Aujourd'hui : Lundi, 17 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
A la Une - Génocide des Tutsi : Procès en appel Ngenzi/Barahira - J19
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous présente ici le compte rendu de l’audience du procès en appel Ngenzi/Barahira du Mardi 5 juin 2018 publié sur le site du Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda (CPCR).













Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda (CPCR)

Procès en appel de Ngenzi et Barahira. Mardi 5 juin 2018. J19

06/06/2018

Audition de Pierre NDAZIRAMIYE, agriculteur, cité par la défense.
Audition de Jean-Damascène RUTAGUNGIRA, partie civile.
Audition de Francine UWERA, partie civile, en visioconférence. Commerçante.
Audition de Jean-Pierre NSENGIMANA, commerçant, neveu de BARAHIRA. Cité par la défense.



Audition de Pierre Ndaziramiye, agriculteur, cité par la défense.

Le témoin souhaite parler de ce qu’il a vu le 13 avril à l’église de Kabarondo. Il est parti à l’église car une attaque le visait. Ses grands frères avaient été tués par les Simba Bataliani [1]. Un autre frère était mort sous les coups de HABIMANA, alias CYASA, à l’IGA [2]. Son nom aurait figuré sur une liste. On lui reprochait d’avoir une femme tutsi et de posséder un livre sur les Inkotanyi [3]. Son domicile sera attaqué, ses biens pillés pour un montant de 1 700 652 francs rwandais. Il s’est donc enfui le 12 vers l’église, avec femme et enfants. Il trouve là un autre grand frère, Aloys, « un Tutsi pur-sang. »

Le témoin raconte alors sa journée du 13 où l’on tue ceux qui ont une carte d’identité tutsi. Il réussira à repartir chez lui, « dans (ses) ruines », comme il dit et se cachera chez un voisin, Moïse KIMONYO, avant de partir, comme tous les autres, vers la Tanzanie. C’est à Benako qu’il retrouvera femme et enfants. Plus tard, lorsqu’il reviendra au pays, les tueurs se grouperont en association pour l’accuser. Il fera 19 ans de prison, prétendant que s’il avait été jugé par une juridiction traditionnelle et non en Gacaca [4], il aurait été acquitté.

Madame la présidente interroge le témoin sur la destruction de sa maison le 12 avril et non le 11, sur les Simba Bataliani [1]. Et de préciser que s’il est Hutu, c’est parce que ses grands-parents, en 1959, avaient changé de carte d’identité. Il n’est pas allé à la réunion sur la place du marché le 13, réunion animée par le conseiller RWASAMIRERA. Il en a simplement entendu parler. Lorsque les militaires arrivent, vers 9/10 heures, il est sur la cour de l’église. Il va participer à la bataille en lançant des pierres et des morceaux de briques. Il y avait entre 2000 et 3000 personnes dans ou autour de l’église, beaucoup d’Interahamwe [5] venus de partout et une quinzaine de militaires qui ont installé trois mitrailleuses.

Il est demandé au témoin s’il connaît les accusés et de les nommer. Le terrain de foot existait avec des buts qui y avaient été plantés [6]. Le 12 au soir il a vu NGENZI venir à la paroisse avec des policiers communaux. Par contre, il n’a pas vu BARAHIRA. Madame la présidente souligne les contradictions du témoin en lisant en particulier le PV d’audition de Jean-Pierre KIMONYO : le témoin ne veut pas reconnaître qu’il a fait partie des Hutu évacués par BARAHIRA...

Lire la suite dans les Infos Collectif VAN en page d'accueil en cliquant sur le lien ci-dessous:

Génocide des Tutsi : Procès en appel Ngenzi/Barahira - J19





Retour à la rubrique


Source/Lien : Infos Collectif VAN



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org