Aujourd'hui : Mardi, 18 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Les descendants du génocide arménien s'affichent sur les murs de Paris - 2ème expo urbaine, militante et artistique - 16 décembre 2006
Publié le :

COMMUNIQUE DE PRESSE du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
16 décembre 2006 – 15:15

Les descendants du génocide arménien s'affichent sur les murs de Paris - 2ème expo urbaine, militante et artistique - 16 décembre 2006

"Les descendants du génocide s'affichent sur les murs de Paris, don de leur image comme garant de la réalité du génocide des Arméniens. Autour de la rue Bleue/métro Cadet.
Contre cette négation latente ou explicite, en tous cas reconduite du génocide des Arméniens et cela en toute impunité; il s'agit de combattre cette violence symbolique et mortifère toujours maintenue.
L'Artiste anonyme. Prochain rendez vous en 2007".

C’est par ces mots qu’un artiste urbain a communiqué au Collectif VAN, la deuxième exposition des photos de ses œuvres collées dans la nuit du 15 au 16 décembre 2006, sur les murs de Paris.

Des visuels forts, dérangeants, destinés à interpeller le passant sur ces destins doublement brisés, une première fois par l’acte de génocide, une seconde fois par le déni de ce crime qui, 91 ans après les faits, continue de tourmenter les descendants des survivants.

Le Collectif VAN continue de se faire l'écho de cet activisme féminin et artistique qui sonne comme un devoir de mémoire à l'heure où l'Etat essaye de museler les revendications légitimes des citoyens en butte au négationnisme. Lire le verdict du procès des agresseurs anti-arméniens de Valence - 15 décembre 2006.

Les œuvres de A.A. représentent des sympathisants de la cause arménienne ainsi que des rescapés ou des descendants de rescapés du génocide arménien, perpétré en 1915 par le Gouvernement Jeune-Turc, et qui fit 1,5 million de victimes arméniennes dans l’Empire ottoman.

Elles sont accompagnées de deux textes qui transcrivent une partie de l’interview diffusée lors de l’émission de radio "Là-bas si j'y suis" de Daniel Mermet sur France Inter (11 mai 2005), d’une rescapée, Zépure, née en 1900 à Trébizonde, et déportée à 14 ans.*

Une action aussi bien artistique que citoyenne par laquelle ceux que l’Histoire a essayé de faire taire définitivement, se réapproprient l’espace public. Ces portraits et ces messages sont comme autant de symboles de micro-résistance, disséminés dans la ville (aux abords du Métro Cadet aujourd’hui) et destinés à tisser des liens avec la population.

« Je veux faire réagir le passant : avec ces visuels forts, le génocide arménien s’évade des guillemets dans lesquels certains s’évertuent à vouloir l’enfermer. Ces portraits sont ceux d’êtres vivants ou disparus. Ce sont nos grands-mères, nos sœurs, nos frères, des membres familiers que chacun peut s’approprier. Ils témoignent de la réalité tangible de ce génocide implacable qui a anéanti les deux-tiers d’une population. Au bout de 91 ans, ces témoins muets que je portais en moi, se sont enfin mis à parler ! » conclut l’Artiste Anonyme.

Ils se sont mis à parler avec talent : le Collectif VAN continuera de se faire l’écho de cette démarche.

Une sélection de photos est en ligne sur :

Zépure s'affiche sur les murs de Paris - 2ème expo

SĂ©ta Papazian,
Présidente du Collectif VAN
[Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]

Boîte vocale : 08 70 72 33 46
contact@collectifvan.org
www.collectifvan.org

Collectif VAN - BP 20083 - 92133 Issy-les-Moulineaux Cedex

==================================

*Voir textes ci-dessous :

