Aujourd'hui : Jeudi, 23 mars 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Site officiel du Centenaire du génocide arménien de 1915
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
A la Une - Retour sur la tuerie de Toulouse : Le drame de l'école Ozar Hatorah
Publié le : 17-03-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous présente cet article de Marc Knobel, historien, directeur des études au Crif, publié sur le site du Crif (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) le 10 mars 2017.










Crif (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France)

Publié le 10 Mars 2017

#Crif - Le drame de l'école Ozar Hatorah de Toulouse par Marc Knobel

Retour sur l'horreur du 11 au 19 mars 2012

Le 11 mars 2012, dans le quartier tranquille de Montaudran, à Toulouse, le maréchal des logis-chef Imad Ibn Ziaten, 30 ans, gare sa moto sur une esplanade. Il est en civil. Quelques jours auparavant, il avait mis sa moto en vente sur un site Internet, une Suzuki 650 cm3. Sans doute avait-il rendez-vous avec un acheteur potentiel. Justement, un homme arrive en scooter et s’arrête à sa hauteur. Bizarrement, il garde la visière de son casque rabattue. Sortant une arme à feu de sa poche, il tire, quasiment à bout portant, ne laissant au militaire aucune chance de s’échapper. Imad Ibn-Ziaten est abattu froidement par cet inconnu. La balle a traversé la pommette gauche, jusqu’à l’aplomb de l’œil.

Quelques jours plus tard, le jeudi 15 mars, à Toulouse encore, le soldat de première classe Mohamed Farah Chamse-Dine Legouad, 24 ans, retire de l’argent dans un distributeur. Il est accompagné par deux camarades. Un homme à scooter, casqué et vêtu de noir ralentit, s’approche des militaires par derrière et ouvre le feu. Il abat Mohamed Legouad et son ami Abel Chennouf. Quant à Loïc Liber, il est touché à la moelle épinière1 .

C’est encore à Toulouse, dans le quartier Jolimont, que le lundi 19 mars, peu avant 8h30 du matin, à l’heure où les élèves de l’école Ozar Hatorah s’apprêtent à entrer en cours, que l’homme casqué gare son scooter. Il s’avance d’un pas tranquille, sort une arme et ouvre le feu sur un groupe de personnes massées devant l’établissement. Un professeur de religion du collège, Jonathan Sandler, 30 ans, est atteint au ventre. Il s’écroule au pied de son fils Arieh, 5 ans, mortellement touché lui aussi. Le tueur fait quelques pas dans la cour, ouvre le feu à nouveau. La fille du directeur de l’école, Myriam Monsonego, 7 ans, tente de s’échapper. Elle ne fait que quelques foulées, avant d’être atteinte d’une balle dans le dos. Le tueur tire alors sur le petit Gabriel Sandler, 4 ans. Puis, il revient vers Myriam, l’empoigne férocement par les cheveux et l’achève d’une balle dans la tête, avant de prendre la fuite sur son deux-roues. Un autre adolescent est grièvement blessé. Les enfants crient dans tous les sens...

Lire la suite dans les Infos Collectif VAN en page d'accueil en cliquant sur le lien ci-dessous:

Retour sur la tuerie de Toulouse : Le drame de l'école Ozar Hatorah





Retour à la rubrique


Source/Lien : Infos Collectif VAN



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org