Aujourd'hui : Lundi, 17 décembre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Observatoire du NĂ©gationnisme du Collectif VAN - 2018
Publié le :

Le Collectif VAN alimente un Observatoire du Négationnisme, accessible en ligne. Il vous propose ici un récapitulatif des principaux faits et articles négationnistes relevés depuis 2006. Ce listing répertorie également quelques faits positifs.










Légende photo : 12 mai 2018 : France - Manifestation négationniste turque pour faire supprimer la mention "génocide arménien" sur une stèle à Évreux





Reproduction autorisée en citant la source : Collectif VAN - Observatoire du Négationnisme


Observatoire 2018

- 21 janvier 2018 : Turquie - Le négationnisme d'Etat de la Turquie dans toute sa splendeur... Lors d’un congrès de l’AKP à Bursa, comme le rapporte plusieurs médias turcs, en date du 21 janvier, le président Erdogan à une nouvelle fois, inversé outrageusement les rôles quant aux événements de 1915, « Certains nous accusent de « génocide ». Le génocide a été perpétré contre les peuples turcs et les cris de nos vaillants peuples des Balkans au Caucase, et continuent à nous faire souffrir.“ « Le nombre de personnes que nous avons perdues dans les massacres qui ont résulté de la déportation arménienne est beaucoup plus important que les chiffres exprimés comme étant un génocide. Il est clair que nous allons faire face à de plus en plus d’attaques de ce genre de criminels. C’est l’histoire de ceux qui ont exprimé des allégations arméniennes. Examinons nos archives mutuellement, nous avons juste 1 million 700 000 documents dans nos archives. Un million a été examiné à ce jour. Jusqu’à présent, personne n’a accepté notre offre.“ a -t-il asséné publiquement.
Rappelons, que l’extermination préméditée des Arméniens sur ordre des différentes autorités ottomanes prend racine dès 1894 pour s’achever en 1923, représentant plus de 2 millions de victimes innocentes.
Erdogan : « Le premier génocide du 20ème siècle a été perpétré contre les Turcs »


- 14 février 2018 : Israël - La Knesset a rejeté un projet de loi parrainé par Yair Lapid le président du parti Yesh Atid, demandant à Israël de reconnaître le génocide arménien, lors d’un vote préliminaire. “Il n’y a aucune raison pour que la Knesset, qui représente une nation qui a traversé l’Holocauste, ne reconnaisse pas le génocide arménien et ait un jour de commémoration“, a dit Yair Lapid cité par le journal the Jerusalem Post. Le Vice-ministre des Affaires étrangères israélien, Tzipi Hotovely, a affirmé qu’Israël ne prendre pas officiellement position sur la question du génocide arménien, « vu sa complexité et ses implications diplomatiques ». Le 26 avril 2015, le Président israélien, Reuven Rivlin, avait accueilli dans sa résidence présidentielle de Jérusalem, une commémoration visant à faire mémoire du centenaire de l’extermination planifiée des arméniens en Anatolie. Au cours de la cérémonie, le Président Rivlin avait indiqué que le peuple arménien avait été « la première victime des exterminations de masse modernes » tout en évitant de prononcer le mot génocide pour indiquer les massacres dans le cadre desquels moururent plus de 1,5 millions de personnes.
ISRAEL : La Knesset rejette un projet de loi reconnaissant le génocide arménien


- 16 février 2018 : Pays-Bas/Fait positif - Reconnaissance du génocide arménien: Le projet de loi a été présenté par le député de l’Union chrétienne Joel Voordewind et a été soutenu par les quatre partis de la coalition gouvernementale. Le parlement a également approuvé un deuxième projet de loi qui prévoit que les Pays-Bas seront présentés par un ministre du gouvernement lors de la cérémonie de commémoration des victimes du génocide arménien, en avril 2019 à Erevan, en Arménie. “Nous ne pouvons pas nier l’histoire par peur des sanctions, car notre pays abrite la capitale du droit international, donc nous ne devons pas avoir peur de faire la bonne chose ici aussi”, a déclaré vendredi Voordewind.
Le parlement néerlandais reconnaît le génocide arménien


- 17 février 2018 : Turquie/Le parlement néerlandais reconnaît le génocide arménien - Les autorités turques ont convoqué le 17 février 2018 le chargé d'affaires néerlandais à Ankara pour exprimer leur mécontentement concernant deux projets de loi qui, s'ils étaient adoptés, verraient les Pays-Bas reconnaître comme génocide le massacre de 1,5 million d'Arméniens en 1915. "La politisation des événements de 1915, en les tirant de leur contexte historique, est inacceptable", a déclaré le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy. La Turquie admet que de nombreux Arméniens, chrétiens et vivant dans l'Empire ottoman, ont été tués dans des combats contre l'armée ottomane durant la Première Guerre mondiale, mais elle conteste les chiffres avancés et nie que cela ait été une opération systématiquement orchestrée et relève du génocide.