Marco, petit fils de rescapés
Tcharkechla / Villayet de Sivas


(…) Après quoi il engagea son cheval parmi les tentes, souleva par le bras un garçonnet originaire d’Adjen, âgé d’à peine deux ans, le ramena et le montra aux tchétchènes en disant : « même celui-ci, cet innocent – en supposant qu’il est possible de considérer innocent un rejeton d’Arméniens, car ces fils de chien ne sont pas plus innocents – doit être ainsi que tout ceux qu’on trouvera de cet âge, tué sans pitié. Un jour viendra en effet où ils se relèveront, rechercheront les responsables de ces tueries d’arméniens et voudront en tirer vengeance ». puis il fit tournoyer plusieurs fois le garçonnet en l’air et le projeta violemment au sol. (…)

L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration de Syrie-Mésopotamie / la deuxième phase du génocide. P.190. Tome II, 1998.
Revue d’histoire arménienne contemporaine / Raymond H. Kévorkian.

Génocide des Arméniens, 1915/1923.
1500000 morts soit les 2/3 des arméniens de Turquie.
Aujourd’hui, on dénombre officiellement 35000 Arméniens en Turquie.

Laureen, petite fille de rescapés.

(…) C’est alors que le deuxième convoi est arrivé, comprenant près de deux mille personnes de sexes différents. Ils ont également séparé de ce groupe environ cent cinquante malades et les ont transférés auprès de nous. Ceux-ci nous ont rapportés qu’ils avaient rencontré près de Fendedjak les gendarmes qui nous avaient escortés et qu’ils avaient déshabillé les jeunes filles et les femmes les plus belles, les avaient violées et tuées après avoir accompli bien des actes de barbarie (…)

L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration de Syrie-Mésopotamie / la deuxième phase du génocide. P.68. Tome II, 1998.
Revue d’histoire arménienne contemporaine / Raymond H. Kévorkian.

Génocide des Arméniens, 1915/1923.
1500000 morts soit les 2/3 des arméniens de Turquie.
Aujourd’hui, on dénombre officiellement 35000 Arméniens en Turquie.

Khatchik, fils de rescapés

(…) Certains des marcheurs restés en arrière avaient été dévalisés. Tout ce qu’ils possédaient se résumait d’ailleurs à un couchage en laine et une vieille tente, qu’on leur avait pris, et les pauvres se trouvaient à présent totalement sans abri.
Le lendemain, de bon matin, nous nous sommes mis en route sans problèmes particuliers. Nous sommes parvenus à Radjo en endurant les souffrances habituelles. Il faut juste signaler que nous avons vu nombre de cadavres et d’enfants abandonnés sur la route, chose que nous considérions comme normale (…)

L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration de Syrie-Mésopotamie / la deuxième phase du génocide. P.70. Tome II, 1998.
Revue d’histoire arménienne contemporaine / Raymond H. Kévorkian.

Génocide des Arméniens, 1915/1923.
1500000 morts soit les 2/3 des arméniens de Turquie.
Aujourd’hui, on dénombre officiellement 35000 Arméniens en Turquie.

Ilse, juive allemande, contre la négation du génocide des Arméniens

(…) La classe la plus déshéritée des gens entièrement nus, affamés, malades, démunis, avaient été séparés des autres et abandonnés dans un coin isolé (…) Le sol des tentes abattues, faites de bric et de broc, était jonché de morts et de gens mourants. Beaucoup croupissaient dans leurs excréments, tenaillés par la faim. De toute part, l’odeur de la mort régnait. Certains utilisaient les morts en guise de coussin ; d’autres étendaient leurs morts sur eux en guise de couverture pour se protéger u peu du froid (…)

L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration de Syrie-Mésopotamie / la deuxième phase du génocide. P.72. Tome II, 1998.
Revue d’histoire arménienne contemporaine / Raymond H. Kévorkian.

Génocide des Arméniens, 1915/1923.
1500000 morts soit les 2/3 des arméniens de Turquie.
Aujourd’hui, on dénombre officiellement 35000 Arméniens en Turquie.

