Accueil | Tout savoir sur VAN | Salle de Presse | Actions VAN | News | Agenda | Photothque | Contactez-nous


Génocide arménien : Publication des archives du Vatican
Publi le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Avant la messe du Pape François, qui va commémorer le 100e anniversaire du génocide arménien [le 24 avril prochain], des documents historiques récemment publiés confirment le large engagement du Saint-Siège pour aider le peuple arménien à une époque où rares étaient les personnes qui le faisaient. Les documents indiquent les raisons pour lesquelles les pays n’ont pris aucune position sur le génocide et n’ont pas protégé le peuple arménien lorsque les premiers signes du génocide sont apparus. A la veille du 100e anniversaire du génocide arménien, la publication de ces documents peut mettre en lumière les raisons pour lesquelles ce génocide a été perpétré au milieu d'une indifférence politique générale. » Le Collectif VAN vous invite à lire la traduction d'un article en anglais publié sur le site Catholic News Agency le 20 mars 2015.


Légende photo : Arméniens déportés.
Crédit: Narek via Flickr (CC BY-SA 2.0).



Les archives du Vatican font la lumière sur la tragédie du génocide arménien

Catholic News Agency

Par Andrea Gagliarducci

Vatican, le 20 mars 2015 / 11:14 (CNA / EWTN News) - Avant la messe du Pape François qui va commémorer le 100e anniversaire du génocide arménien, des documents historiques récemment publiés confirment le large engagement du Saint-Siège pour aider le peuple arménien à une époque où rares étaient les personnes qui le faisaient.

Le magazine jésuite italien La Civiltà Cattolica a souligné que les documents récemment publiés « prouvent comment le Saint-Siège, informé en permanence des événements, n’était pas resté passif, mais s’était engagé avec force pour affronter la question » du génocide arménien. « Benoît XV a été le seul dirigeant ou chef religieux à exprimer une protestation contre le ‘crime de masse’ ».

Le génocide arménien est réputé avoir débuté le 24 avril 1915 avec le massacre des Arméniens d’Istanbul. Au cours des huit années suivantes, 1,5 million d'Arméniens ont été tués et des millions de personnes ont été déplacées.

Cependant, ces meurtres ont été commis avant, quand une grande partie de la région était encore sous la domination ottomane.
Ainsi, une lettre du 27 mars 1896 écrite par le père franciscain Domenico Werson qui servait comme missionnaire à Alep, racontait le massacre des chrétiens à Marach et dans ses environs.

Pour la plupart, les documents de la série nouvellement publiée émanent des archives de la Congrégation pour les Eglises orientales. Ils ont été publiés dans une série de quatre livres par le prêtre jésuite le Père Georges-Henry Ruyssen. En prévision de la publication de la collection le 21 mars, la dernière édition de La Civiltà Cattolica en a publié un résumé.

La documentation sur la « Question arménienne » date de la fin du 19ème siècle jusqu’à la première moitié du 20e siècle.

La collection de documents comprend des lettres de Papes, et [des lettres] adressées aux sultans ottomans ; des documents et des dépêches écrits par des secrétaires d'Etat du Vatican, et des préfets ou secrétaires d’autres dicastères du Vatican ; des documents et des rapports des délégués de l’Eglise apostolique ; des lettres de patriarches et évêques arméniens contenant des informations de première main.

Il y a aussi des rapports de témoins oculaires qui décrivent clairement ce qui était en train de se passer.

Les documents notent les actions du pape Benoît XV, qui a envoyé deux lettres personnelles au sultan Muhammad V Reshad, respectivement le 10 septembre 1915 et le 12 mars 1918.

L'effort du pape a été le point culminant de plusieurs tentatives de médiation menées par le Saint-Siège pour aider les Arméniens. Le pape Léon XIII a tenté une médiation à partir de 1859. Le Saint-Siège a essayé d’être un médiateur avec Djemal Pasha, commandant de l'armée turque en Syrie, pour la libération de 60 Arméniens condamnés à mort en 1917. Le cardinal Pietro Gasparri, secrétaire d'État du Vatican, a fait une médiation auprès de Mustapha Kemal Pasha en 1921 pour sauver la vie et les biens des survivants chrétiens en Turquie.

Le Saint-Siège n'a pas travaillé seulement sur le plan diplomatique, mais a cherché aussi à aider les réfugiés survivants.

La Civiltà Cattolica écrit que le Saint-Siège « a mobilisé un flux continu de ressources financières et d’approvisionnement à une époque où il n'y avait pas d'autres organisations humanitaires internationales hormis la Croix-Rouge et le Near East relief [Office de secours des Nations-Unies dans le Proche-Orient] ».

Le Saint-Siège a particulièrement porté assistance aux orphelins et a fondé « de nombreux orphelinats » ouverts aux personnes de toute confession religieuse. Les jeunes orphelines arméniennes ont été également hébergées dans l'orphelinat du Palais apostolique de Castel Gandolfo, près de Rome.

Les documents indiquent les raisons pour lesquelles les pays n’ont pris aucune position sur le génocide et n’ont pas protégé le peuple arménien lorsque les premiers signes du génocide sont apparus.

La Civiltà Cattolica a souligné qu’à la fin du 19ème siècle, la question de l’avenir des Arméniens « a été oubliée étape par étape », car la « passivité progressive de la diplomatie européenne » a œuvré à « préserver à tout prix l'intégrité de l'Empire ottoman ».

L'archevêque Augusto Bonetti, délégué apostolique à Constantinople de 1887 à 1904, a résumé la situation internationale.

La France et la Russie visaient toutes les deux à préserver « l’intégralité de la Turquie ». La France avait fait d'importants investissements de capitaux dans la région, tandis que la Russie voulait que les relations avec la Turquie soient au repos pour pouvoir se concentrer sur l'Extrême-Orient.

Selon l'archevêque Bonetti, l'Allemagne avait un intérêt matériel dans la poursuite de la guerre entre les Grecs et les Turcs, tandis que l'Angleterre avait « des intérêts politiques importants en Turquie ».

A la veille du 100e anniversaire du génocide arménien, la publication de ces documents peut mettre en lumière les raisons pour lesquelles ce génocide a été perpétré au milieu d'une indifférence politique générale.

Quant au pape François, il célébrera une messe marquant le centenaire du génocide dans la Basilique Saint-Pierre le 24 avril.


©Traduction de l'anglais Collectif VAN – 23 mars 2015 – www.collectifvan.org


Lire aussi :

Des documents inédits sur le génocide Arménien bientôt publiés par le Vatican

La presse turque, le génocide arménien, et les Archives du Vatican


En italien :

La questione armena nei documenti degli archivi ecclesiastici

La Civiltà Cattolica e il genocidio degli armeni: 7 volumi di documenti

Plus d’informations : info@laciviltacattolica.it




Retour à la rubrique


Source/Lien : Catholic News Agency



 
  CollectifVAN.org, 2004-2006
Accueil | Tout savoir sur VAN | Salle de Presse | Actions VAN | News | Agenda | Photothque | Contactez-nous
 Fermer la fentre