17 février 2018, Déclaration du Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, Hami Aksoy, en réponse à une question concernant les développements liés aux événements de 1915 à la Chambre des représentants des Pays-Bas qui ont également été couverts par la presse

On observe que certains politiciens néerlandais ont un ordre du jour visant à présenter des motions soutenant les allégations arméniennes à la Chambre des représentants néerlandaise dans les prochaines semaines. L'approche de la Turquie vis à vis des événements de 1915 repose sur des faits historiques et des normes juridiques. Les cas de jurisprudence établis dans la loi européenne ont enregistré le fait que les événements de 1915 constituent un sujet légitime de débat. Cela étant le cas, les tentatives de tirer les événements de 1915, qui sont une question sensible pour la Turquie et la nation turque, hors de son contexte historique et légal afin de politiser la question, sont tout à fait inacceptables. Dans ce contexte, nous invitons les politiciens néerlandais à revoir leur position préjugée envers la Turquie et à éviter de politiser l'histoire. Si les Pays-Bas souhaitent contribuer à la solution de ce problème historique, ils pourraient soutenir notre offre que nous proposons avec insistance depuis 2005 de former une Commission historique conjointe indépendante, ouverte aux spécialistes de l'histoire Ottomane. Nos vues et attentes sur cette question, qui indiqueront également si les Pays-Bas ont la volonté de normaliser leurs relations avec la Turquie, ont été transmises au Chargé d'affaires de l'Ambassade du Royaume des Pays-Bas qui a été convoqué à notre Ministère.

"Génocide" arménien: Ankara convoque le chargé d'affaires néerlandais
Déclaration du Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères, Hami Aksoy
Pays-Bas/Génocide arménien : Déclaration de Hami Aksoy


- 22 février 2018 : Pays-Bas/Fait positif - Les députés des Pays-Bas votent massivement en faveur de la reconnaissance du génocide arménien, par 142 voix contre trois. La Haye enverra un représentant du gouvernement à Erevan le 24 avril pour la commémoration des massacres commis entre 1915 et 1917. Le gouvernement néerlandais, cependant, a déclaré que la reconnaissance ne deviendrait pas la politique officielle des Pays-Bas. “Le gouvernement ne suivra pas le jugement du parlement“, a déclaré le ministre néerlandais des Affaires étrangères Sigrid Kaag à la télévision néerlandaise avant le vote, selon l’agence de presse Reuters. “Nous partageons toujours le désir de voir les parties impliquées se réconcilier, mais le gouvernement voit la manière d’y parvenir différemment que la motion proposée“, a déclaré Sigrid Kaag. “Nous rendrons hommage aux victimes et aux proches de tous les massacres de minorités“, a-t-elle dit, soulignant que le gouvernement ne jugera pas s’il s’agit ou non d’un génocide. La motion a été présentée par Joel Voordewind de l’Union Chrétienne et a été soutenue par les quatre partis de la coalition. “Nous ne pouvons pas nier l’histoire par peur des sanctions. Après tout, notre pays abrite la capitale du droit international. Nous ne devons donc pas avoir peur de faire une bonne chose ici aussi », avait déclaré Joel Voordewind au quotidien néerlandais Trouw la semaine dernière. En décembre 2004, le Parlement néerlandais avait adopté à l’unanimité une résolution demandant au gouvernement néerlandais d’invoquer systématiquement le génocide arménien dans les futures négociations sur l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Cette décision était intervenu suite aux efforts considérables de la Fédération des organisations arméniennes aux Pays-Bas (FAON) et de son Comité du 24 avril, qui ont travaillé pendant des années avec des membres du Parlement et des représentants de leur gouvernement à la reconnaissance du génocide arménien.
RFI: Les députés néerlandais votent la reconnaissance du génocide arménien
Génocide arménien : traduction des textes votés au parlement néerlandais