Laureen, petite fille de rescapés

(…) Le monstre qui avait enlevé ma fille alla chercher les gendarmes et emmena mes deux autres garçons pour les expédier dans les convois. Quant à moi, je n’ai pas abandonné mon petit qui agonisait et j’ai dit aux garçons que je les rejoindrais dès le lendemain (…) Le nom du village où ma fille aînée habite est Savran, et le nom du monstre Ahmed Parkmazis. Je vous prie de faire les démarches nécessaires pour que mon enfant me soit rendue.

L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration de Syrie-Mésopotamie / la deuxième phase du génocide. P.74. Tome II, 1998.
Revue d’histoire arménienne contemporaine / Raymond H. Kévorkian.

Génocide des Arméniens, 1915/1923.
1500000 morts soit les 2/3 des arméniens de Turquie.
Aujourd’hui, on dénombre officiellement 35000 Arméniens en Turquie.

Samy, arménien de Turquie

(…) Des fossoyeurs expérimentés des mêmes services officiels ouvraient d’énormes fosses dans les endroits désignés, y empilaient les corps ramenés dans des véhicules à ordure et les enterraient avec si peu de terre que dès le matin les chiens les dévoraient sous nos yeux. Et cela se déroulait dans un village où siégeait un préfet. Vous pouvez imaginer ce qui pouvait bien se passer hors de la métropole, dans les endroits reculés (…)

L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration de Syrie-Mésopotamie / la deuxième phase du génocide. P.98. Tome II, 1998.
Revue d’histoire arménienne contemporaine / Raymond H. Kévorkian.

Génocide des Arméniens, 1915/1923.
1500000 morts soit les 2/3 des arméniens de Turquie.
Aujourd’hui, on dénombre officiellement 35000 Arméniens en Turquie.

Marco, petit fils de rescapés

(…) Ils ont ainsi commencé à sélectionner notamment les jeunes gens dont la mise et le visage paraissaient propres et semblaient comparativement plus ou moins aisés. Ils les séparaient et les fusillaient immédiatement. Quand elle vit pour la première fois comment ils tuaient ceux qui avaient été choisis, la foule commença à se lacérer et se griffer le visage, pour ne pas être appeler à leur tour. Malgré tout pas mal de personne furent assassinées. Un jeune homme qui avait mis ainsi ses vêtements et son visage dans un état lamentable attira l’attention d’un gendarme. Celui-ci le tira de la foule, lui ordonna de tourner le dos et, alors qu’il venait à peine de se retourner, l’étendit à terre en le fusillant. (…)

L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration de Syrie-Mésopotamie / la deuxième phase du génocide. P.66. Tome II, 1998.
Revue d’histoire arménienne contemporaine / Raymond H. Kévorkian.

Génocide des Arméniens, 1915/1923.
1500000 morts soit les 2/3 des arméniens de Turquie.
Aujourd’hui, on dénombre officiellement 35000 Arméniens en Turquie.

Samy, Arménien de Turquie

(…) Les quelques fossoyeurs qui restaient en haut tiraient les cadavres par les pieds, les mains ou les cheveux jusqu’au bord du trou, puis les y lâchaient. Quant à ceux qui étaient en bas, ils rangeaient habilement les morts, dans la mesure du possible un petit aux côtés d’un adulte ou un adulte aux côtés d’un petit, afin que la fosse ait le maximum de capacité, tout comme on range le poison salé dans les barriques (…)

L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration de Syrie-Mésopotamie / la deuxième phase du génocide. P.88. Tome II, 1998.
Revue d’histoire arménienne contemporaine / Raymond H. Kévorkian.

Génocide des Arméniens, 1915/1923.
1500000 morts soit les 2/3 des arméniens de Turquie.
Aujourd’hui, on dénombre officiellement 35000 Arméniens en Turquie.

