Aujourd'hui : Vendredi, 18 octobre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
A la Une - Collectif VAN : l'éphéméride du 15 novembre
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: 15 novembre 1895 -- Empire ottoman : Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie. L'effroyable tragédie qui, à la fin de 1895, inonda l'Arménie de sang chrétien, est mal connue dans ses détails. Sans doute quelques missions publièrent alors des lettres de témoins oculaires; sans doute aussi, un Livre Jaune donna, avec des statistiques des massacres, un certain nombre de rapports de nos consuls MM. Carlier, Meyrier, Cillière, et les documents de plusieurs enquêtes officielles. Mais tous ces éléments réunis restaient insuffisants pour nous mettre à même de revivre par la pensée cette sinistre époque.(Masson-Forestier) Emilie Carlier, épouse d'un consul de France, a tenu, au cœur de la crise de 1895, un journal qui figure parmi les premiers grands témoignages reçus en Occident. Extrait: « Il paraît que c'est vraiment fini. Les derniers Arméniens quittent l'église et Mehemet, leur gardien, rentre chez nous. Toute la ville sent une odeur de charnier ; on est obligé de fermer les fenêtres. J'apprends que les soeurs voudraient me voir. J'y pars, suivie des deux cawas. Aucun cadavre sur la route, mais du sang partout, poissant aux pieds, des débris de cervelle, des cheveux. Partout des maisons saccagées.

Photo: Janina. - Quartier du consulat de France barricadé.


Ça s’est passé un 15 novembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


15 novembre 1491 -- A La Guardia, près de Tolède, 6 juifs et 5 conversos, accusés de tuer des chrétiens à l'aide de la magie noire, sont condamnés à mort. Ils sont brûlés sur le bûcher le lendemain.
Israelvivra.com

15 novembre 1895 -- Empire ottoman : Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie. L'effroyable tragédie qui, à la fin de 1895, inonda l'Arménie de sang chrétien, est mal connue dans ses détails. Sans doute quelques missions publièrent alors des lettres de témoins oculaires; sans doute aussi, un Livre Jaune donna, avec des statistiques des massacres, un certain nombre de rapports de nos consuls MM. Carlier, Meyrier, Cillière, et les documents de plusieurs enquêtes officielles. Mais tous ces éléments réunis restaient insuffisants pour nous mettre à même de revivre par la pensée cette sinistre époque.(Masson-Forestier) Emilie Carlier, épouse d'un consul de France, a tenu, au cœur de la crise de 1895, un journal qui figure parmi les premiers grands témoignages reçus en Occident. Extrait: « Il paraît que c'est vraiment fini. Les derniers Arméniens quittent l'église et Mehemet, leur gardien, rentre chez nous. Toute la ville sent une odeur de charnier ; on est obligé de fermer les fenêtres. J'apprends que les soeurs voudraient me voir. J'y pars, suivie des deux cawas. Aucun cadavre sur la route, mais du sang partout, poissant aux pieds, des débris de cervelle, des cheveux. Partout des maisons saccagées. Panayoti me montre l'endroit où, le 12, quand il est passé, une voix, la voix d'un Turc, lui a crié tout à coup : Jette-toi à droite ! Il a obéi et une balle lui a rasé l'oreille, une autre a déchiré sa tunique. Il a vainement cherché à savoir qui tirait. Sur la route, il a vu tuer sept ou huit Arméniens, comme des moutons, sans qu'ils aient tenté de se défendre, muets. Et pourtant ce sont de solides gaillards. J'arrive chez les soeurs, qui ne peuvent s'empêcher de m'embrasser en pleurant. Je leur demande des détails, mais elles ne savent rien. Au contraire, ce sont elles qui m'en demandent. Elles s'étaient enfermées dans leur maison, qui est au milieu d'une cour, et sont restées en prières avec les enfants qu'elles avaient recueillis. Elles disent que, selon Panayoti, c'est moi qui ai proposé qu'il aille chez le vali bien que le Consulat n'eût plus de défenseurs. Je leur assure que c'est Maurice, - ce qui est la vérité. Au Consulat, nos hôtes sont toujours bien terrifiés. Nous avons 37 personnes à nourrir. » Carlier, Emilie. Au milieu des massacres, Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie. Paris, Félix Juven, 1903
Imprescriptible.fr : JOURNAL De la femme d'un Consul de France en Arménie
Imprescriptible.fr : Avant-Propos du journal d'Emilie Carlier
Imprescriptible.fr : Au milieu des massacres

15 novembre 1912 -- Empire ottoman : Les premiers groupes de volontaires sont déjà apparus à Sofia, sous la direction de Ghougas Minassian, membre de la FRA locale, alors que d'autres contacts se nouent entre Onnik Karakeuzian et le commandant de la garnison de Plovdiv. Le bataillon, constitué de près de 300 hommes et de volontaires bulgares, commandés par Antranig et K. Nejdéh, est rassemblé à Plovdiv à la fin octobre. Il se distingue dans plusieurs batailles, notamment celle du 15 novembre 1912, au cours de laquelle Antranig et ses hommes font prisonniers toute la division de Haver pacha. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Les relations entre le Comité Union et Progrès et la Fédération Révolutionnaire Arménienne à la veille de la Première Guerre mondiale d'après les sources arméniennes

15 novembre 1914 -- France : publication du N°1638 du périodique « Les Annales». Au sommaire : « Pensées vers Stamboul . »
Archives Imprescriptible

15 novembre 1914 -- Empire ottoman : L'agent consulaire d'Italie chargé des intérêts français à Van, à S. E. Mr l'ambassadeur de France, à Petrograd. «.....Une semaine après le départ de M. de Standfort, c'est-à-dire le 15 novembre 1914, le secrétaire du vilayet et le directeur de l'Instruction Publique, accompagnés des agents de police, se présentèrent sans aucune délégation de la part de cette agence consulaire, chez les R. Pères Dominicains et les Soeurs de la Présentation, et les sommèrent de quitter immédiatement leurs couvents et de remettre tous leurs établissements scolaires et de bienfaisance au gouvernement ottoman. Les religieux furent obligés de quitter leurs demeures le jour même, ne pouvant obtenir des fonctionnaires ottomans que la permission d'emporter avec eux quelques objets de première nécessité. . . . . »
Imprescriptible.fr : Document Italien


Lire la suite dans les Infos Collectif VAN en page d'accueil:

Collectif VAN : l'éphéméride du 15 novembre





Retour à la rubrique


Source/Lien : Infos Collectif VAN



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org