- 22 février 2018 : Turquie/Les Pays-Bas reconnaissent le génocide arménien - La Turquie a "fermement" condamné la décision prise par les députés néerlandais de qualifier de génocide les massacres des Arméniens sous l'Empire ottoman il y a un siècle, faisant monter d'un cran des tensions déjà vives. Le Parlement des Pays-Bas s’est attiré les foudres de la Turquie et des accusations de "trahison" ont été publiées par des médias en Turquie envers cinq députés néerlandais d'origine turque après leur vote en faveur de la reconnaissance du génocide arménien.

Nous condamnons fermement les décisions de la Chambre des représentants du Royaume des Pays-Bas reconnaissant les événements de 1915 comme un génocide.
Les décisions sans fondement de la Chambre des représentants d'un pays qui était un spectateur du génocide de Srebrenica, une douleur éternelle au milieu de l'Europe, n'ont pas leur place ni dans l'histoire,ni dans la justice. Ainsi, ils ne sont ni juridiquement contraignants, ni valables.
La position de la Turquie sur les événements de 1915 est basée sur des faits historiques et des normes juridiques. La jurisprudence établie dans le droit européen et les décisions de la Cour européenne des droits de l'homme témoignent du bien-fondé de notre position à ce sujet.
Toutefois, nous prenons note de la déclaration du gouvernement néerlandais selon laquelle «il ne suivra pas la Chambre dans son évaluation reconnaissant les événements de 1915 comme un génocide et que le fait d'être représenté lors d'une cérémonie commémorative à Erevan n'impliquerait pas la reconnaissance des événements comme un génocide»,
déclare le ministère turc des Affaires étrangères.

Les Pays-Bas reconnaissent le génocide arménien, Ankara se raidit
Génocide arménien : traduction des textes votés au parlement néerlandais
Communiqué concernant les décisions de la Chambre des représentants du Royaume des Pays-Bas
Communiqué du Ministère des Affaires Etrangères de la République de Turquie


- 27 mars 2018 : France - Le CCAF demande l’interdiction de la conférence négationniste prévue le 14 avril à Dreux. Cette réunion publique organisée par l’association turque COJEP à 10 jours des commémorations du génocide arménien et qui indique sur son affiche « Ermeni Soykirimi Yoktur » (il n’y a pas eu de génocide arménien), constitue une véritable provocation qui porte atteinte à la mémoire des victimes. Cette manifestation s’inscrit dans la logique des activités négationnistes de la COJEP, qui se fait depuis des années le relais en France des menées antiarméniennes des autorités turques. Cette tentative de disculper les responsables de l’extermination des Arméniens relève de la complicité avec le crime, et procède par conséquent de l’incitation à la haine. Le CCAF dénonce la participation du négationniste du génocide arménien Yves Benard à cette réunion ainsi que celle de M. Abdelaziz Chaambi, président du CRI, pseudo « coordination contre le racisme et l’islamophobie », militant fiché S, proche de la mouvance islamiste, et qui vient d’être condamné pour outrage à fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions.
Le CCAF demande l’interdiction de la réunion négationniste à Dreux


- 02 avril 2018 : France - Y aurait-il dans la rédaction du Monde un clair penchant négationniste envers le génocide arménien ? La tribune du journaliste Antoine Flandrin, publiée sous le titre "Génocides : la recherche française comble son retard" dans la version papier du Monde du samedi 31 mars 2018 (voir photo) a subi "des coupures fâcheuses" à l'insu de l'auteur, comme celui-ci nous l'a indiqué sur Twitter. Son article complet vient d'être publié sur le site du Monde.fr. Après vérification entre les deux versions, il apparaît que les coupures de la version papier (toujours considérée comme la plus noble, la plus officielle) concernent uniquement les deux seules mentions du génocide arménien. Cela ne peut pas être par hasard...
Voici les parties qui ont été supprimées de la version papier :
Premier paragraphe :
auteur de La France face aux génocides des Arméniens (Fayard, 2015),
Dernier paragraphe :
à l’occasion du colloque international sur le génocide des Arméniens en 2015,
Ce qui donne au final un papier sur les génocides qui cite tous les génocides sauf le génocide arménien. Et c'est donc fait exprès puisque l'auteur, lui, l'avait bien cité dans son article.
Visiblement, l’État négationniste turc aurait des relais dévoués dans ce grand quotidien du soir...
La recherche française comble son retard sur les génocides
Facebook


