances et de solidarité à la communauté arménienne de la République tchèque et au peuple arménien à l’occasion du 102ème anniversaire du génocide, rappelant qu’à plusieurs reprises, y compris lors de sa dernière visite en Arménie en juin 2016, il a qualifié de « génocide » les atrocités commises contre le peuple arménien dans l’Empire ottoman. Selon le président tchèque, l’on ne saurait ne pas se souvenir de ces événements, qui non seulement ont coûté la vie de 1,5 million de personnes innocentes, mais présentent une période tragique de l’histoire du peuple arménien et de l’ensemble du monde civilisé.
Le Parlement tchèque a reconnu le génocide arménien



- juin 2017 : France/Affaire Latifa Chay : En résumé : Le 18 juin 2017, le Collectif VAN a contribué à la défaite de Latifa Chay, candidate de La République En Marche aux élections législatives 2017 dans la 4e Circonscription de la Drôme, en informant l’opinion publique, les médias nationaux et locaux, ainsi que la direction du mouvement En Marche, de ses accointances avec les négationnistes du génocide arménien et les cercles pro-AKP du président turc Erdogan.

******Mardi 6 juin 2017 : 1) Affaire Latifa Chay - Tribune de Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN, publiée sur le site de Bernard-Henri Levy, La Règle du Jeu, suite à la problématique investiture de Latifa Chay, candidate de La République En Marche dans la 4e Circonscription de la Drôme, qui entretient des relations troubles avec des cercles négationnistes du génocide arménien et les cercles pro-AKP du président turc Erdogan.
La Règle du Jeu - Législatives 2017 : Les partis doivent signer une Charte contre la négation des génocides

******Vendredi 9 juin 2017 : 2) Affaire Latifa Chay - Législatives 2017 - Campagne pour une Charte transpartisane contre la négation des génocides.
A la suite de la tribune de Séta Papazian, le Collectif VAN a lancé un appel à tous les partis républicains, afin qu'ils adoptent, avant le premier tour des élections législatives 2017, une Charte morale contre les génocides et leur négation, en mentionnant explicitement le génocide arménien qui fait l’objet d’un double négationnisme d’État, exporté en France par Ankara et Bakou.
Législatives 2017 : Campagne pour une Charte transpartisane contre la négation des génocides

******Vendredi 16 juin 2017 : 3) Affaire Latifa Chay - Le Collectif VAN a pris acte publiquement des deux déclarations de Mme Latifa Chay, LREM, en position favorable pour le second tour des élections législatives 2017 dans la 4e Circonscription de la Drôme. Mme Latifa Chay a exprimé, une première fois dans un message posté le 7 juin à 8h du matin sur la Page Facebook du Collectif VAN (sous notre article de La Règle du Jeu), puis dans le journal local de Romans, L'Impartial, en date du 8 juin 2017, sa volonté de combattre la négation du génocide arménien et de signer la Charte contre la négation des génocides. Concernant la Charte, Mme Chay n'a malheureusement pas tenu son engagement soudain et sans doute opportuniste.
Au vu des positions fluctuantes de la candidate LREM, nous ne pouvons qu'être soulagés par le fait que, contre toute attente, elle a largement été battue au second tour des élections du 18 juin 2017 par la candidate LR.
Mme Chay, ex-élue de l’opposition PS à la Mairie de Romans, a annoncé siéger désormais au Conseil municipal en tant qu’élue de l’opposition LREM, sans doute en vue d’être candidate LREM pour les élections municipales de 2020. Cependant, selon des informations officieuses locales que le Collectif VAN a obtenues, et suite à toutes les informations que nous avons fait parvenir à son sujet à la direction de La République En Marche, Latifa Chay aurait été en fait totalement écartée du mouvement LREM qui ne souhaiterait pas lui accorder son investiture pour 2020. Rien d’officiel néanmoins : affaire à suivre donc.
Latifa Chay (LREM) a promis de signer la Charte contre la négation du génocide arménien


- 10 août 2017 : USA - Récemment, les responsables du centre commercial Americana de Glendale (Los Angeles) ont adopté une position hostile en refusant de fournir un espace publicitaire sur leur panneau d’affichage pour un documentaire sur le génocide arménien intitulé Les architectes du déni. Emily Davis, responsable des relations publiques et de la communication pour Americana, a indiqué : « Nous avons des standards stricts pour nos publicités et nous examinons attentivement tous les contenus. Celui-ci ne correspondait pas aux directives publicitaires de notre gamme de propriétés en Californie du Sud. J’ai demandé à Davis si elle insinuait que le sujet du génocide arménien en lui-même violait « les standards stricts d’Americana pour la publicité »...