Laureen, petite fille de rescapés

(…) La nuit même, une pluie diluvienne s’est en effet abattue et le lendemain nous n’étions plus qu’une trentaine de survivants. Là-bas, la discipline était particulièrement rigoureuse. Ils s’agissait des derniers convois expédiés d’Alep vers Meskéné. J’y suis resté quelques jours. Le directeur du camp de déportés était Kör Hussein effendi. Cet homme ne frappait pas, mais versait des seaux d’eau froide sur les déportés après les avoir fait déshabiller (…)

L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration de Syrie-Mésopotamie / la deuxième phase du génocide. P.102. Tome II, 1998.
Revue d’histoire arménienne contemporaine / Raymond H. Kévorkian.

Génocide des Arméniens, 1915/1923.
1500000 morts soit les 2/3 des arméniens de Turquie.
Aujourd’hui, on dénombre officiellement 35000 Arméniens en Turquie.

===========================================
ZĂ©pure

Texte 1 / 2 du précédent affichage.

Texte 1/2
Zépure, rescapée
"Rire et pleurer son frère et sœur"
Déportée à 14 ans / Née en 1900 à Trébizonde.


"Avec mon français cassé (...) après c'était l'exode, 1915, on nous a fait exode et massacre en même temps.
Après nous avons compris qu'ils voulaient nous anéantir, la Turquie, nous finir (...)

Nous étions une famille très aisée, j'étais l'ainée de cinq enfants (...) On a ordonné toutes les familles arméniennes dans 5 jours préparer et partir. Où? Mossoul, Baghdad.
C'était loin à pied, deux mois marcher, avec le soleil, avec la faim, le soif, toujours le soif. Au mois de juin, juillet, août, on a massacré déjà. Nous avons marché deux mois, enfants, la femme enceinte, tout, les vieillards, tout, tout.... C'était misère.

Quand je suis partie, j'Ă©tais seule (...) j'avais juste un tablier de l'Ă©cole et un manteau, j'avais 14 ans (...)

Un mois après j'ai trouvé ma mère dans un autre groupe, toute nue, une chemise de nuit, les cheveux, il n'y a pas de peigne pour peigner, j'ai senti comme une mendiante ma mère.
j'étais très bouleversée. Alors comme ça nous sommes ensemble continuer notre chemin. J'avais deux frères, deux sœurs plus petits que moi.

Après huit jours à peine, mon frère est mort, 8 ans, le matin je suis levée, il est mort à côté de moi (...)
Après quelques jours, c'est ma mère mort ou pas mort je ne sais pas. Nous sommes tombés dessus pour pleurer et le gendarme est venu "allez! Marchez! Marchez!" (...) En pleurant nous avons quittez ma mère qui était mort ou pas mort, je ne sais pas.

"Allez! marchez! marchez!" Qui est mort il reste! Ma mère était chaude quand nous sommes partis (...) on a pas laissé même pleurer un peu.

Mon père, je n'ai jamais vu, je n'ai pas vu mon père. Combien de jour j'ai marché, je ne sais pas.
A la fin nous sommes allé dans un champ pour massacrer, je ne sais pas où c'est. On nous avait nus, même les culottes, vous avez compris.

D'un côté, tchat! pat! avec des bâtons on frappait, on frappait, vous entendez, ah! uh! un cri! J'étais debout, un bâton pooô! (...) et puis j'ai tombé et je vois qu'ils ont commencé à frapper ma sœur de cinq ans. J'ai dit tout de suite fait semblant, comme un mort j'ai dit allongé à côté de moi, puis ne respirez pas. Les mots échappent... Mes blessures étaient très grandes (…)

Extrait radiophonique. "LĂ -bas si j'y suis" Daniel Mermet / France Inter
www.la-bas.org, recherche: tapez génocide arménien / émission "zepur l'arménienne"

Génocide des Arméniens perpétré
par le gouvernement Jeunes-Turcs, 1915/1923
1 500 000 morts soit les 2/3 des Arméniens de Turquie.