- 03 avril 2018 : France/Fait positif - Dreux : Une conférence négationniste bloquée.
De nombreuses associations (CCAF, Collectif VAN, LICRA) et des citoyens tels le compte Twitter @colardemo, se sont mobilisés sur les réseaux sociaux pour dénoncer la programmation par le COJEP d'une conférence négationniste le 14 avril 2018 à Dreux, avec comme principal invité, Yves Benard (un retraité qui se pique d'être historien sans en avoir les diplômes), auteur de "Génocide arménien : Et si on nous avait menti" et de "Divergences turco-arméniennes", un "ouvrage" aimablement distribué par l'Ambassadeur de Turquie en France, Ismail Musa Hakki, comme nous le révèle Ariane Bonzon dans son excellent article sur Slate. Cet ouvrage négationniste "dénonce non pas le génocide commis par les Turcs sur les Arméniens en 1915–que les autorités turques refusent toujours de reconnaître, mais tout au contraire le «plan d’extermination» qu’auraient orchestré les «miliciens arméniens», comme l'indique la journaliste. "Interpellé sur Twiter, le député LREM Guillaume Kasbarian, bien qu'en charge d'une circonscription voisine, s'est démené pour saisir les services concernés. Alerté, le maire de Dreux, Gérard Hamel, a choisi de ne pas louer au COJEP la salle municipale où devait se tenir cette conférence. Il n'est malheureusement pas exclu que cette ONG pro-Erdogan (Conseil pour la Justice, l'Égalité et la Paix) trouve un autre point de chute pour accueillir la propagande pseudo-historique inspirée par l'État génocidaire turc. Le samedi 31 mars 2018, Yves Benard a déjà donné une "conférence" à Bagnolet, dans les locaux de la DITIB, l'Union des Affaires Culturelles Turco-Islamiques. Il est intéressant de noter l'orientation victimaire de ce négationnisme : la conférence est annoncée sur le site du COJEP comme entrant dans le champ de la dénonciation de l'islamophobie...
Dreux : Une conférence négationniste bloquée par la mobilisation citoyenne et parlementaire


- 13 avril 2018 : Suisse - Un encart publicitaire négationniste, de la Fédération des Associations Turques de Suisse Romande. Le jour même de l’inauguration des Réverbères de la mémoire vendredi dernier dans un parc genevois, la Fédération des Associations Turques de Suisse Romande a une nouvelle fois fait part de son indignation en se payant un encart publicitaire étalé sur deux pages de la Tribune de Genève. On y voit la silhouette de Genève d’un rouge aussi sanguin que dégoulinant. Se dégage de l’ensemble un des lampadaires qui constituent le mémorial. Mais là, l’ornement est transformé en potence avec un pendu censé représenter l’histoire et la vérité... Difficile de ne pas y voir, au-delà de l’allégorie, le reflet des scènes traumatisantes du génocide arménien et la menace implicite que les massacres puissent recommencer.
Le génocide arménien éclaire la crise actuelle du Moyen-Orient


- 19 avril 2018 : Arménie - Un fasciste turc insulte la mémoire des victimes du génocide arménien. Deux fascistes turcs visitent Tsitsernakaberd (le mémorial du génocide arménien) d'Erevan, en Arménie, et l'un d'eux chante librement une chanson nationaliste turque "Je mourrai pour toi ma Turquie", insultant la mémoire des victime du génocide de 1915 sur le lieu du mémorial même. Il s'adresse aussi aux Kurdes d'Afrin en disant "Nous ne sommes pas impatients d'occuper des terres étrangères mais ceux qui nous envient sur nos terres, nous les déchirerons. Les coeurs de leurs mères brûleront comme ces flammes pour l'éternité. Ce lieu est le parfait exemple de ce que l'on est capable de faire. (...)" Notez que ce chant en question datant des années 2000 n'est qu'un plagiat d'une chanson kurde de 1986 de Koma Qamislo - pratique courante chez les fascistes turcs de voler les mélodies kurdes pour leurs chants fascistes...
Un fasciste turc insulte la mémoire des victimes du génocide arménien