****** Les dirigeants exécutifs du centre commercial Americana de Glendale ont de nouveau changé d’avis en déclarant que non seulement ils acceptaient de faire de la publicité pour le documentaire sur le génocide arménien Les architectes du déni, mais ils ont proposé de le faire gratuitement !
USA : Le Mall Americana refuse l'affichage d'un film sur le génocide arménien
Los Angeles : Revirement du mall Americana sur le génocide arménien


- 29 août 2017 : Allemagne/Fait positif - Un politicien allemand d’origine turque Bekir Sipahi a été condamné à une amnde de 2100 euros ou 30 jours de prison par un tribunal allemand pour ses propos sur les médias sociaux à l’encontre de Cem Ozdemir. Bekir Sipahi, membre de l’Assemblée municipale de Duisburg, a été poursuivi par Cem Özdemir, le coprésident du Parti vert allemand, après avoir écrit sur les réseaux sociaux l’an dernier à l’occasion de la reconnaissance du génocide arménien par le Bundestag le message suivant : “ 31 mai 2016 20h23 « Est-ce que la prière funèbre pour le traître Cem Özdemir est faite ? il devrait... bientôt être enterré dans le cimetière pour chien de Berlin “. Le tribunal de Duisburg a condamné Bekir Sipahi sur les fondements des paragraphes §185 (insulte) et §194 (plainte pour diffamation contre un agent public) du code pénal allemand.
Génocide arménien : Un politicien négationniste d’origine turque condamné


- 31 août 2017 : Allemagne - Le mémorial dédié au génocide des Arméniens dans la ville de Leer en Allemagne, vandalisé. Le mémorial-khatchkar (croix de pierre arménienne) dédié au génocide des Arméniens dans la ville de Leer (Basse-Saxe) en Allemagne a été vandalisée annonce le 31 août News.am. Selon les éléments recueillis sur place -mais non confirmés par la police allemande- ce vandalisme serait l’œuvre de jeunes Allemands proche des groupuscules néo-nazis -sans doutes quelque peu alcoolisés- hostiles à la présence de ce khatchkar dans un jardin public de Leer. Les caméras placées autour de la place du mémorial devraient rapidement délivrer l’identité des vandales. Rappelons qu’en février dernier ce même mémorial avait été vandalisé. Le mémorial-khatchkar avait été inauguré le 10 octobre 2016, dédié aux victimes du génocide des Arméniens de 1915 dans l’Empire ottoman, génocide réalisé par le gouvernement turc.
Le mémorial dédié au génocide des Arméniens dans la ville de Leer en Allemagne, vandalisé


- 25 septembre 2017 : France - L’avocat Selçuk Demir Conseiller juridique du Consulat de Turquie a publié sur sa page facebook le 25 septembre un modèle de lettre à destination des proviseurs et des professeurs pour que les parents d’élèves turcs ou d’origine turque puissent s’opposer à l’enseignement du génocide des Arméniens.
Le courrier est rédigé comme suit : “ Monsieur le Proviseur, Monsieur le Professeur, Mon enfant a suivi, en cours d’histoire-géographie, un chapitre sur les événements de 1915 au sein de l’Empire Ottoman. Il ne fait de doute que ces événements ont été terribles. Des deux côtés, dans un contexte de guerre mondiale, des souffrances ont été vécues. Toutefois, il n’existe pas de consensus international entre historiens pour qualifier ces faits de génocide. Dans un arrêt du 15 octobre 2015, la Cour Europeene des droits de l’homme l’a confirmé, (arrêt “Perincek“). Par ailleurs, le Conseil constitutionnel, dans une decision du 26 janvier 2017, a considéré que sanctionner la négation du “génocide arménien“ était contraire à la liberté d’expression. L’Ecole de la République doit être celle du débat, de la discussion et de la prise en compte pour les enfants d’opinions divergentes. J’ose espérer que vous pourrez, très prochainement, faire état de ce qu’il existe d’autres versions des événements de 1915, en insistant notamment sur le fait que des milliers de turcs ont été sauvagement assassinés par les milices arméniennes. C’est à travers le dialogue que la paix se construit ; j’espère que ma correspondance contribuera à amener une discussion positive au sein de la classe.
Vous remerciant d’avance,
Veuillez agréer, Monsieur le Proviseur, Monsieur le Professeur, l’expression de mes salutations distinguées.“