Aujourd'hui on dénombre officiellement 35 000 Arméniens en Turquie

-----------------------------------------------------------

Texte 2/2

Zépure, rescapée

"Rire et pleurer son frère et sœur"
Déportée à 14 ans / Née en 1900 à Trébizonde.


Extrait radiophonique. "LĂ -bas si j'y suis" Daniel Mermet / France Inter
www.la-bas.org, recherche: tapez génocide arménien / émission "zepur l'arménienne"

Après la nuit est tombée, nous avons restez comme ça plein de sang (...)
J'ai entendu une voix "Moi je deviens musulmane, emmenez moi!"

"Moi, je deviens musulmane, emmenez moi!" Une fille que j'ai connu la voix, c'Ă©tait notre voisine ! Alors j'ai pris courage, il y avait la lune seulement.

"Moi aussi je deviens musulmane, emmenez moi aussi!"
"Moi aussi je deviens musulmane, emmenez moi aussi!" (...)
Devenir musulmane qu'est-ce-que c'est, je ne sais pas. Moi, je suis Zépure, je suis arménienne, çà, il est là, personne ne peut prendre, j'ai pensé, personne ne peut prendre mon arménité. Après je suis assise comme ça toute nue. Un kurde est venu ... "Debout!" "Je suis toute nue, je ne peux pas." il a pris une chemise sanglante sur un mort, il m'a donné. J'ai pris comme ça devant moi, et je suis levée, et ma soeur toute nue, toute frappée derrière, tout était gonflé, après noir le dos de ma sœur, 5 ans, après 6 mois elle est morte.
Tout ça, j'ai vu et j'ai vécu ! Encore, il y a tant de choses (...)

Je revois toujours... Souvent je pleure la nuit, parce que ça vient devant moi, les tableaux, tous les morts, tout çà ! (...)
Nous étions sept blessés. (...) Ils nous ont emmenés, quand nous sommes arrivés dans la rivière, "lavez dans la rivière votre sang, et puis nous attendons". Ils ont quitté à nous. Ils ont vu que nous sommes très blessés. Ils ont quitté à nous dans la rivière. C'était nuit vous savez...

Nous sommes sortis de l'eau, rentrés dans un champ de blé.
Nous avons resté dans le blé cachés jusqu'au matin. Le matin nous avons vu que sous les arbres au loin il y a des lits, les kurdes, ils dorment dehors l'été. (...)

Ils nous ont donné à manger, après ils nous ont partagés... Pour travailler. (...) Puis j'ai tombé malade, typhus, maintenant je sais que c'est typhus (...)
Dieu nous gardé, pour tout je vous raconte (...) Je n'ai pas mort.

Ils m'ont amené au gouvernement avec ma sœur, gouvernement nous a mis dans la prison, nous avons resté 40 jours là, nous n'étions pas coupables, notre faute était d'être arménienne. Après 40 jours on nous a emmenées à gouvernement encore. Là on nous a fait musulmane (...) On a mis mon nom, Zubideh, et ma petite sœur aussi, Zelkha, nous sommes devenues turques.

Génocide des Arméniens perpétré
par le gouvernement Jeunes-Turcs, 1915/1923
1 500 000 morts soit les 2/3 des Arméniens de Turquie

Aujourd'hui on dénombre officiellement 35 000 Arméniens en Turquie

LĂ -bas si j'y suis, Ă©mission de Daniel Mermet

Zépur l’arménienne
diffusée le 11 mai 2005
dans la série Mémoire

Une nouvelle diffusion du reportage de Zoé Varier sur le génocide arménien.


Accès à l'archive sonore

Sur la page verte qui apparaît :

Faites un clic droit sur le fichier "050511.rm" et choisissez la commande enregistrer la cible sous pour télécharger l'archive sonore. Double-clic sur l'archive sonore pour la lancer avec Real Media.


Ou Ă©coutez en ligne








Retour Ă  la rubrique


   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org