- 24 avril 2018 : France - En ce jour de commémoration et de deuil pour les descendants des victimes du génocide arménien, l'AFP et Le Monde diffusent une dépêche reprenant ouvertement la propagande négationniste de l'État turc.
Quelles sont les sources de ces deux médias nationaux pour cette prétendue guerre civile de 1915 qui a échappé à l'attention des historiens ? L'AFP fait même monter les enchères : elle est passée de 300.000 (chiffre qu'elle utilisait dans les précédentes dépêches) à 800.000 "victimes" turques. Et comme d'habitude, ce serait un génocide "selon l'Arménie". Non, messieurs les journalistes, ouvrez les livres des historiens (autres que ceux distribués par un État négationniste qui est la plus grande prison du monde pour vos confrères de Turquie). C'est "selon les historiens". Point barre.
Arménie : les autorités commémorent le génocide après dix jours de crise politique


- 24 avril 2018 : Turquie - Comme chaque 24 avril depuis une dizaine d’années, l’avocate Eren Keskin et l’IHD organisent une commémoration devant l’ancienne prison de Sultanahmet, devenue musée, où furent amenés en 1915 les notables arméniens d’Istanbul avant d’être deportés depuis la gare de Haydarpacha. Pour la 1ère fois depuis que ces commémorations existent, la police est intervenue, réclamant de ne pas utiliser les mots massacres et genocide. Les banderoles ont été confisquées, 2 membres de l’association des droits de l’homme (IHD-Istanbul) en garde à vue.
Au fil du Bosphore

Turquie / 24 avril 2018 : Le message négationniste du président turc

"Nous partageons les douleurs vécues au cours de l'histoire par nos citoyens arméniens. Partager ces douleurs reflète la position éthique et morale du peuple turc.
Le bien-être, la sécurité et le bonheur de la communauté arménienne de Turquie revêtent une importance particulière à nos yeux. Nous ne pouvons tolérer l’exclusion et la mise à l'écart de la société d’un seul citoyen arménien.
Nous avons tous l’objectif commun de renforcer les liens humains et de panser les blessures du passé de nos deux peuples, qui ont cohabité dans la joie comme dans les difficultés pendant plusieurs siècles. Nous avons entrepris plusieurs initiatives dans ce sens au cours des quatorze dernières années, nous avons concrétisé des réformes historiques. Les travaux que nous avons menés en vue de protéger la mémoire des Arméniens ottomans et l’héritage culturel arménien, continueront et se multiplieront.
Je vous demande, comme ce fut le cas jusqu'à aujourd'hui, de ne pas offrir d'occasion à ceux qui souhaitent déverser leurs haines et antagonismes en déformant l'histoire."

Turquie / 24 avril 2018 : Le message négationniste du président turc
Erdogan: Nous partageons les douleurs de nos concitoyens arméniens


- 07 mai 2018 : France - Le président Emmanuel Macron va mettre à l’honneur le négationniste et arménophobe Pierre Loti pour le lancement de la loterie pour la préservation du patrimoine français. Cela alimente la rhétorique raciste de la Turquie.
Nota CVAN : Pour mémoire, la Maison Pierre Loti est la bannière du Loto du patrimoine. Stéphane Bern a choisi la maison de l’écrivain-voyageur, à Rochefort, pour le lancement du Loto du patrimoine, annoncé pour la mi-mai. Le président Macron, qui avait confié à l’animateur une mission identification du patrimoine en péril en septembre dernier, pourrait être présent, accompagné de son épouse.
La Maison Pierre Loti, bannière du Loto du patrimoine - La Croix (07/05/2018)
L'Arménophobie et l'antisémitisme selon Pierre Loti
La dénonciation calomnieuse sur Facebook, nouvel instrument du négationnisme pro-turc (II) (Voir note 8)


- 12 mai 2018 : France - Manifestation négationniste pour faire supprimer la mention "génocide arménien" sur une stèle à Évreux : Cette manifestation s'est tenue le samedi 12 mai 2018 à Évreux, à l'appel de l'association franco-turque de la ville, pour réclamer la suppression de la mention "génocide arménien" sur la stèle inaugurée en avril dernier à Évreux. On entend dans la vidéo ( à visionner en-bas de l'article des NAM), le discours de l'organisateur qui tient des propos inadmissibles à l'encontre du "soi-disant" génocide arménien. Pour mémoire, Remzi Sekerci, le président de l'AFTE, l'association franco-turque d'Évreux, était, lors des législatives de juin 2017, un candidat du PEJ (Parti Justice et Égalité)f, émanation (inavouée) en France de l'AKP d'Erdogan.
Génocide arménien/Évreux : une manifestation négationniste inadmissible