Parmi les commentaires on notera les remarques négationnistes…
Génocide des Arméniens : Le Consulat de Turquie à Paris donne une leçon de négationnisme


- 06 octobre 2017 : Turquie - Sortie dans les salles de cinéma en Turquie vendredi 6 octobre du film négationniste « Kervan 1915 ». Un film que les réalisateurs veulent le présenter comme une « douleur partagée » sur les « évènements douloureux de 1915 ». Ce que les Turcs nomment avec un certain sens du négationnisme, « évènements » porte le nom de génocide. Un mot trop insupportable pour les oreilles sensibles des petits-enfants des génocideurs... Le réalisateur de « Karavan 1915 » n’a-t-il pas lui-même déclaré que par ce film il ne désirait pas prouver qu’il y a eu ou nom génocide mais de montrer l’histoire d’une caravane composée de 200 Arméniens en route vers Alep. En donnant le bon rôle aux caravaniers qui défendent les pauvres réfugiés Arméniens des attaques des bandits.
Sortie en Turquie du film négationniste « Kervan 1915 »


- 06 octobre 2017 : France - Patrice Gueniffey, historien et directeur d'études à l'EHESS, intervenant le vendredi 6 octobre 2017 sur France-Culture (L'Invité des Matins (2e partie), émission animée par Guillaume Erner), avait en effet réfuté l’usage du qualificatif de "génocide" pour tout ce qui ne relève pas de la Shoah, tout en reconnaissant de facto ne rien connaître aux génocides arménien et tutsi. Interpellé par Guillaume Erner en ces termes : "Mais il y a eu d'autres génocides que le génocide juif : le génocide arménien, le génocide des Tutsi…", Patrice Gueniffey a répondu de manière fort peu compatible avec son statut d'historien : "On le dit. J'en ai entendu parler."
Des extraits du verbatim de l'émission de France-Culture :
"Interrogé par Guillaume Erner sur la mémoire de l'esclavage et sur Colbert qui a eu un rôle dans l'établissement du Code Noir (texte qui avait pour projet d'encadrer le commerce des esclaves), l'historien Patrice Gueniffey répond à côté de la plaque :
PG : Je suis contre la dilution du terme, par exemple, de génocide.
Le génocide doit être réservé à la Shoah, parce que là il y a eu l'élimination consciente, planifiée, industrielle, d'un peuple en tant que tel. (...)
GE : Mais il y a eu d'autres génocides que le génocide juif...
PG : Des massacres, des massacres, il y en a plein l'Histoire...
GE : Mais il y a eu d'autres génocides que le génocide juif... Le génocide arménien, le génocide des Tutsi...
PG : On le dit. J'en ai entendu parler. Oui, bon, maintenant...
GE : Moi j'ai fait plus qu'en entendre parler.
PG : Oui... Bon d'accord, on ne va se disputer là-dessus.
GE : J'ai l'impression qu'on ne serait pas d'accord.
PG : Moi je pense qu'il ne faut pas diluer l'affreuse spécificité du génocide juif qui est quelque chose d'unique dans l'Histoire. Cette espèce de conjonction de projet criminel et de capacité industrielle. On n'a pas ça dans l'Histoire."

Patrice Gueniffey, le « sachant » qui ne sait rien du génocide arménien
France Culture : L'Invité des Matins (2ème partie) par Guillaume Erner
Histoire des génocides : "Mais où était passé Patrice Gueniffey ces 30 dernières années?


