Aujourd'hui : Lundi, 15 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
A la Une - La mort théâtrale du criminel de guerre croate Slobodan Praljak
Publié le : 12-12-2017





















Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous invite à lire cet article de Sévane Garibian, professeure de droit, Universités de Genève et de Neuchâtel, publié sur le site suisse d'information Le Temps le lundi 11 décembre 2017.


Légende photo : Le bandeau #FreeOsmanKavala , situé sous chaque visuel de notre site, est un appel du Collectif VAN à libérer Osman Kavala, injustement incarcéré en Turquie depuis le 1er novembre 2017.


Le Temps

Le suicide de Praljak, ou les limites de la justice internationale

Sévane Garibian,
professeure de droit aux Universités de Genève et de Neuchâtel*

Publié lundi 11 décembre 2017 à 18:39, modifié mardi 12 décembre 2017 à 08:42.

OPINION. La mort théâtrale du criminel de guerre croate prend le pas sur l’importance juridique et historique d’un verdict majeur passé, au moins dans l’immédiat, au second plan, écrit la professeure de droit Sévane Garibian

«Slobodan Praljak n’est pas un criminel! Je rejette votre verdict» Ces mots de l’ancien haut responsable des forces croates de Bosnie, devenu directeur de théâtre, viennent ponctuer sa condamnation en appel par le TPIY le 29 novembre 2017: 20 ans de prison pour sa participation à une entreprise criminelle commune d’épuration ethnique des Bosniaques musulmans en 1993-1994. On connaît la suite: son suicide par empoisonnement, en direct, sous les caméras d’un tribunal qui baisse ainsi son rideau après vingt-quatre années d’activité.

Un héros-martyr

Dès l’annonce de sa mort, le premier ministre croate, Andrej Plenkovic, adresse ses condoléances à la famille du défunt en déplorant «la profonde injustice morale» faite «au peuple croate» dans son ensemble. Son propos est relayé par la présidente Kolinda Grabar-Kitarovic qui présente Praljak comme incarnant «la vérité» d’une guerre héroïque de libération face à l’agresseur serbe. Le criminel de guerre et contre l’humanité est immédiatement salué en héros-martyr par de nombreux partisans, en Bosnie comme en Croatie. Le procureur du TPIY, Serge Brammertz, appelle, quant à lui, les dirigeants croates à sortir du déni.

Cette fin spectaculaire de Slobodan Praljak, qui est aussi celle du TPIY, survient une semaine après le non moins médiatique jugement en première instance du «boucher des Balkans», le serbe Ratko Mladic, condamné à la réclusion à vie pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre – on se souvient de sa réaction violente face aux juges qu’il accuse de mentir. Se pose évidemment la question de savoir comment, et grâce à qui, Praljak s’est procuré le poison, remettant en cause les dispositifs de sécurité de la prison Scheveningen et du feu TPIY. Mais cette ultime mise en scène du condamné appelle aussi plusieurs observations.


Lire la suite sur Le Temps




Retour à la rubrique


Source/Lien : Le Temps



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org