- 6 août 2018 : Nouvelle-Zélande - Le Premier ministre Jacinda Ardern a présenté la position de son gouvernement sur le génocide arménien lors de sa conférence de presse hebdomadaire du lundi 6 août 2018. Ardern répondait aux questions des journalistes au Parlement néo-zélandais, lorsqu’un journaliste a demandé à la position de son gouvernement sur le génocide arménien. Ardern a répondu au journaliste : « Nous avons toujours reconnu les pertes en vies humaines significatives, tragiques et à grande échelle subies par le peuple arménien au moment de la dissolution de l’Empire ottoman. Nous avons et nous continuons à le faire, mais à ces problèmes de terminologie, etc., il reste des questions à résoudre dans le cadre d’un processus de réconciliation entre les parties impliquées. Mais nous avons toujours reconnu les pertes en vies humaines importantes. »
Le journaliste a posé une question, demandant si le gouvernement prenait cette position, en raison de la détérioration de leurs relations avec la Turquie. M. Ardern a déclaré : « Cela tient davantage au fait que nous permettons aux personnes directement impliquées de résoudre ces problèmes grâce à ce processus de réconciliation. Mais, bien sûr, la Nouvelle-Zélande a toujours reconnu ces pertes en vies humaines à grande échelle. »
Le Premier ministre néo-zélandais critiqué pour avoir soutenu les négationnistes du génocide


- 24 août 2018 : Arménie/Allemagne - Pendant sa visite à Erevan, la chancelière Merkel s’est rendue au Mémorial du génocide arménien. Elle a déposé une gerbe à la mémoire de 1,5 million de victimes arméniennes et a planté un arbre dans le parc adjacent. Toutefois, Merkel a évité d’utiliser le terme de génocide à Erevan, décrivant les massacres de masse commis par les Turcs de « crimes atroces envers les Arméniens » qui « ne peuvent ni ne doivent être oubliés. » Elle a également déclaré qu’elle était allée au Mémorial du génocide arménien » selon l’esprit de la résolution adoptée en 2016 au Bundestag. Elle a expliqué que le langage utilisé était « une classification politique et non juridique. »
Angela Merkel en Arménie : Genocide or not genocide ?


- 01 octobre 2018 : France - Lors d'une conférence donnée à la Mosquée Abou Dhar de Dunkerque le 5 octobre 2012, le prédicateur Hassan Iquioussen a nié avec jubilation le génocide arménien : "Si la loi [contre le négationnisme] était passée, je n’aurais pas pu dire que le génocide arménien n’existe pas, parce que la loi me condamne, alors que là, je peux m’éclater". (...) Ces propos immondes ont resurgi depuis la mort de Charles Aznavour, relayés sur Twitter par les réseaux d'extrême-droite français qui ne perdent pas une occasion de se servir du génocide arménien et de sa négation - dont ils se moquent - pour propager la haine de l'Islam et des musulmans.

Voici la transcription complète du passage concerné :
« 500 000 Arméniens ont fait pression sur l’ex-président de la France, Sarko, pour qu’il vote une loi pour condamner les Turcs, pour un péché qu’ils n’ont pas commis, on est bien d’accord ? Le pseudo-génocide arménien. La loi n’est pas passée, on peut donc dire que ça n’existait pas. Si la loi était passée, je ferme ma bouche. Vrai ou faux ? Si la loi était passée, je n’aurais pas pu dire que le génocide arménien n’existe pas, parce que la loi me condamne, alors que là, je peux m’éclater. Regarde, je parle : il n’y a pas eu de génocide, et j’ai les preuves historiques qu’il n’y a pas eu de génocide. »
Le génocide arménien nié par les uns et instrumentalisé par les autres





*********************************************

Sommaire de l'Observatoire du NĂ©gationnisme

*********************************************


Reproduction autorisée en citant la source : Collectif VAN - Observatoire du Négationnisme




Retour Ă  la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org