Aujourd'hui : Vendredi, 23 août 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Agenda - Bruxelles/24 avril : "100 ans de déni ça suffit"
Publié le :

Agenda - Bruxelles/24 avril : "100 ans de déni ça suffit" - Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le comité des commémorations des victimes du génocide de 1915 organise une marche à Bruxelles à l'occasion du centenaire du génocide arménien. Le 24 avril 2015 à 14h de la gare Centrale vers la place Luxembourg.



Publié le 20 avril 2015


1915-2015 : 100 ans de déni ça suffit

24 avril 2015 à 14h

La justice pour les peuples victimes du génocide en 1915

dép : gare Centrale - arr : place Luxembourg


APPEL

100 ans de déni ça suffit!

Condamnons l'Etat génocidaire turc


Il y a 100 ans… La terre de grandes civilisations au sud-est de l’Europe a été salie par le premier génocide de l’histoire contemporaine… Le 24 avril 1915, le gouvernement ottoman a procédé à l'arrestation de toutes les personnalités arméniennes intellectuelles et politiques d’Istanbul.

Cette opération a ouvert pour les Arméniens, Assyriens-Araméens-Chaldéens-Syriaques, Juifs, Grecs pontiques et Yézidis une période de déportations systématiques qui tendait à l'élimination complète des peuples et communautés non-musulmanes qui vivaient déjà en Anatolie avant l’arrivée des Turcs au 11e siècle.

Le génocide réalisé par le Comité Union et Progrès après les «coups d'essai» d’Abdülhamid II, le Sultan Rouge, en 1894-1896 fut en tout point conforme à la définition donnée par la Convention de 1948 sur la Prévention et la Répression du Crime de Génocide.

Le régime kémaliste, héritier de l’ultra nationalisme du Comité Union et Progrès, n’a jamais cessé les pratiques génocidaires, non seulement contre nos peuples non-musulmans, mais également contre ses coreligionnaires Kurdes et Arabes.

La migration forcée consécutive au traité de Lausanne de 1923 a mené à une élimination presque totale de la présence de la population grecque d’Anatolie.

En 1934, il y a eu un important pogrom contre les Juifs de la province d'Edirne.

Un génocide planifié dès 1932 et mis en place à partir de 1937 a conduit au massacre de milliers de citoyens à Dersim.

Pendant la deuxième guerre mondiale, des citoyens chrétiens et juifs ont été envoyés au camp de travail forcé à Askale car ils n'avaient pu payer les lourds impôts auxquels étaient assujettis seulement les non-musulmans.

En effet, une paranoïa chronique a continué à déterminer la politique des gouvernements successifs, même après le passage à un régime parlementaire en 1946 sous la pression des alliés occidentaux.

Les pogroms et pillages de 1955 contre les minorités chrétiennes à Istanbul et Izmir sont des complots honteux du pouvoir du parti démocrate.

Les putschistes de 1971 et de 1980 sont responsables de pendaisons, de tortures, d’arrestations massives, de répressions des citoyens kurdes et turcs progressistes et démocrates ainsi que des minorités ethniques et religieuses.

Le peuple kurde lutte contre la répression étatique depuis le début de l’ère républicaine.

Le lynchage médiatique demeure toujours une des méthodes honteuses de l’Etat turc. Les pogroms de Hatay, Kahramanmaras et Corum dans les années 60 et 70 contre des citoyens de gauche ou de confession alévie… Le massacre par le feu de plus de trente intellectuels majoritairement alévis à Sivas en 1993… Finalement, l’assassinat de notre frère Hrant Dink devant son journal en 2007 à Istanbul.

Huit ans se sont écoulés depuis ce crime, mais l’Etat turc poursuit toujours sa politique négationniste et, au centième anniversaire du génocide, en 2015, utilise tous les moyens diplomatiques, économiques et médiatiques pour éclipser sa commémoration.

L’organisation des cérémonies le 24 avril aux Dardanelles et surtout, avec la complicité des dirigeants de la Belgique, l’attribution du festival Europalia à la Turquie en sont deux exemples les plus spectaculaires.

En raison des considérations électorales de tous les partis politiques belges, les négationnistes turcs occupent déjà des postes clés dans les assemblées fédérales, communautaires, régionales et communales.

Nos associations regroupant les descendants des victimes des pratiques génocidaires de l’Etat turc et les exilés politiques alévis, arméniens, Assyriens-Araméens-Chaldéens-Syriaques, grecs pontiques, juifs, kurdes, turcs, et yézidis honoreront ensemble la mémoire des victimes du génocide de 1915.

Nous revendiquons la reconnaissance de ce génocide par toutes les instances de l’Union européenne et de ses pays membres.

Comité des commémorations des victimes du génocide de 1915

Ateliers du Soleil
ATIK (Confédération des Ouvriers de Turquie en Europe)
Centre Culturel Kurde de Bruxelles
Collectif dÂ’immigres en Belgique
Comité de Coordination Belge du Centenaire du Génocide Arménien
European Syriac Union
Fédération des Araméens (Syriaque) de Belgique
Fédération des Associations Kurdes en Belgique
Fédération Union des Alévis en Belgique- FUAB
Fondation Info-Türk
Institut Assyrien de Belgique
Institut Kurde de Bruxelles
La Maison des Yézidis
La Maison du peuple – BXL

pour tous renseignements Khatchik Demirci: e-mail :hacikdemirci@hotmail.com




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org