- 17 octobre 2017 : France - Procès autour du génocide arménien : "L'inversion perverse de l'Histoire"
Mardi 17 octobre 2017, la foule des amis et soutiens d'Ara Toranian, directeur du mensuel Nouvelles d'Arménie Magazine (NAM) et co-président du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF France), se presse devant la 17e Chambre du Tribunal correctionnel de Paris où ce dernier doit répondre, avec Samuel Tilbian, de la mise en accusation portée à son encontre par Maxime Gauin, alias Dussardier, qui s'est estimé diffamé et injurié pour avoir été comparé sur Armenews.com, site internet des NAM, au négationniste de la Shoah, Robert Faurisson.
Le compte-rendu complet (en deux parties) de l'audience du procès intenté par Maxime Gauin contre Ara Toranian et Samuel Tilbian.
Partie 1 : Procès autour du génocide arménien : "L'inversion perverse de l'Histoire"
Partie 2 : Procès autour du génocide arménien : "L'inversion perverse de l'Histoire"


- 29 octobre 2017 : France - Le 29 octobre 2017, une dénonciation calomnieuse s’était affichée sur un profil Facebook où des procureurs auto-proclamés, extrapolant à partir de la prose de Maxime Gauin, en étaient venus à proférer contre Ara Toranian des accusations mensongères d’« antisémitisme » et de « négationnisme » de la Shoah. Ignorantes ou d’accord tacitement sur le fond, les personnes qui ont ainsi fait écho à M. Gauin sur les réseaux sociaux ont déclaré que leur campagne visait à stopper les soutiens juifs en faveur d’Ara Toranian dans le cadre du procès que Maxime Gauin avait intenté à ce dernier. En tant qu’association engagée auprès de nombreuses associations juives de France, mais aussi tutsies, darfouries et antiracistes, le Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] a tenu à stopper ce "prosélytisme" anti-arménien en alertant ses ami(e)s et partenaires juifs. Le Collectif VAN a démonté les accusations ou insinuations de Maxime Gauin par un article en deux parties décrivant les mécanismes pervers de ce négationnisme pro-turc qui tend à jeter l'opprobre de l'antisémitisme sur les militants arméniens.
La dénonciation calomnieuse sur Facebook, nouvel instrument du négationnisme pro-turc (I)
La dénonciation calomnieuse sur Facebook, nouvel instrument du négationnisme pro-turc (II)


- 18 novembre 2017 : Allemagne - Selon le journal turc Takvim, un monument dédié "aux allégations arméniennes concernant les évènements de 1915" (selon la phraséologie négationniste habituelle), a été inauguré à Cologne, où vivent 100.000 Turcs d'Allemagne. Le mémorial du génocide arménien a été inauguré dans le cimetière municipal de Cologne par la communauté arménienne, malgré les réactions de la communauté turque. Le journal indique que les médias turcs se sont vu refuser l'accès à la cérémonie, alors que la presse allemande a été autorisée à y assister. Durant la cérémonie religieuse, a été dévoilé et consacré un khatchkar (croix-pierre) noir. Takvim note avec dépit que la communauté arménienne de Cologne, qui ne compte que 5000 membres contre 100.000 pour la communauté turque, avait commencé en 2015 ses démarches visant à obtenir le droit d'ériger ce monument. La demande avait d'abord été adressée à la Commission des Espaces Verts de la municipalité de Cologne, puis à la Commission des plaintes. Le résultat positif a été rendu en mars 2017. La municipalité métropolitaine de Cologne a répondu à la Plate-forme de solidarité et d'initiative des Turcs de Cologne qu'elle avait approuvé la demande de la diaspora arménienne d'ériger un monument dans le cimetière. Le porte-parole de la plateforme turque, Levent Taşkıran, a déclaré que les 32 associations suivaient cette situation depuis deux ans et que la municipalité avait pris cette décision sans leur demander leur avis, alors que la plateforme était constamment en contact avec la municipalité. Taşkıran a déclaré que de tels monuments du souvenir, politiques et sociaux, étaient contraires aux règlements du cimetière où ne sont érigés que des monuments commémoratifs individuels : « Prendre une telle décision dans une ville où vivent plus de 100 000 Turcs est une étape menant à la rupture de la paix intérieure. Nous ne reconnaissons absolument pas cette décision, nous rejetons cette décision et la trouvons antidémocratique" a expliqué le représentant de la plateforme turque.
Allemagne : L'inauguration d'un mémorial du génocide arménien fait scandale


- 28 novembre 2017 : France/Verdicts - Victoire contre le négationnisme visant le génocide arménien -
La 17e chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris qui, en consacrant la bonne foi d’Ara Toranian et Sam Tilbian, a jugé qu’ils ne pouvaient être reconnus coupables de diffamation pour avoir qualifié un négationniste notoire du génocide arménien de « tâcheron au service du fascisme turc », tout comme n’était pas injurieux le fait de le comparer à Faurisson dans le cadre d’un débat d’intérêt général. Comme l’a indiqué Maitre Henri Leclerc, l’avocat des prévenus, si « nier le génocide arménien n’est pas un délit, c’est au moins reconnu comme un mensonge ». Telle est la leçon qu’il faut tirer de ce procès qui s’était politiquement retourné contre le plaignant au moment de l’audience et qui se solde aujourd’hui pour lui et ses soutiens par une cuisante défaite sur le plan judiciaire. Cette décision relance la problématique de la pénalisation du négationnisme du génocide arménien, votée par 3 fois par l’Assemblée nationale et par deux fois par le Sénat. Son invalidation par le Conseil Constitutionnel avait laissé croire aux négationnistes qu’ils pouvaient se poser en accusateurs et qu’ils pouvaient trainer les défenseurs de la vérité et de la justice sur le banc des accusés. Le jugement d’aujourd’hui dénonce cette arrogance. Il fait écho à la demande de grands intellectuels français et des principaux responsables de la communauté juive qui avaient dénoncé dans une pétition publiée le 10 octobre dans Libération, cette « inversion des rôles ». Si la loi ne permet pas encore de condamner les négationnistes du génocide arménien, du moins la justice vient-elle de reconnaitre aujourd’hui aux légataires des victimes le droit de défendre leur honneur et leur dignité. Il s’agit là d’une victoire politique et juridique importante pour la cause arménienne et d’une grave pantalonnade pour celle du négationnisme.
Communiqué du CCAF : L’arrogance négationniste défaite en Justice


- 28 novembre 2017 : France/Verdict - Un mois après l'audience du 17 octobre 2017, le tribunal de Nanterre vient de rendre son jugement dans l'affaire concernant Tad et Tro qui étaient accusés d'avoir commis une agression sur la personne de l'ambassadeur de Turquie en France. Tad est condamné à trois mois d'emprisonnement avec sursis et Tro à une peine d'un mois, également assortie du sursis. Les avocats ont obtenu qu'aucune mention ne soit inscrite dans les casiers judiciaires des deux étudiants. Les deux militants restent donc libres. Ils n'ont jamais flanché devant cet harcèlement judiciaire qui a duré plus de 2 ans. A certains moments ils se sont sentis ignorés voire boycottés, mais ils ont su garder la tête froide et ont toujours refusé de demander pardon à l'ambassadeur de Turquie."
Verdict du procès des militants arméniens accusés d'agression sur l'ambassadeur de Turquie


- 28 novembre 2017 : CEDH - La Cour de Strasbourg a de nouveau condamné la Suisse ce 28 novembre 2017, à propos de la sanction émise en 2010 pour discrimination raciale par le Tribunal fédéral helvète à l'encontre de trois Turcs qui, à l'instar de Dogü Perinçek, niaient l'existence du génocide arménien. Comme dans l'affaire du leader ultra-nationaliste et négationniste Dogü Perinçek, la Cour européenne des droits de l'homme a invoqué la liberté d'expression, s'inclinant ainsi pour la seconde fois devant la politique négationniste de l'État turc. Pour mémoire, le chef du Parti des travailleurs de Turquie, Dogü Perinçek, avait été condamné en Suisse pour avoir déclaré que le génocide arménien est «un mensonge international». Lors de deux audiences dont l'une en appel devant la Grande Chambre de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, la CEDH avait jugé que cette condamnation était une violation de la liberté d'expression, estimant que les propos de cet homme politique, grand admirateur de Talaat Pacha (le "Hitler" turc) ne représentaient pas un appel à la haine ou à l'intolérance envers les Arméniens.
Nier le génocide arménien relève de la liberté d'expression, affirme à nouveau la CEDH




*********************************************

Sommaire de l'Observatoire du Négationnisme

*********************************************


Reproduction autorisée en citant la source : Collectif VAN - Observatoire du Négationnisme




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org